Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




Expositions de Sophie Revault, Catherine Tartanac, Lucile Travert, « Le Deuil et la Grâce », à l'abbaye de Silvacane et au château de Lourmarin, du 18 juillet au 27 août

Trois artistes - Sophie Revault, Catherine Tartanac, Lucile Travert - ont uni leurs recherches plastiques et picturales autour du thème “Le Deuil et la Grâce”. Leurs créations ont été spécialement conçues pour être présentées dans le joyau de l’art cistercien qu’est l’abbaye de Silvacane ainsi qu’au château de Lourmarin, premier château Renaissance en Provence, situé dans l’un des plus beaux villages du Sud-Lubéron.


Sophie Revault, Catherine, Lucile Travert
Sophie Revault, Catherine, Lucile Travert
À Silvacane, l’exposition se tiendra dans le réfectoire de l’abbaye. L’accès du visiteur n’est pas immédiat. Après le bâtiment de l’accueil, il aura déjà marché vers l’édifice le long du vivier, pénétré dans l’église, parcouru à son rythme la plus grande partie de l’abbaye, et ayant ainsi déambulé, il accédera par la galerie septentrionale du cloître à la salle du réfectoire.

Dans ce réfectoire tout en lignes, avec une hauteur quasi “illimitée”, les artistes disposent de 24 mètres de longueur sur 8 mètres de largeur. Les vitraux réalisés par Sarkis, la rose occidentale, la présence des voûtes d’ogives, les consoles le long des murs et les chapiteaux ponctuent les verticales tandis qu’à nos pieds s’étend un sol totalement nu. Chacune des artistes aura abordé le thème et le lieu selon son propre univers de plasticienne et de peintre.

Sophie Revault montrera des photos numériques sur papier photocopie noir et blanc tout le long du mur attenant à la porte d’entrée : ONLY ONE et JIACOMINO tenteront de faire ressentir des états psychiques traumatiques intimes, vécus pendant le deuil, au moyen de portraits d’un modèle véritablement aux prises avec le deuil, portraits sur lesquels s’exerce un mode d’expression gestuelle émotif. Recouvrements successifs de peinture, déchirures, collages, plis sont là pour symboliser, représenter l’invisible et indicible intériorité.
Ensuite, tout le long du mur du fond, il y aura ANIMULA VAGULA... Petite âme errante... Hommage à M. : une longue bande de peinture sur papier japon (0,85 x 6,88 m), traitée en trois parties, du nocturne au plein jour. Dans cette oeuvre, l’eau, l’air, la lumière, le temps se confondent en un maillage de particules : tout dans la nature est atome et “la nature est structurée comme une écriture” selon l’expression de Hubert Reeves...
Le plus petit élément signifiant de la forme abstraite géométrique de cet ensemble est un chevron, forme archétypale qui signifie l’eau depuis les temps préhistoriques. On le trouve aussi taillé sur les pierres de l’abbaye, dont le réfectoire... Enfin dans le prolongement de cette bande, LA GRÂCE, L’INSU se déploiera en hauteur. Oeuvre en voie de réalisation, ce sera un diptyque, avec une variation sur le chevron, peinture aux couleurs de la mélancolie, douceur, joie.

Catherine Tartanac présentera ses peintures à l’huile sur de très grands formats de toiles de lin tendues sur châssis. Ses oeuvres seront accrochées sur le mur côté vitraux, sous la rose et à gauche de l’entrée comme indiqué sur la maquette ci-contre.
La recherche se fera de l’unique au multiple : toile simple, triptyque, autour de la disparition, de l’effacement de la forme, de la décomposition de la matière, du passage du sombre au clair et de la confrontation ombre/lumière. Avènement d’un nouvel équilibre, fait de légèreté, de souffle, de force, de souplesse. Pour l’essentiel de ce travail, il s’agira de laisser être, de laisser advenir, dans le sacrifice du projet initial, un nouveau tableau.

Lucile Travert proposera un parcours au sol où elle installera un dispositif se référant à la stèle, monument monolithique dressé portant une inscription.
Par sa disposition de stèles lumineuses, le projet plastique fera allusion à l’oeuvre de Sarkis, particulièrement les vitraux du réfectoire, mais aussi au site marécageux de l’abbaye puisque la stèle sera occupée par de l’eau. Enfin, un miroir accroché à l’un des bords supérieurs de la stèle participera au phénomène et à l’impression de reflet : reflet de l’eau et reflet de l’oeuvre graphique qui flottera à la surface de l’eau de chaque stèle éclairée par une source lumineuse venant du dessous, tel un halo ou une auréole.

À Lourmarin, les artistes proposeront de poursuivre dans les salles basses et patio du château Renaissance le travail présenté à Silvacane enrichi de leurs productions habituelles.
Sophie Revault, Catherine Tartanac et Lucile Travert présenteront de façon tout à fait traditionnelle une exposition de leurs recherches en liaison avec le projet “Le Deuil et la Grâce” mais également des oeuvres antérieures et postérieures à ce travail spécifique.
Une cohésion de présentation des oeuvres entre elles mais également des oeuvres avec les espaces du château sera envisagée et offrira du sens à la visite de l’exposition que le visiteur ait pu voir l’exposition à Silvacane ou non. Les artistes souhaitent ainsi permettre au public de découvrir toute l’amplitude de leurs créations plastiques et picturales.
Lourmarin inaugure l’exposition “Le Deuil et la Grâce”, Silvacane la clôture. Entre les deux, tout un chemin à découvrir et à parcourir...

Pratique

Abbaye de Silvacane
du 29 juillet au 27 août 2011
(13) La Roque d’Anthéron
www.abbaye-silvacane.com
Château – Fondation Laurent-Vibert
du 18 juillet au 14 août 2011
(84) Lourmarin
www.chateau-de-lourmarin.com


Pierre Aimar
Samedi 16 Avril 2011
Lu 1034 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 198










Inscription à la newsletter