Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




Exposition Voyages en Égypte, Galerie d’art du Conseil général à Aix-en-Provence, du 12 mars au 19 juin 2011.

En 2011, la Galerie d’art du Conseil général se place sous le signe du voyage artistique. Voyage mythique ou rêvé, voyage d’agrément ou d’étude, chaque exposition mettra une destination particulière en lumière, qui fut magnifiée par les artistes qui y séjournèrent, et démontrera le croisement heureux entre réalité géographique et expérience esthétique.


Denis Roche, Pyramide de Chéops, 28 février 1985
Denis Roche, Pyramide de Chéops, 28 février 1985
À peine inventée en 1839, la photographie investit ce lointain et mythique Orient qu’est l’Égypte. Le photographe et écrivain Maxime Du Camp (1822-1894) ainsi que son compagnon, le jeune romancier Gustave Flaubert, la parcourent entre 1849 et 1850. Du Camp y réalise un album photographique de voyage, intitulé Égypte, Nubie, Palestine et Syrie : voici pour l’aspect réaliste, sinon scientifique. Et un récit de voyage épistolaire, adressé à Théophile Gautier : c’est le versant littéraire de l’entreprise.

Ce croisement heureux entre réalité géographique et expérience esthétique fournira le socle obligé de beaucoup de voyages photographiques égyptiens à venir. Nous en avons, dans cette exposition, choisi deux pour accompagner les images réalisées, sur le même terrain, par les premiers voyageurs-photographes du XIXe siècle appartenant à cette génération qu’on nomme les primitivistes. Leurs descendants spirituels du XXe siècle présentés ici, Denis Roche (1937- ) et Pierre de Fenoyl (1945-1987), ont réalisé leurs périples égyptiens au début des années 1980. Que le premier, Denis Roche, soit également écrivain, ne fait que renouer avec le double et premier voyage de Du Camp. Mais ses images prises durant plusieurs séjours, entre 1980 et 1984, explorent curieusement davantage les opportunités optiques et ludiques proposées par ce que l’on pourrait appeler le « cliché touristique égyptien », auquel est soumis le voyageur contemporain : pyramides, signes divers, appels lumineux, télescopage des époques. Et que, au milieu de tout cela, Denis Roche et sa compagne Françoise y inscrivent leurs autoportraits et portraits de couple, ne fait que mieux souligner, au coeur de leurs voyages égyptiens, leur volonté d’inscrire leur temporalité biographique dans l’immobilité plombée de l’histoire.

Pierre de Fenoyl, lui, mourra prématurément quelques années après son séjour égyptien de 1983, vécu comme une expérience initiatique, sur les traces de Maxime Du Camp et de Gustave Flaubert. Cette disparition donne sans doute un sens rétrospectif plus grave aux images qu’il réalise en Égypte, volontairement inscrites dans la perspective temporelle de ce qu’il nomme la « chronophotographie ». Elle est, selon ses propres termes, l’élaboration par la photographie « des traces du temps vécu, comme des preuves en pensant aux autres ». Contemplatives, mystiques, les photographies égyptiennes de Pierre de Fenoyl reconstruisent le monde séculaire, immobile, des ruines. Sa poésie relève plutôt d’un ordre funéraire, dans lequel la mort y est regardée indirectement, dans sa nature pétrificatrice.
Gilles Mora, Commissaire de l’exposition

Pratique

Artistes exposés : Voyageurs du XIXe siècle (Maxime du Camp, Felice Beato, Felix Bonfils, Hermann Vogel, anonymes), Denis Roche et Pierre de Fenoyl.

Hôtel de Castillon
21 bis cours Mirabeau
13100 Aix-en-Provence
Tél : 04 42 93 03 67
Ouvert tous les jours sauf le lundi de 9h30 à 13h00, de 14h00 à 18h00
Entrée libre / Visites guidées et gratuites sur rendez-vous


Pierre Aimar
Lundi 7 Février 2011
Lu 1519 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 198










Inscription à la newsletter