Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




Femme verticale, textes de Simone Veil, Nancy Huston, Virginie Despentes… Théâtre de la Ville, Valence, du 22 au 24 janvier 2014

Depuis deux saisons, Juliette vit avec Éric Massé qui la promène à travers le monde sur ses talons aiguilles. Après avoir lu dans Le Deuxième Sexe de Simone de Beauvoir qu’on ne naît pas femme mais qu’on le devient, il a pris son destin en main.


La parole des femmes ne s’arrête pas à la frontière des genres

Femme verticale, textes de Simone Veil, Nancy Huston, Virginie Despentes… Théâtre de la Ville, Valence, du 22 au 24 janvier 2014
Le spectacle emprunte son nom à l’oeuvre littéraire d’Andrée Chedid Lucy, la femme verticale qui donne la parole à la première femme de l’humanité. Des millions d’années après cette célèbre Lucy, qui, sortie sous les pioches et les plumeaux de l’anonymat, s’est redressée pour une longue marche, la femme verticale nous invite à poursuivre le chemin

Après avoir lu dans Le deuxième sexe de Simone de Beauvoir qu’on ne naît pas femme mais qu’on le devient, une certaine Juliette a pris son destin en main. Dans la peau d’Eric Massé, la belle à peine fardée et sur talons aiguilles trouve son chemin à travers les mots de celles qui osent transgresser interdits et tabous.
A partir de fragments d’oeuvres féminines, Juliette, transporte son auditoire vers un monde peuplé de femmes, qu’elles soient femmes célèbres ou héroïnes de fiction. Son identité s’affirme au gré de ces usurpations, de ces incarnations éphémères. Dans une savante alchimie d’engagement littéraire, de réalisme et d’humour, elle offre sur un plateau transformé en place publique une parole parfois crue, souvent poétique, toujours intime.
Au coeur d’un triptyque d’écrans, où sont projetées ombres et images d’actualité et d’archives, Juliette murmure, éructe, susurre. Evoluant sur ses hauts talons, elle convie fantômes du passé et fantasmes du présent. Et les spectateurs, interpellés, troublés, deviennent ses partenaires essentiels. Femme verticale s’invente dans une interaction complice avec le public, l’invitant parfois sur scène à donner chair à certaines fantaisies.

Voyageant entre textes de romans, journaux intimes, chansons et essais, Juliette invente un spectacle qui associe sa quête identitaire à celle d’identité littéraire de nombreuses écrivaines, et, emprunte leurs mots aux sulfureuses Nancy Huston, Catherine Millet, Nelly Arcan et Virginie Despentes, aux féministes Geneviève Brisac, Simone de Beauvoir et Elisabeth Badinter, aux très emblématiques Simone Veil et Olympe de Gouges et aux poétesses Anaïs Nin, Virginia Woolf et Andrée Chédid. Femme verticale réunit des écrits de femmes téméraires : leurs auteurEs ont toujours bravé le consensus et devancé les législateurs. Par leurs oeuvres elles ont choqué, non par volonté de provocation, mais par nécessité et intégrité intellectuelle. Car, comme l’écrivait Virginia Woolf, « nous ne pouvons siéger dans des comités si nous devons également servir le thé » ; et refusons que « la vérité ne puisse être dite que par les femmes dont les pères étaient charcutiers » !

Aujourd’hui l’émancipation de la moitié du genre humain est irréversible et se poursuit grâce à ces femmes toujours « trop tout ce qu’elles sont » car elles écrivent sans fard et se positionne dans un refus des limites assignées à leur sexe avec humour et grande tendresse.
« Ces prolottes de la féminité, celle qu’on n’épouse pas, avec qui on ne fait pas d’enfant, les moches, les vieilles, les camionneuses, les frigides, les mal baisées, les imbaisables, les hystériques, les tarées, toutes les exclues du grand marché à la bonne meuf. Et je commence par là pour que les choses soient claires : je ne m’excuse de rien, je ne viens pas me plaindre. (...)Parce que l’idéal de la femme blanche, séduisante mais pas pute, bien mariée mais pas effacée, travaillant mais sans trop réussir, pour ne pas écraser son homme, mince mais pas névrosée par la nourriture, restant indéfi niment jeune sans se faire défi gurer par les chirurgiens de l’esthétique, maman épanouie mais pas accaparée par les couches et les devoirs d’école, bonne maîtresse de maison mais pas bonniche traditionnelle, cultivée mais moins qu’un homme, cette femme blanche heureuse qu’on nous brandit tout le temps sous le nez, celle à laquelle on devrait faire l’effort de ressembler, à part qu’elle a l’air de beaucoup s’emmerder pour pas grand chose, de toutes façons je ne l’ai jamais croisée, nulle part. Je crois bien qu’elle n’existe pas. » Virgine Despentes, King Kong théorie
Femme verticale est mue par la volonté farouche que chacun soit reconnu et considéré dans la société comme un individu à part entière, sans distinction de sexe. C’est pourquoi, sur scène, dans ce théâtre de paroles et d’ombres se noue un mariage intime entre le sexe du comédien et le genre féminin, un « transgenre », qui ne différencie plus l’appartenance sexuelle de l’être, mais la confond.

D’après des textes de Nelly Arcan, Élisabeth Badinter, Simone de Beauvoir, Geneviève Brisac, Andrée Chedid, Virginie Despentes, Nancy Huston, Catherine Millet, Anaïs Nin, Simone Veil, Virginia Woolf

Informations pratiques

Conception et jeu Éric Massé
Avec les voix d’Olivier Balazuc, Richard Brunel, Angélique Clairand, Norah Krief du Collectif artistique de la Comédie de Valence et de François Chabrier
Collaboration artistique Richard Brunel
Collaboration scénographique et technique Pierre Haderer
Vidéo Fabienne Gras
Costumes Dominique Fournier
Musique Julie Binot
Lumières et régie générale Florent Oliva
Construction Didier Raymond, Christophe Petit

Joué également, dans le cadre de la Comédie Itinérante, à :
> St-Montan – 28 janvier à 20h00
> Valaurie – 29 janvier à 20h00
> Lagorce – 30 janvier à 20h00
> Mercuer – 31 janvier à 20h00

La Comédie
Place Charles-Huguenel
26000 Valence
Billetterie 04 75 78 41 70


Afficher Comedie de Valence sur une carte plus grande


Pierre Aimar
Mardi 10 Décembre 2013
Lu 247 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 82





Inscription à la newsletter