Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




Filipa César : "Luta ca caba inda" (La lutte n'est pas finie), au Jeu de Paume, Paris, jusqu’au 20 janvier 2013

“Luta ca caba inda“ (La lutte n’est pas finie), titre de la proposition de Filipa César pour le 5e programme Satellite, peut être vu comme un ajout à son projet de recherche lancé en 2008 — et toujours en cours — sur les origines de la production cinématographique en Guinée-Bissau.


Powell and Owl, 2011, Filipa César. Timbre trouvé. Courtesy de l’artiste
Powell and Owl, 2011, Filipa César. Timbre trouvé. Courtesy de l’artiste
Les racines de ce cinéma remontent à la guerre de décolonisation contre le Portugal, lorsque le leader indépendantiste Amílcar Cabral envoie quatre jeunes Guinéens à Cuba pour y apprendre le cinéma. Cabral conçoit le cinéma comme un outil politique, capable de créer une identité nationale nouvelle et d’écrire l’histoire d’une Guinée libérée. Prospère pendant quelques années après l’indépendance (1974), le cinéma guinéen disparaît complètement avec le déclenchement de la guerre civile en 1998.

L’intérêt de César pour ce pays est ancien et étroitement lié à l’histoire coloniale récente du Portugal. Lors de ses premiers voyages en Guinée, elle a cherché à démêler les racines du cinéma dans ce pays d’Afrique de l’Ouest en se penchant en particulier sur ses archives, dont l’état déplorable s’expliquait à la fois par les conditions climatiques locales et par l’instabilité politique persistante du pays. Elle a ainsi mené un travail autour des pellicules uniques conservées à l’INCA (Instituto Nacional do Cinema e Audiovisual da Guiné-Bissau) et restées inexplorées à ce jour.
Son projet au Jeu de Paume reprend le titre d’un de ces films, Luta ca caba inda. Réflexion sur le processus complexe d’exhumation de ces archives et de recoupement entre faits et fictions, récits personnels et collaborations, il s’agit d’un essai poétique sur le combat qu’implique l’accès à des images d’un autre temps.

Filipa César, portugaise, née en 1975, vit à Berlin.

Commissaire de la programmation Satellite 5 : Filipa Oliveira.

Pratique

Jeu de Paume
1 place de la Concorde
75008 Paris
www.jeudepaume.org
Exposition en entrée libre
Mardi (nocturne) : 11h à 21h
Mercredi à dimanche : 11h à 19h
Fermeture le lundi


Pierre Aimar
Mercredi 17 Octobre 2012
Lu 234 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 199





Inscription à la newsletter