Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




Festival Shakespeare, 12ème édition, du 25 juillet au 2 août 2011 à Tournon sur Rhône, Tain l’Hermitage, Lamastre, Mauves

Qui a dit que Shakespeare n’était réservé qu’aux vieux sages ? Aux connaisseurs ? À une élite ? Certainement pas les quelques 200 jeunes qui participent au Festival Shakespeare !!! Avis à la population ! Venez découvrir un Shakespeare pour tous, dépoussiéré, rajeuni et rafraichissant !


Festival Shakespeare, 12ème édition, du 25 juillet au 2 août 2011 à Tournon sur Rhône, Tain l’Hermitage, Lamastre, Mauves
Le Festival Shakespeare vous donne rendez-vous du 25 juillet au 2 août à Tournon, Tain, Lamastre et Mauves pour sa 12ème édition ! Et oui, il n’échappe pas à la règle, lui aussi vieillit ! Mais ce qui n’enlève rien au dynamisme et à la créativité des 200 jeunes comédiens amateurs, musiciens et bénévoles qui participeront aux festivités de cet été. Venant d’Ardèche, de la Drôme, d’Isère, du Rhône, de toute la France, d’Allemagne, du Maroc, de Roumanie, d’Angleterre ou d’ailleurs, ils vous présentent un Shakespeare contemporain et rafraichi !

Au programme des pièces classiques de Shakespeare mais pas seulement ! 12 spectacles aux esthétiques très différentes : des pièces du répertoire shakespearien, dont une jouée pour la première fois au festival, des réécritures et adaptations, et des textes ou montages d’autres auteurs, contemporains ou non, mais toujours en lien avec l’univers de Shakespeare.

Le Festival Shakespeare, c’est une programmation de spectacles amateurs accompagnés de concerts de groupes de musiques locaux, mais c’est avant tout un temps de rencontres. Jeunes d’ici et d’ailleurs, débutants et plus confirmés, novices et passionnés, ils partageront et échangeront leur pratique et leur culture à travers des ateliers, des créations communes, des discussions, des sorties, des soirées...

Laissez-vous tenter : Shakespeare c’est tragique, comique, poétique, moderne, déjanté, sérieux, c’est surtout pour tous les goûts !

Lundi 25 juillet - 21h - cour du château de Trounon

Un destin de Roi pour ouvrir le festival !

Macbeth – de William Shakespeare
Le Théâtre du Sycomore (Tournon) / Direction artistique : Christophe Marachian


Sur la lande battue des vents, Macbeth, vaillant guerrier écossais de retour de la bataille, rencontre des sorcières qui lui prédisent un grand destin : Il sera roi. Mais le bon Duncan qui vient de mener ses troupes à la victoire contre les armées du roi de Norvège occupe le trône et son fils Malcom doit lui succéder. Cédera t-il à la tentation en prenant un raccourci sanglant jusqu'à la couronne ? Ou restera t-il cette homme vertueux que tous respectent ? "Etoiles, cachez vos feux, n'éclairez pas mes noirs désirs cachés..."
Macbeth est un être choisi, un vivant parmi l'armée des ombres mouvantes. Les forces du mal qui le mettent à l'épreuve ne l'obligent à rien. Il est le maître de son destin, seul décideur de son élévation ou de sa chute. Il est le reflet de chacun d'entre nous. "Le beau est laid, le laid est beau, planons dans la brume et l'air qui pue"

Le groupe de lycéens du théâtre du Sycomore ouvrent le festival avec une mise en scène de Macbeth résolument moderne, succession de tableaux aussi beaux esthétiquement que forts en émotions.

Mardi 26 juillet - 21h - cour du château de Trounon

Roméo et Juliette - de William Shakespeare
Theater im Polygon (Allemagne) / Direction artistique : Peter Hauser

SPECTACLE EN ALLEMAND

“L’amour, doux ? Rude, brutal, violent, oui, et pique comme une épine”.
Quelques jours, féroces et pleins d’énergie, suffisent ici à tout gâcher. Cette émotion dont tout dépend…
Le monde n’est qu’apparences, les frontières sont franchies.
L’Amour. Le premier véritable grand Amour.
Plus rien ne sera comme avant.
Et parce que nous aimons cette émotion, parce que nous cherchons cette émotion et parce que nous la connaissons tous un peu ou souhaitons la connaître, nous partons pour Vérone. Nous y retrouvons les amants, nous y retrouvons les deux familles ennemies. Mais elles ne sont pas en mesure d’empêcher l’amour qui nait entre leurs enfants et c’est une destinée impitoyable qui finira par unir les deux familles.

Le Theater im Polygon s’attaque à l’histoire d’Amour la plus connue à travers le monde avec cette approche dynamique, comique et tout en improvisation qui lui est propre et qui va encore nous réjouir cette année !

Mercredi 27 juillet - 21h - espace Charles Trenet à Tain l'Hermitage

Richard III n’aura pas lieu – de Matéï Viesniec
Compagnie Courant d’Air (Isère) / Direction Artistique : Gaëlle Chichignoud


« L'histoire est simple, c'est l'époque qui est compliquée. Rien d'étonnant dès lors qu'on paie de sa vie le courage d'avoir du talent »
Le grand metteur en scène, Meyerhold attend avec angoisse la décision de la commission qui supervise l'art mis au service de la révolution. Il souhaite monter la célèbre pièce de Shakespeare: Richard III car Shakespeare n'est pas un auteur censuré dans ce pays où la révolution s'efforce de créer l'homme nouveau. Cependant, la commission qui supervise l'art trouve que certains signes théâtraux sont confus, voire dangereux ! Les comédiens cherchent trop le regard du public, certains accessoires doivent être nettoyés du point de vue idéologique... Cette attente insoutenable plonge le metteur en scène dans un cauchemar de plus en plus absurde ...
C'est un curieux voyage vers un univers onirique et déroutant que nous propose le groupe courant d'air. On rit, on bouffe, on accouche, on fait du théâtre face à ce champ de bataille qui oppose l'amertume et le désespoir de l'artiste en proie avec la barbarie et les incohérences d'un régime totalitaire. Ce texte de Viesniec, auteur contemporain roumain vivant en France nous parle de la censure politique, de la vie de Meyerhold et de la force du théâtre qui effraie les pouvoirs totalitaires. Mais le texte pénètre aussi dans le labyrinthe de l'autocensure, cette alliée si précieuse du pouvoir, ce champ de bataille où l'artiste se trouve en face de sa propre conscience car quand on monte Richard III à une époque vouée au lavage des cerveaux, on ne peut être innocent.
Un cauchemar déformé, grotesque et fantaisiste qui prend corps et vie à travers le jeu des acteurs, les apparitions fantomatiques de marionnettes et une création musicale originale : tout devient «spectaculairement délirant» dans cette lutte pour la liberté proposée par le groupe Courant d’Air.

Jeudi 28 juillet - 21h - cour du château de Trounon

Le songe d’une nuit d’été – d’après William Shakespeare
Le Théâtre Academa (Maroc) / Adaptation et mise en scène : Hassan Machnaoui


Le songe d’une nuit d’été est une pièce étrange et complexe, mêlant plusieurs intrigues, faisant cohabiter deux à trois mondes que tout oppose : la noblesse d’Athènes, la troupe de comédiens amateurs qui préparent une pièce pour le mariage d'un prince et le royaume des fées. Il s’agit en effet d’une pièce très drôle, émaillée de jeux de mots et autres pointes, usant et abusant de quiproquos et d’extraordinaires facilités de scénario. A priori légère mais source de réflexions sur l’illusion, Le songe d’une nuit d’été est une pièce qui brouille volontairement les pistes et mêle les genres avec une grande virtuosité.
La plus célèbre comédie de Shakespeare revêt des couleurs marocaines pour une adaptation dynamique, chaleureuse, à se laisser transporter dans des songes tout droit sortis des contes des mille et une nuits !

Vendredi 29 Juillet - 21h - cour du château de Trounon

Le Château de l’Araignée - d’après « Macbeth » de Shakespeare et « le Château de l’araignée » de Kurosawa
Le Théâtre du Sycomore et l’Académie Tainoise d’Arts martiaux (Tournon - Tain) / Direction artistique : Loïc Richard et Jean-Baptiste Fillod


Dans le Japon du XVIème siècle, deux généraux, Taketoki Washizu et Yoshiaki Miki, sont perdus dans les brumes et la forêt au retour d’une bataille victorieuse. Ils rencontrent six sorcières qui leurs prédisent que Washizu deviendra commandant du fort septentrional et succédera à son seigneur Kuniharu Tsuzuki, mais que ce sont les enfants de Miki qui lui succèderont. Si ce dernier reste stoïque, Washizu est plus que troublé. Commence alors une sanglante conquête de pouvoir, influencée par son épouse Asaji.

Un cocktail original à découvrir sans modération : la célèbre tragédie de Macbeth transposée dans la culture japonaise. Venez déguster l’esthétique asiatique, les combats, les chorégraphies, et les émotions portés sur scène par une équipe dynamique !

Vendredi 29 Juillet, 21h, cour des Sœurs Macheville à Lamastre

Faust – de Christopher Marlowe
Le Théâtre du Sycomore (Tournon) / Direction Artistique : Christophe Marachian


Le docteur Faust est le savant le plus renommé de son époque. Philosophie, Astronomie, Théologie... aucune science ne lui résiste. Mais le docteur Faust n'est qu'un homme, et aucune de ces disciplines ne lui permettent de s'élever au dessus de cette condition. Comment maîtriser la Nature et commander aux éléments ? Alors, le docteur Faust signe un pacte... et plein d'assurance concernant son esprit, il vend son âme au diable.

Christopher Marlowe est le tragédien élisabéthain le plus connu après Shakespeare. Personnage trouble, esprit libre et poète talentueux, espion, grand amateur de vin et libertin, il meurt prématurément lors d'une mystérieuse bagarre dans une taverne. Le Sycomore présente ici une version épurée, moderne, du texte en focalisant l'action autour du huis clos Faust - Méphistophéles. La poésie de Marlowe, brasier incandescent, touche alors au plus juste et claque comme une prophétie pour notre siècle. C'est ainsi tout un chacun qui se retrouve précipité face à ses péchés et son propre pacte avec le diable... Et si Faust c'était nous ?

"Un bon magicien est un demi-dieu. Alors, creuse-toi la cervelle pour devenir un dieu." Et pour le public, il ne reste qu’à ouvrir grand les yeux et se délecter du spectacle.

Dimanche 31 Juillet - 21h, cour du château de Tournon

Faust – de Christopher Marlowe
Le Théâtre du Sycomore (Tournon) / Direction Artistique : Christophe Marachian


Le docteur Faust est le savant le plus renommé de son époque. Philosophie, Astronomie, Théologie... aucune science ne lui résiste. Mais le docteur Faust n'est qu'un homme, et aucune de ces disciplines ne lui permettent de s'élever au dessus de cette condition. Comment maîtriser la Nature et commander aux éléments ? Alors, le docteur Faust signe un pacte... et plein d'assurance concernant son esprit, il vend son âme au diable.

Christopher Marlowe est le tragédien élisabéthain le plus connu après Shakespeare. Personnage trouble, esprit libre et poète talentueux, espion, grand amateur de vin et libertin, il meurt prématurément lors d'une mystérieuse bagarre dans une taverne. Le Sycomore présente ici une version épurée, moderne, du texte en focalisant l'action autour du huis clos Faust - Méphistophéles. La poésie de Marlowe, brasier incandescent, touche alors au plus juste et claque comme une prophétie pour notre siècle. C'est ainsi tout un chacun qui se retrouve précipité face à ses péchés et son propre pacte avec le diable... Et si Faust c'était nous ?

"Un bon magicien est un demi-dieu. Alors, creuse-toi la cervelle pour devenir un dieu." Et pour le public, il ne reste qu’à ouvrir grand les yeux et se délecter du spectacle.

Samedi 30 Juillet - 21h - espace Charles Trenet, Tain l'Hermitage

Titus Andronicus – de William Shakespeare
City Gates Theater Compagny (Angleterre) / Direction Artistique : Paul Edward Linghorn

SPECTACLE EN ANGLAIS

L'auteur du mélodramatique « Roméo et Juliette » donnait également dans les genres plus violents comme le démontre cette pièce qui se résume à … un bain de sang.
Après avoir combattu les Goths, Titus, général romain vaillant, revient en triomphe à Rome avec des prisonniers, dont la reine des Goths, Tamara, et ses trois fils. Prétextant qu'il obéit aux lois de sa religion, il sacrifie aux mânes de ses fils tombés sur le champ de bataille le premier fils de Tamara. S'ouvre alors un cycle inextricable de vengeance, où se succèdent violences, meurtres et mutilations.

Une sacrée équipe anglaise nous propose cette pièce de Shakespeare jouée pour la première fois au festival et dans sa langue d’origine ! Que demander de plus ? Encore une autre facette de l’auteur à ne manquer sous aucun prétexte !

Dimanche 31 juillet - 19h, espace Charles Trenet, Tain l'Hermitage

“Un maître allemand” (a German master) - Collage de textes de Paul Celan, Herta Müller et William Shakespeare
Sigma Art Foundation (Roumanie) / Direction Artistique : Cristian Dumitrescu

SPECTACLE EN ANGLAIS AVEC INSERTION DE TEXTES EN ROUMAIN ET ALLEMAND

Que veut dire être roi ? Qui est roi ? Reste-t-il encore des rois, ou ne les trouve-t-on plus que dans les contes de fées ? Et qui en a besoin ?
Les jeunes gens… peu importe leur âge, savent que seuls les rois sont immortels ; on peut les reconnaître à l’admiration qu’ils provoquent involontairement, une admiration qui ne semble être accompagnée d’aucune confusion, ou peut-être d’une peur éveillée par un chef, ou un dignitaire de quelque espèce…
Oui, les jeunes, tous, ont besoin de modèles humains authentiques, surtout de ceux qui leur sont présentés d’une manière moderne, unique… Et regardez-les, apparaître et se rencontrer, dans ce spectacle : Paul Celan, poète roumain qui a écrit en Allemand et vécu à Paris ; Herta Müller, écrivaine roumaine, réfugiée du communisme roumain en Allemagne, prix Nobel de littérature en 2009 ; William Shakespeare, un intarissable contemporain, avec ces « contes de fée » modernes, histoires de princes, de rois et de fous ; Antonin Artaud aussi, qui a pensé la « théorie » des doubles rencontres : Capulet avec Lear, Lady Macbeth avec Juliette, Hamlet avec Roméo.

Une confrontation royale de personnages et de textes de Shakespeare avec des auteurs du 20ème pour une création moderne et percutante proposée par une dynamique équipe roumaine.

Lundi 1er août - 21h, espace Charles Trenet, Tain l'Hermitage

La Nuit des Rois ou Ce que vous voudrez – de William Shakespeare
La Compagnie 6 pieds sous terre 2 doigts au dessus (Montpellier) / Adaptation et mise en scène : Aurélia Gonzales


« - Qu’est-ce qu’un ivrogne, Fou ?
- Un noyé, un bouffon, un fou furieux. Le premier coup qui lui chauffe le sang en fait un bouffon, le second le rend furieux et le troisième le noie » W. Shakespeare.

Cette histoire commence par une tempête ; en pleine mer chez Shakespeare, mais ici dans un verre de vin et un vent d’excès. De cette tempête découle une quête de l'Amour entre Viola, le Duc Orsino et Olivia.
Mais autour de ce triangle et de la comtesse Olivia cohabitent d’autres personnages : Toby et Andrew les acolytes alcooliques (à ne pas essayer de dire en cas d’ébriété), Maria la facétieuse, Malvolio l’intendant inflexible et Le Fou DJ qui orchestre la pièce de son esprit décalé et musical. Et si tout ces personnages, chacun à leur manière, étaient adeptes de la débauche ?

En trois mots : amour, décadence, musique !

Mardi 2 Août - 20h, salle polyvalente de Mauves

Une fin sanglante !
Création collective autour de Titus Andronicus
Théâtre du Sycomore - Theater im Polygon - Sigma Art Foundation – direction artistique : Arthur Dumas et Basile Lambert

Comment émerge un langage commun quand nos références diffèrent? Comment rendre universelles les interprétations individuelles d’un même récit, d’une même histoire? Clé de voute de cet atelier sur Titus Andronicus: la volonté de confronter trois groupes d’origines diverses face à la question de la communication théâtrale. Le partage de nos expériences, de notre culture, de notre histoire suffit-il pour que l’on se comprenne? Suffit-il à se faire comprendre? Ici, il est nécessaire de chercher des réponses instinctives, de «sentir» l’autre, dans la chair et dans le rayonnement de l’être. Il s’agit de l’ouverture de l’acteur et de son lien électrique avec l’espace et le partenaire. C’est vers la découverte de cette énergie invisible mais pourtant palpable que nous voulons tendre. Le talent de Shakespeare à écrire au delà des mots, au delà des époques et des frontières, et sa capacité à donner corps à ses textes, en fait le matériau idéal pour convoquer un tel projet. Avec Titus Andronicus, nous voulons mettre le point sur la corporalité de l’œuvre et de l’enjeu vital, tant bien dans le récit que dans la façon de le porter.

À l’instar des gladiateurs ou des héros antiques, les acteurs de trois nationalités exhibent l’histoire de Titus Andronicus et la déploient comme une lutte, comme un combat spectaculaire, pour laisser une trace indélébile de leur passage.

Pratique

Association Théâtre du Sycomore
(Tournon sur Rhône, France)
www.festivalshakespeare.fr
info@festivalshakespeare.fr
Renseignements : OT de Tournon 04 75 08 10 23 et OT de Tain l'Hermitage 04 75 08 06 81


Pierre Aimar
Mercredi 1 Juin 2011
Lu 897 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 82





Inscription à la newsletter