Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




Exposition Jean-Louis Forain (1952-1931), « La Comédie parisienne », au Petit Palais, Paris, du 10 mars au 5 juin 2011.

Jean-Louis Forain (1852-1931) acquiert auprès du public une immense renommée en publiant pendant un demi-siècle des dessins pleins d’ironie qui dénoncent les travers du bourgeois dans des journaux aussi variés que Le Figaro, Le Courrier français, The New York Herald ou Le Rire. Au-delà de la satire, Forain est avant tout un peintre de moeurs qui met en relief les dessous de la société parisienne de La Belle Epoque aux Années Folles.


Avec plus de deux cents huiles, aquarelles, pastels, gravures et dessins, le Petit Palais dévoile une aventure artistique des plus fécondes depuis la jeunesse du plus incisif des impressionnistes jusqu’à l’expressionnisme des dernières années. Menant à ses débuts une vie de bohème en compagnie de Rimbaud et de Verlaine, il se lie avec de nombreux écrivains, notamment Huysmans.
Il est le plus jeune artiste à assister aux discussions enfiévrées menées par Manet et Degas au Café Guerbois, puis à La Nouvelle- Athènes. Imprégné des théories impressionnistes sur la lumière et la couleur, il privilégie les scènes de la vie quotidienne - spectacles, coulisses, cafés, courses, lieux d’élégance et de plaisirs, soirées mondaines - dans quatre expositions impressionnistes entre 1879 et 1886. Ses dessins sont rassemblés en volumes dont le premier, La Comédie parisienne, est publié en 1892.

Après 1900, en peintre moraliste, il proteste contre les injustices dans de pathétiques scènes de tribunaux où la lumière se répand en souvenir de Rembrandt et de Daumier. Les orages qui bouleversent la troisième République - Panama, la crise anarchique, les Fiches, les Inventaires - l’orientent vers l’actualité politique qu’il commente avec férocité. Il n’évite pas sur certains sujets les pires errements, comme sur celui de l’Affaire Dreyfus.

Pendant la guerre de 14-18, tandis que ses illustrations de presse exaltent le patriotisme de ses contemporains, il s’engage dans la section de camouflage. Enfin, septuagénaire, le peintre ne recule devant aucune audace et retranscrit l’atmosphère endiablée des années vingt avec un pinceau toujours plus rapide et puissant.

Passant par toutes les hardiesses d’un trait puissamment synthétique, son art est admiré de Toulouse- Lautrec aux caricaturistes d’aujourd’hui, tel Plantu qui préface le catalogue de l’exposition. Cette rétrospective sera ensuite présentée à l’été 2011 aux Etats-Unis, au musée de Memphis : The Dixon Gallery & Gardens.

Commissariat Gilles Chazal,
conservateur général, directeur du Petit Palais Florence Valdès-Forain, historienne d’art assistés de Joëlle Raineau, collaboratrice scientifique au Petit Palais

Pratique

PETIT PALAIS
Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris
Avenue Winston Churchill - 75008 Paris
Tel: 01 53 43 40 00
OUVERTURE
Du mardi au dimanche de 10h à 18h
Nocturne le jeudi jusqu’à 20h
Fermeture le lundi et les jours fériés
TARIFS
Entrée gratuite dans les collections permanentes
Entrée payante pour les expositions temporaires
Tarif de l’exposition Jean-Louis Forain
Plein tarif : 10 euros
Tarif réduit : 7,5 euros / 5 euros
Gratuit jusqu’à 13 ans inclus


Pierre Aimar
Vendredi 4 Février 2011
Lu 842 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 199





Inscription à la newsletter