Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




Exposition Carnets de voyage 2. Le monde au bout du crayon, l'Adresse Musée de la Poste, Paris, du 18.11 > 23.04.11

Pourquoi voyage-t-on ? « Un voyage se passe de motifs, écrivait Nicolas Bouvier en 1963 dans L’Usage du monde, il ne tarde pas à prouver qu’il se suffit à lui-même », ajoute-t-il. Sans doute, à l’instar de l’illustre globe-trotter, quelques carnettistes ont-ils éprouvé ce besoin irrépressible de larguer les amarres pour rompre avec le quotidien et tromper l’ennui.


Samuel Hardon et Céline Roussel. Chitwan, Népal, 2008
Samuel Hardon et Céline Roussel. Chitwan, Népal, 2008
Pour d’autres, la tension vers le départ n’est pas une fuite mais une quête. Porté par des lectures de jeunesse, on poursuit un mythe, un explorateur ou une route légendaire. L’Adresse Musée de la Poste présente un très large panorama des artistes voyageurs d’aujourd’hui – nous faisant découvrir le Transsibérien, les tribus de la vallée de l’Omo… ou les brocantes de Picardie.

Jamais sans son carnet
Pour les artistes, le dessin sur le motif est un but en soi et le carnet lui-même, non plus un recueil d’esquisses préparatoires, mais une œuvre achevée, à part entière. Où qu’il soit, le carnettiste saisit son crayon et sort sa boîte d’aquarelle. Tous les artistes du carnet de voyage pourraient se rallier à cette belle formule proclamée par Guillaume Reynard : « Je voyage pour dessiner, je dessine pour voyager ». Car l’acte de dessiner en voyage, outre qu’il répond à une nécessité vitale pour l’artiste, est un formidable sésame pour ouvrir les cœurs et les maisons. Quand le croqueur ne maîtrise pas la langue du pays, le dessin apparaît alors comme le meilleur des lexiques. Autour de l’artiste qui a choisi son point de mire se forme un essaim d’enfants qu’aucune inhibition ne retient. La confiance gagnée et la surprise passée, les adultes s’approchent. L’artiste s’est posé. On pose. Il faut arrêter le temps car celui qui met un point d’honneur à dessiner sur le motif condamne la précipitation. La lenteur est la garantie de la meilleure observation et partant, de la meilleure restitution.

L’exotisme au coin de la rue
Le dessin représente un merveilleux outil de communication pour entrer en contact avec les autres. Foin des mises en scène pour touristes, danses folkloriques et passages obligés dans les échoppes de produits ethniques ! L’essentiel n’est pas là. L’artiste voyageur veut faire de belles rencontres et vivre d’authentiques moments de partage. C’est ce que lui procure le dessin de voyage. Veut-il de l’exotisme à toute force ? Point n’est besoin de franchir les océans. Il peut éprouver de fortes émotions et sensations au coin de sa rue. Rien n’échappe à l’œil aiguisé du carnettiste vagabond, à l’affût de… l’ordinaire. Le voilà guettant les attitudes les plus anodines, dans la rue, dans les bistrots, à la plage. Le voici arpentant les brocantes et les cabarets de jazz, donnant une âme aux objets et du mouvement aux musiciens.

Aux quatre points cardinaux
Tout est bon à croquer. Paysages et architectures de France surgissent du trait vif ou appliqué tracé par l’artiste. En France ou à l’étranger, les portraits ont la faveur des carnettistes. De l’Europe à l’Amérique en passant par l’Afrique, le Moyen-Orient et l’Asie, ils nous emmènent saluer un forgeron roumain, une danseuse du ventre en Egypte, un vieillard du pays dogon (Mali), un docker de Mombasa (Kenya), un initié de l’ethnie Hamer (Ethiopie), la directrice d’un orphelinat en Sibérie, un marchand de thé de Calcutta, un pêcheur japonais, une maraîchère du Mékong, un vieux peintre de Hanoï et puis… C’est assez pour dire la diversité des rencontres que le visiteur fera en parcourant cette exposition. Il ne sera pas au bout de ses surprises quand il découvrira les univers oniriques de quelques artistes facétieux. À la diversité des sujets traités répond un très grand éventail de styles qui n’exclut aucune technique : dessins d’architecture, collages ou phylactères de bandes dessinées.

L'Adresse Musée de la Poste
34 Boulevard de Vaugirard _75015 PARIS
Tél : 01 42 79 24 24
www.ladressemuseedelaposte.fr
Horaires
Du lundi au samedi de 10h à 18h.. Fermé le dimanche et les jours fériés.
Plein tarif : 6,50 € (donne accès aux collections permanentes).


pierre aimar
Mercredi 17 Novembre 2010
Lu 1192 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 199





Inscription à la newsletter