Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




Gilles Cenazandotti Tide Art - Plastic Beach - Sculptures, Galerie 13, Paris, du 19 Octobre au 29 Décembre 2012

Que se passera-t-il quand la marée débordera de nos produits rejetés, abandonnés sur terre et recueillis par la mer, quand la pollution aura touché tellement d’espèces que la vie sera diminuée ?


Ours polaire, 2012. Hauteur : 250 cm. Matériaux de récupération trouvés sur les plages. Pièce unique. Photo : Gilles Cenazandotti & François Caillon
Ours polaire, 2012. Hauteur : 250 cm. Matériaux de récupération trouvés sur les plages. Pièce unique. Photo : Gilles Cenazandotti & François Caillon
J’ai déjà imaginé cet univers dans mes sculptures, des cités en mouvement nécessaires à la survie des hommes. Cette science fiction est proche quand on voit que les animaux changent déjà de territoire. On peut se demander ce qu’ils deviendront, comme tant d’espèces déjà disparues, s’ils ne trouvent plus de ressources.

Certains ont déjà mis leur génie à cloner, à robotiser et à réinventer la faune et la flore. J’imagine ainsi des animaux issus de ces clonages, résultats de notre société de consommation et du surnombre de ses produits dérivés. Mon travail consiste à faire prendre conscience de cette dérive, à montrer cette diversité qui lutte avec l’élément naturel.

Impressionné par tout ce que la mer rejette et transforme à son tour, je récolte sur les plages les produits dérivés du pétrole et de son industrie. Le choix d’animaux faisant partie des espèces menacées complète cette démarche. En recouvrant ces animaux d’une nouvelle peau récoltée en bord de mer j’espère attirer l’attention sur cette métamorphose possible. Trompe l’œil d’une réalité modifiée.

L’Ours Polaire voit son espace vital diminuer. Il est perdu sur un iceberg à la dérive, rattaché à nul part. Echoué sur un rivage inconnu, il est une surprise dans ce décor qui n’est pas le sien. Dressé sur ses pattes il découvre ce nouveau monde. Quand on s’en approche on se rend compte qu’il ne bouge pas, figé dans sa forme par les rebus dont nous l’avons recouvert. En le photographiant dans cet environnement, qu’il ne devrait jamais atteindre, le paradoxe devient évident.

Ayant résisté aux tempêtes, cette matière plastique qui le recouvre, inventée pour durer, le rend immortel. A l’image d’un Samouraï Manga il revêt cette impressionnante armure signe de la lutte qu’il mène pour la protection des siens.

Gilles Cenazandotti
Tide Art - Plastic Beach
- Sculptures -
Vernissage Jeudi 18 Octobre de 18h00 à 21h00 <<<
Exposition du 19 Octobre au 29 Décembre 2012
Galerie 13
36 rue du Mont Thabor
75001 Paris
www.galerie13JM.com


Pierre Aimar
Mercredi 10 Octobre 2012
Lu 678 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 198










Inscription à la newsletter