Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




Exposition Les Romanov, tsars collectionneurs. L’Ermitage : naissance du musée impérial, La Pinacothèque de Paris, du 26 janvier au 29 mai 2011

Pour l’inauguration de ses nouveaux espaces, la Pinacothèque de Paris organise une exposition exceptionnelle autour d’un thème majeur : la naissance d’un musée. Du 26 janvier au 29 mai 2011, la Pinacothèque de Paris présente les trésors des Romanov, un ensemble rare d’une centaine d’oeuvres du musée de l’Ermitage de Saint-Pétersbourg. .


Chardin. Nature morte. Les Attributs des Arts, 1766. Musée de l’Ermitage, Saint-Pétersbourg © Musée de l’Ermitage
Chardin. Nature morte. Les Attributs des Arts, 1766. Musée de l’Ermitage, Saint-Pétersbourg © Musée de l’Ermitage
Constituées à partir de la fin du XVIIe siècle, les collections impériales russes comptent rapidement parmi les plus importantes d’Europe. Dès 1785, le comte Ernest de Munich le confirme : « Les étrangers et les curieux du pays admis à visiter ces vastes et riches galeries de peinture en admirent avec raison la magnificence ».

Le parcours chronologique commence par la présentation des oeuvres réunies par Pierre le Grand (1672-1725). Grand curieux et collectionneur averti, Pierre Ier dépêche ses agents dans toute l’Europe pour rapporter peintures et sculptures à Saint-Pétersbourg. Doté d’une prédilection particulière pour l’art hollandais, Pierre Ier acquiert sur le marché de l’art d’Amsterdam des sujets bibliques, comme le magnifique David et Jonathan de Rembrandt, mais aussi des scènes de genre d’une grande qualité, tel Le Contrat de Mariage de Jan Steen, ou encore des marines. L’école italienne est présente à travers une superbe Mise au Tombeau de Garofalo, alors attribuée à Raphaël, cadeau du cardinal Pietro Ottoboni.

Souveraine éclairée imprégnée de la philosophie des Lumières, Catherine II (1729-1796) enrichit à son tour les collections et construit le premier espace dédié à leur présentation : le Petit Ermitage, édifié à côté du Palais d’Hiver de 1764 à 1775. Ce bâtiment se révèle vite insuffisant pour abriter un nombre d’oeuvres en constante augmentation et le Grand ou Vieil Ermitage est construit peu après, de 1771 à 1787.
Catherine II donne à la collection un caractère encyclopédique et voit le moyen d’affirmer son prestige politique. C’est à Paris que Catherine effectue ses principales acquisitions, par l’intermédiaire de correspondants aussi prestigieux que Diderot ou le Baron Grimm. Dans la collection de Jean de Julienne, elle sélectionne entre autres La malade et le médecin de Gabriel Metsu. Mais son plus grand coup est l’achat de la collection du banquier et mécène Pierre Crozat : le Portrait d’acteur de Domenico Fetti, l’esquisse pour L’Entrée de Marie de Médicis à Lyon de Rubens, les Amours à la chasse et la Vénus, Faune et Putti de Poussin, L’incrédulité de Saint Thomas de Van Dyck ou encore le Portrait de jeune homme au chapeau de Greuze font leur entrée dans les collections impériales. Enfin, à Paris également, elle acquiert le cabinet du comte Baudouin où les oeuvres de Van Dyck rivalisent avec celles de Rembrandt, Rubens ou encore Ruysdael. À chaque fois, une vague d’indignation secoue l’opinion parisienne opposée à l’exportation de tant de chefs-d’oeuvre vers la Russie. Le prestige de Catherine n’en est que plus grand. À sa mort, la galerie compte plus de 4000 tableaux.

Alexandre Ier (1777-1825), digne petit-fils de Catherine II, imprime lui aussi sa marque dans les collections impériales, en dotant notamment l’Ermitage d’une superbe collection de maîtres espagnols. Durant les guerres napoléoniennes, les Russes agressés s’identifient aux héroïques Espagnols qui résistent aux troupes françaises. L’acquisition de la collection Coesvelt fait entrer les grands noms du siècle d’or espagnol dans la galerie impériale. On retiendra ainsi l’extraordinaire Portrait du comte-duc Olivares de Vélasquez et la mystique Annonciation de Murillo. À l’impératrice répudiée Joséphine de Beauharnais, Alexandre Ier achète 38 tableaux dont l’exquis Petit-déjeuner de Gabriel Metsu.

Le règne de Nicolas Ier (1796-1855) est marqué par la construction du Nouvel Ermitage (1842-1852), à la suite de l’incendie du Palais d’Hiver en 1837. C’est la naissance du musée moderne, à l’image de ceux qui fleurissent alors en Europe, du Louvre au British Museum, en passant par les musées de Berlin et Munich. Nicolas Ier est cependant tristement célèbre pour s’être séparé en 1855 de plus de 1200 oeuvres jugées médiocres. En dépit de ces cessions, il enrichit la galerie de tableaux italiens de la Renaissance : Mise au tombeau de Francesco Francia et de nombreux Titien avec la collection Barbarigo. Les Primitifs flamands font leur entrée à l’Ermitage lors de la vente posthume de la collection de Guillaume II, roi des Pays-Bas.

En l’espace de deux siècles, les Romanov ont élaboré l’une des plus belles collections du monde et construit un musée moderne, ouvert au grand public dès 1805.

Autour de ce thème unique original – la naissance d’un musée –, la Pinacothèque de Paris propose une histoire du collectionnisme et du goût au sein des élites européennes les plus brillantes de leur temps. Marc Restellini

Pratique

L’Ermitage : naissance du musée impérial. Les Romanov, tsars collectionneurs
exposition du 26 janvier au 29 mai 2011
Commissaire de l’exposition : Monsieur Sergey Androsov, directeur du département des peintures occidentales, musée de l’Ermitage.

La Pinacothèque de Paris est ouverte tous les jours de 10h30 à 19h30.
Fermeture de la billetterie à 18h45.
Le dimanche 1er mai 2011, ouverture de 14h à 19h30.
Nocturne tous les mercredis jusqu’à 21h30 (fermeture de la billetterie à 20h45).
La boutique de la Pinacothèque de Paris est ouverte tous les jours de 10h30 à 20h.
Plein tarif : 10 €

PINACOTHÈQUE DE PARIS
28, place de la Madeleine
75008 Paris
Tél. : 01 42 68 02 01


pierre aimar
Mercredi 12 Janvier 2011
Lu 1347 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 199





Inscription à la newsletter