Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)



Festival des Humoristes de Tain /Tournon : Morceaux de Roi ; Serge Papagalli éblouisant, par Jacqueline Aimar

Déjà sept jours que le Festival des Humoristes court en tous sens la campagne autour de Tain Tournon ; et seulement quatre jours avant la fin de la cure de bonne humeur qui tombe bien, justement en ces temps de rentrée. Retour de Laurent Gerra lundi 26, et autre retour, celui de Serge Papagalli, en ce mardi 27 août pour des Morceaux de choix.


La foule se pressait à l'apéritif d'ouverture de la semaine des Humoristes © J.Aimar
La foule se pressait à l'apéritif d'ouverture de la semaine des Humoristes © J.Aimar
Papagalli, nous l’avions déjà vu à Grenoble, il y a… longtemps, 15 ans peut-être. Son discours fleurait bon l’Isère et son accent, les montagnards et leur rugosité, le Vercors et ses pâtres et prairies, le Grenoblois bougon : bref il se voulait régionaliste et le public riait de bon cœur de lui-même.

Le public de Tournon rit aussi et encore, de lui-même et des autres ; mais le rire s’est beaucoup affiné, il varie et embrasse d’autres horizons car l’artiste s’est enrichi d’un pouvoir de mime, d’une gestuelle affirmée et très étudiée, et ses pas, ses mains, son rythme de marche, sa silhouette quand il arpente la scène se font théâtre à eux seuls. Papagalli, tignasse blanche, sourcils noirs et moustache dont il est fier, écrit et se met en scène et, s’il n’a pas trop usé de ses expressions favorites, nous a offert un florilège de ses solos au gré de ses thème favoris ; la crise, facile, qui lui sert de motif de fond et de point d’ancrage ou les mathématiques, le packaging, et surtout, ô délices, vous ne devinerez pas de quoi on peut bien rire avec lui : les tongues ! Chaussures utiles et ridicules à la fois, chaussures qui n’en sont pas, parce qu’elles glissent du pied et s’écrasent disgracieusement, s’enfuyant sur les côtés.
Quelques véritables morceaux de bravoure qui permettent de vérifier que si le rire est le propre de l’homme, les objets du rire peuvent être infiniment variés : et il apparaît alors rassurant de se dire que partout autour de nous se niche le rire. Même si tous ces sujets ont le don de faire entrer Serge Papagalli dans de terribles colères qu’il joue avec énergie et qui contribuent aussi au ridicule donc au rire.
Qu’il faut compléter par l’amitié, l’évocation des bons moments entre amis, -la convivialité-, de bons vins, de l’Hermitage bien sûr, et de bons coups de rosé ; quel hommage au rosé, de l’été, des vacances et des amis ! à consommer bien sûr avec modération.
Avec Papagalli, un moment de rire bien proche du bonheur.
Jacqueline Aimar


Pierre Aimar
Mercredi 28 Août 2013
Lu 106 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 9





Inscription à la newsletter







Un Ovni dans le ciel d'Arles...



Venise ? Ici ou ailleurs ?

Venise ? Ici ou ailleurs ?


Ardèche. La tour à eau de Gilles Clément

Ardèche. La tour à eau de Gilles Clément