Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




Exposition Sylvia Katuszewski et Sorane Rotellini à la Galerie Claire Corcia, Paris, du 15 janvier au 20 février 2015

Sylvia Katuszewski, Sculptures et pastels. Sorane Rotellini, Peintures, broderies et installations


Sylvia Katuszewski
Sylvia Katuszewski

Sylvia Katuszewski, « Des femmes à l'épreuve du feu », Sculptures, pastels

Sylvia Katuszewski est une créatrice «habitée» qui vit dans le compagnonnage des poètes (elle a notamment entretenu une correspondance avec René Char).
Elle modèle dans la terre une cohorte d’icônes totémiques, femmes-souffrance ou déesses endolories, saintes écorchées, poétiques et meurtries, belles de douleur.
Femmes blessées et superbes, debout, femmes-enfants, femmes-mères d’une blancheur laiteuse, tendre et sucrée portant parfois les stigmates de douleur à travers un regard dégoulinant de noir ou une scarification de la chair
Femmes totémiques, touchantes. Effigies de douleur et de beauté, tendrement modelées, comme inachevées…
Un art du paradoxe, né du choc de la cuisson. L’épreuve du feu façonne les femmes-enfants de Sylvia Katuszewski, tout comme la vie !
Icônes adorées, reliques encensées, réceptacle des prières et de l’adoration des hommes, les sculptures de Sylvia Katuszewski incarnent néanmoins la souffrance des femmes, des mères, des enfants perdus ou délaissés, des maternités avortées.
Un art du contraste où la souplesse du traitement parvient à suggérer avec force la dureté du propos.
L'exposition des œuvres de Sylvia Katuszewski invite à un dialogue entre les pastels gras sur papier et les sculptures en faïence émaillée.
Si la sculpture apparaît tel un art de l’ellipse et de la retenue, le dessin au contraire explose en couleurs vives, flamboyantes et occupe tout l’espace de la feuille.
Ainsi, deux manières de créer se télescopent au cœur d’une même exposition. Deux facettes d’une même artiste : exubérante et libérée sur le papier, concentrée et interdite dans la terre.

Sorane Rotellini. Dessins, broderies, installations

Pour Sorane Rotellini, le papier est la métaphore de la peau. Elle y inscrit la mémoire de l’évolution, du vivant. La nature est son creuset. Dans son œuvre, l’homme voisine avec les animaux et les végétaux. L’hybridation est partout. Fascinée par la question de l’identité, de la génétique et de la science, l’artiste retrace à travers un bestiaire de chimères, d’insectes, d’oiseaux et de poules la beauté et la cruauté des origines. En quête de réparation, de réconciliation avec l’enfance, elle panse l’œuvre, préalablement grattée, avec de la dentelle et de la broderie. C’est dans le faire qu’elle tente de réparer et dénonce la fragilité extrême du vivant malmené par les hommes. La création est une quête ; elle y recherche le sens de la vie pour tempérer la solitude irrévocable d’exister et d’être au monde.

Pratique

Galerie Claire Corcia
323 rue Saint Martin
75003 Paris
Métro : Arts et Métiers ou Réaumur Sébastopol
Exposition du 15 janvier au 20 février 2015
Entrée libre du lundi au vendredi de 11h30 à 19h
www.galeriecorcia.com
Sylvia Katuszewski
Sorane Rotellini



Claire Corcia
Vendredi 19 Décembre 2014
Lu 62 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 198










Inscription à la newsletter