Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




Exposition Force Noire. « La musique est l'arme du Futur » - Fela Kuti, du 3 janvier 2012 au 4 février 2012, galerie 59 RIVOLI , Paris

L'exposition Parisienne FORCE NOIRE présentera pour la première fois en France sous un angle éclectique le parcours de Lemi Ghariokwu, allant de ses débuts d'illustrateur de pochettes de disque et de son travail pour la presse au Nigéria, jusqu'à ses travaux récents. Cet événement consacrera le talent de l'artiste de l'AfroPopArt en explorant les nombreux aspects de son travail visionnaire.


Exposition Force Noire. « La musique est l'arme du Futur » - Fela Kuti, du 3 janvier 2012 au 4 février 2012, galerie 59 RIVOLI , Paris
En 1974, le peintre Lemi Ghariokwu rencontre Fela Kuti à Lagos au Nigeria. Un lien quasi mystique s'établira dès lors entre eux. Proche de la vie personnelle et professionnelle du musicien, Lemi assiste à son évolution musicale et au sommet de sa gloire. Une riche collaboration artistique prend forme, et le peintre, qui concevra pour lui 26 de ses pochettes d'album, transcrit parfaitement l'expression musicale et le message politique de Fela. Devenu témoin d'une contestation sociale qui allait faire date, Lemi Ghariokwu aura fortement contribué à l'iconographie du mouvement musical Afrobeat, diffusant à travers le prisme de l'illustration et de la peinture le message populaire et unificateur de Fela. Consacré Roi de la pochette de disque par la BBC et maître de la caricature, Lemi peint sa propre vision de la négritude, l'africanitude soit une célébration de « Héros Noirs », dont le réalisme pictural s'exprime à travers une forme narrative ironique, musicale, urbaine et érotique.

L'univers de Lemi Ghariokwu présente des dessins aux formes vibrantes et aux couleurs vives agrémentées d'assemblage de textes satiriques, où mots et slogans sont inscrits comme des « tags ». Son œuvre, inspiré du quotidien de la rue, des tv-news et des informations perçues à travers les medias, comporte également des photomontages au fort impact visuel. « Mon inspiration me vient de l'intérieur et de la connaissance de ce qui se passe dans mon environnement immédiat, de la société en général et de tout l'univers et de ses vibrations. Le mouvement quotidien des gens, l'interaction des émotions, le contre-courant des idées. »
Quand Lemi quitte l'Afrique pour la première fois en 2003, c'est lors d'un voyage à New York aux Etats Unis où il se retrouve propulsé au-devant de la scène lors de l'exposition collective en hommage à Fela : Black President: The Art and Legacy of Fela Anikulapo Kuti. Il vit un temps à NYC et réalise ainsi une fresque murale pour la ville : Everybody's Gotta Be Somebody, décrivant sa vision du rêve américain. Dans cette œuvre, le tag « Somebody wants a nigga as a president » s'inscrit come une prophétie. On ne peut s'empêcher de considérer cette inscription comme un message visionnaire faisant allusion à la provocation de Fela « Black President » et de faire le rapprochement avec l'élection historique du premier président noir de l'histoire des Etats-Unis, Barak Obama.
Lemi dessine des « vanités » pour la marque de fringues Stussy (Etats-Unis) qui lui confie, à l'occasion de leur 25è anniversaire, la réalisation d'une collection de Tee-Shirts.
Digital AfroPopArt est le nom par lequel Lemi définit ses travaux récents. Ces œuvres numériques à la forte empreinte publicitaire veulent amener une réflexion sur l'art actuel et la pertinence d'un message « politique » dans un contexte contemporain en Afrique et dans le monde. Se décrivant « panafricaniste intéressé par toute sorte de progrès qui soit pertinent pour le soi-disant Homme Noir », Lemi a donc centré son œuvre sur la célébration des héros noirs de l'Histoire (Barak Obama, Michael Jackson, Fela Kuti, Femi Kuti), qu'il portraiture dans un état contemplatif empreint de symbolisme.
L'art de Lemi, annonciateur d'un art africain contemporain, se veut un des vecteurs d'une pensée panafricaine, volontairement explicite et fédératrice d'une pensée humaine universelle.

Fela Anikulapo-Kuti (1938-1997) était un musicien révolutionnaire. Chef d'orchestre charismatique et leader controversé, sa célébrité atteignit des niveaux à peine imaginables dans son pays natal, le Nigeria. Fela invente dans les années soixante dix un nouveau genre musical, l'Afrobeat, une fusion de jazz, d'innovations funk de pur style James Brown, avec les musiques traditionnelles Yoruba, Highlife (Nigéria et Ghana), le batteur Tony Allen en fut l'architecte. Son exceptionnelle ouverture d'esprit le conduit à expérimenter une musique qui puisait sa force dans une vision universelle. Il rencontrera de prestigieux musiciens tel le grand xylophoniste Roy Ayers, le trompettiste du Art Ensemble Of Chicago Lester Bowie, ou le génial batteur des Cream Ginger Baker avec lequels il jouera et enregistrera un rock africain psychédélique.
Au cours des années soixante-dix il fonde la République de Kalakuta (« vaurien » en Swahili) son propre territoire à Lagos au Nigeria, comprenant un studio d'enregistrement, un lieu de concert (le Shrine) et une commune. A deux reprises, en 1974 et en 1977, Kalakuta est pris d'assaut par un millier de soldats qui pillent, violent et incendient la communauté. Lors de cette dernière agression, sa mère Fummilayo Ramson Kuti, militante des droits de l'homme et féministe, est mortellement blessée et Fela envoyé en prison.
En 1978 lors d'une grande cérémonie en hommage à sa mère, Fela « Ramson » Kuti change son nom « Anikulapo » « celui qui porte la mort dans sa poche » , se convertit au culte Yoruba et épouse ses 27 danseuses. Il En 1979, il forme son parti politique « Movement of the People » et s'autoproclame « Black President ». Durant une décennie il se propose à la présidence du Nigeria en défiant un gouvernement corrompu et oppressif qui ne prendra jamais en compte sa candidature.
A Lagos, un nouveau Shrine a ouvert ses portes sous la direction de son premier fils Femi Kuti. Femi et Seun Kuti marchent sur les traces musicales de leur père, assurant la postérité de son message musicale l' Afrobeat.

En 2009, sur l'initiative du label new-yorkais Knitting Factory et des sommités Jay Z et Will Smith, Fela le héros de le contre culture africaine est ressuscité en super star à Broadway avec la comédie musicale FELA ! Mis en scène par le chorégraphe Bill T. Jones et affichant à son casting notamment Patti Labelle. Dix fois primés aux « Awards » en 2010 le show affiche complet pendant un an. En 2011 le spectacle continue de tourner dans le monde (Angleterre, Nigeria, Pays-Bas...) et une tournée américaine dans plus de 200 villes pour 2012.
La vie de Fela est exceptionnelle. Il représente ce symbole de Force de la nature, cette Force Noire. Leader en lutte contre la tyrannie et l'injustice, il consacrera sa vie pour la liberté d'expression et la dignité humaine. Icone moderne de la contre culture africaine, sa forte personnalité, son audace et son énergie justifieront la puissance de son originalité musicale. Son charisme et sa créativité l'ont conduit au succès international.
A sa mort, plus d'un million de personnes assisteront à son enterrement.

Photograhies
Pierre Terrasson
a rencontré a le roi de l'Afro-Beat à Paris. Pierre a passé cette décennie à prendre des photos « par curiosité, un âge d'or, celui des années 80, où être photographe ne s'improvisait pas. » Il s'est embarqué par pure passion dans l'univers excentrique du hard-rock, du rock et du punk. L'hétérogénéité de son travail est surtout motivée par une curiosité sans borne pour tout ce qui peut sembler atypique, ce qui ne rentre pas dans les cadres. Ses archives sont dès lors pleines de personnalités énigmatiques, excentriques, hors-norme. Il a eu le privilège de photographier Fela lors de ses concerts et de festivals en France avec ses danseuses affichant fièrement leurs maquillages Yoruba et leurs parures aux perles flamboyantes. Ces photos sont inédites et n'ont jamais fait l'objet d'une exposition en France ou dans le monde.

commissaire d'exposition Dinah Douieb

Exposition FORCE NOIRE
Du mardi 3 janvier 2012 au samedi 4 février 2012 - Entrée libre
Galerie 59 RIVOLI - 59 rue de Rivoli 75001 Paris - Metro Chatelet
Ouvert tous les jours de 14h à 20h fermé le lundi


Pierre Aimar
Lundi 24 Octobre 2011
Lu 801 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 198










Inscription à la newsletter