Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




Expositions à la Galerie nationale de la tapisserie de Beauvais, du 30 janvier 2015 au 30 avril 2016

L’année culturelle 2016 de la Ville de Beauvais débute par deux expositions organisées par la Galerie nationale de la tapisserie, dédiées au design avec « Habiter / Benjamin Graindorge » et au graphisme avec « Si tu me cherches, je ne suis pas là. À l’ombre d’une collection d’affiches ».


fallenTree - banc • 2011 - Chêne - Verre borosilicate L. 273 x l. 110 x H. 120 cm . ©YMER&MALTA
fallenTree - banc • 2011 - Chêne - Verre borosilicate L. 273 x l. 110 x H. 120 cm . ©YMER&MALTA
Première exposition monographique consacrée au jeune designer Benjamin Graindorge dans un lieu culturel institutionnel, « Habiter » présentera une quinzaine de pièces éditées par YMER&MALTA, entre 2009 et 2015 dont une créée en exclusivité pour être exposée à la GNT et intégrer les collections de la Ville de Beauvais. Elle mettra en lumière auprès du grand public un aspect inédit du design quand il recourt aux plus beaux gestes de l’artisanat d’art pour façonner objets et mobiliers au plus près de la création contemporaine. Échange fécond où l’atelier se transforme en laboratoire, où le designer explore librement les techniques les plus nobles et abouties, issues des arts du feu, de l’ébénisterie, du travail du marbre ou du cuir mais expérimente aussi, dès 2010, la haute technologie mise en œuvre dans l’impression 3D1.

Indicible à force de légèreté, l’implication poétique de Benjamin Graindorge propose, sans ne jamais l’outrepasser, la vision fugitive de paysages saisis à un instant T : éléments terrestres tels qu’un arbre gisant sur le sol d’une forêt2, une suite de dunes semblant onduler sous le regard3 ; éléments en suspension dans l’atmosphère tels que la course des nuages4, l’éphémère des gouttes de rosée ou de l’aurore naissante5. Un lexique d’inspirations pour des objets, des mobiliers d’où l’ornementation « gratuite » est bannie pour ne laisser place qu’au trait essentiel traduit ici par le geste de l’artisan, miroir exigeant de la volonté du designer.

Mise en scène par Benjamin Graindorge, l’exposition « Habiter » sera déployée au rez-de-chaussée de la GNT en dialogue avec l’architecture moderniste conçue par André Hermant et inaugurée en 1976. En plein jour, en lumière naturelle, elle fera écho, toutes époques confondue, au chevet de la cathédrale Saint-Pierre selon une perspective ininterrompue depuis les grandes baies de la GNT. Puis la vision du chevet s’estompera à l’approche de la nuit. Alors l’exposition se révélera éclairée par les seuls objets lumineux de Benjamin Graindorge.

Le process de la création sera abordé avec un court-métrage réalisé par Jean-Baptiste Gau pour l’exposition qui dévoilera un pan de la relation essentielle établie entre le designer Benjamin Graindorge et son éditeur / galeriste / diffuseur, YMER&MALTA, incarné par Valérie Maltaverne. De nombreux dessins accompagneront l’itinéraire de l’exposition et illustreront le propos du designer quand il déclarait en 2011, à l’occasion de son premier show solo au studio YMER&MALTA : J’ai le sentiment que ma réflexion se nourrit toujours à la contemplation d’une image, de ses détails et de ses finesses. Je passe beaucoup de temps à regarder, observer et attendre l’événement infime qui fera sens à mes yeux. Puis j’assemble mes intuitions et mes observations. Et enfin je dessine. A partir des dessins commence le travail avec Valérie Maltaverne, on discute, on partage, on progresse pour arriver à la pièce idéale.

Si tu me cherches, je ne suis pas là, À l’ombre d’une collection d’affiches

120 affiches appartenant aux collections du Centre international du graphisme de Chaumont seront regroupées dans les 1000m2 du premier niveau de la GNT selon une trentaine de séquences imaginées par Etienne Hervy et Jean-Marc Ballée.

Deux demi-cercles posés sur le papier… et le monde s’interroge ! Que voir dans ces deux figures géométriques ? Un symbole ? Une évidence ? Un rébus ? Une icône ? Une image certes mais dont le sens change selon celui qui la regarde, sa culture et/ou son imagination. « La course du soleil, du lever au coucher, voilà posés nos deux demi-cercles… » signale Etienne Hervy.

Pratique

Galerie nationale de la tapisserie
22 rue Saint-Pierre – 60000 Beauvais
T. 03 44 15 67 00
Entrée libre . Du mardi au vendredi de 12h à 18h Samedi et dimanche de 10h à 18h



Pierre Aimar
Vendredi 4 Décembre 2015
Lu 124 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 198










Inscription à la newsletter