Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




Ghiribizzi, Jacques Martinez, exposition au MAMAC – Nice, Galerie des Ponchettes et galerie de la Marine, du 23 avril au 12 juin 2016

Ghiribizzi : « Lubies, fantaisies de l'artiste qui improvise en dehors de toute règle » (Patricia Falguières. Le Manièrisme. Editions Gallimard)


Tango, acrylliique sur toile, 2016,200x200, photo Grégoire Gardette
Tango, acrylliique sur toile, 2016,200x200, photo Grégoire Gardette
Le titre de l 'exposition renverra à deux moments.

Un premier moment, présenté à la Galerie de La Marine qui s' appellera « La Bataille des Heures ».
Y seront présentés, tout en noir et blanc, de s peintures, des dessins, des ferrailles, des bronzes.

On y trouvera ce que l' on pourrait aussi appeler « la bataille de l' atelier ». C' est à dire, le temps d' un travail qui est celui de l' artiste quand i l avance dans son œuvre au jour le jour. Travail rarement vu, peut- être à voir un jour, peut- être jamais montré.

I l ne serait pas impossible de rapprocher ces moments de ceux que Bertrand Bonello a appelé s dans son exposition, au Centre Pompidou, l' an dernier, les f ilms fantômes. Exposition fantôme, mais où l' on pourra y repérer trois séquences.
Une séquence « abstraite », une séquence « paysage » et une séquence « f igure ».
Pour mieux faire deviner ce qu' il s' y passe, Jacques Martinez a tenu à y écrire en exergue cette phrase de Martin Heidegger , « C' était non une fuite mais le point culminant de la l iberté que d' endurer la solitude » ( Lettres à Ernst Jünger du 23 / 06 / 1949 ) .

Le deuxième moment, à la Galerie des Ponchettes s' appellera « la Bataille des Fleurs ».
Dans cet espace, c' est une phrase d' Henri Matisse qui accueillera le visiteur : « I l y a des f leurs partout pour qui veut bien les voir ». Henri Matisse parce que dans cet espace, en 1947, pour son inauguration, son travail y fut présenté.

Sous ces voûtes, tout ne sera que couleurs, des bleus, des jaunes, des rouges, des roses, des verts, des violets pour dire sans vraiment peut- être les décrire, les iris, les œillets, les roses, les mimosas qui éclatent en bouquet chaque année vers le mois de février dans le ciel bleu de la Baie des Anges, le temps des batailles de f leurs.



Pierre Aimar
Lundi 29 Février 2016
Lu 245 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 18





Inscription à la newsletter