Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)



Evian, théâtre Antoine Riboud : Première de Presse Pipole, comédie d'Olivier Lejeune avec Danièle Gilbert

PRESSE PIPOLE. Comédie d'Olivier Lejeune,mise en scène de l'auteur. Avec Danièle Gilbert. Première au théâtre Antoine Riboud d'Evian,le 8 Août 2008


       Voici une comédie de boulevard branchée sur l'actualité et promise à un beau succès public dans le cadre des tournées en France du Théâtre privé.
        Nous sommes dans la salle de rédaction du magazine people "Le Torchon". Alors que le prochain numéro est sous presse, le fantasque rédacteur en chef, Pierre, décide de "casser la Une" quand Luigi, un paparazzo chasseur de photos de stars vient lui proposer un scoop qui devrait lui faire vendre plus d'un million d'exemplaires. Une nuit très agitée commence, pleine de rebondissements, pour le bouclage en urgence du numéro où les six personnages ridicules et catastrophiques de la pièce s'affrontent pour le meilleur et pour le pire : Geneviève (Danièle Gilbert), la vieille collaboratrice nunuche du magazine,détraquée par son prochain départ à la retraite, Maryline (Virginie Stevenoot), l'obscène et stupide chroniqueuse mondaine, adepte de la chirurgie esthétique, Xavier(Fred Vastair), le naïf coursier de l'imprimeur, Luigi (Benoît Tachoire), Pierre (Olivier Lejeune), et enfin Kerdru (Philippe Stellaire), la star people, mannequin play boy homosexuel, victime ici d'un odieux chantage puisque photographié à son insu dans une situation compromettante avec un éphèbe, et qui vient proposer au magazine "Le Torchon" des sommes exhorbitantes pour empêcher la parution de clichés qui détruiraient sa carrière.
          La première partie du spectacle mobilise l'intérêt du spectateur sur l'intrigue et mêle avec subtilité comique de caractère et comique de situation dans une langue grivoise qui multiplie jeux de mots, calembours et contrepeteries, avec un sens très sûr des effets amplifiés par la manipulation des ordinateurs et des téléphones portables qui participent à l'occasion du charivari général. La seconde partie abandonne quelque peu l'intrigue pour nous plonger, grâce à une mise en scène efficace de l'auteur, digne de Dario Fo et de la commedia dell'Arte contemporaine,dans l'univers délirant, voire néo-surréaliste, du théâtre de boulevard français actuel. A la recherche de titres sensationnels d'articles, pour appâter le lecteur bon-enfant,tous les personnages se font photographier par Luigi avec différents ustensiles, en accompagnant leurs postures de mimiques grotesques et de surprenants dérapages verbaux pour meubler à la va-vite  les colonnes du magazine qui boucleront les dernières pages du "Torchon"...avant d'apprendre par un fax du Big Boss qu'ils sont licenciés! Qu'à cela ne tienne! "Le Torchon est mort, vive Le Torchon!"sera le mot de la fin.
           On rit beaucoup et de bon coeur, et comme le dit l'auteur qui s'enquiert régulièrement de la température de la salle ("ça va,vous passez une bonne soirée?"), tous ces personnages ont trouvé, par la qualité de leur jeu,l'alchimie de tout faire passer, et méritent à des titres divers de susciter la sympathie du spectateur qui ne supporte pas les leçons pesantes du théâtre intellectuel.
Philippe Oualid


pierre aimar
Dimanche 10 Août 2008
Lu 1551 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 83





Inscription à la newsletter







Un Ovni dans le ciel d'Arles...



Venise ? Ici ou ailleurs ?

Venise ? Ici ou ailleurs ?


Ardèche. La tour à eau de Gilles Clément

Ardèche. La tour à eau de Gilles Clément