Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




« Eugène Boudin, au fil de ses voyages », Musée Jacquemart-André, Paris, 22 mars au 22 juillet 2013

Le Musée Jacquemart-André organise la première rétrospective parisienne consacrée au peintre Eugène Boudin depuis la fin du XIXe siècle. Une soixantaine de peintures, aquarelles et dessins sont réunis, avec le concours des grands musées internationaux, pour présenter : « Eugène Boudin, au fil de ses voyages »…


Eugène Boudin,  Plage aux environs de Trouville  1864  Huile sur toile  67,5 x 104 cm  Toronto, Art Gallery of Ontario, Musée des Beaux-Arts de l’Ontario – Anonymous Gift, 1991  © 2012AGO
Eugène Boudin, Plage aux environs de Trouville 1864 Huile sur toile 67,5 x 104 cm Toronto, Art Gallery of Ontario, Musée des Beaux-Arts de l’Ontario – Anonymous Gift, 1991 © 2012AGO
Le Musée Jacquemart-André organise la première rétrospective parisienne consacrée au peintre Eugène Boudin depuis la fin du XIXe siècle. Une soixantaine de peintures, aquarelles et dessins sont réunis, avec le concours des grands musées internationaux, pour présenter : « Eugène Boudin, au fil de ses voyages »…

Eugène Boudin, le « roi des ciels »
Connu pour ses marines et ses scènes de plage, Eugène Boudin (1824-1898) fut l’un des premiers artistes français à poser son chevalet hors de l’atelier pour réaliser des paysages. Dans ses nombreux tableaux, il s’est tout particulièrement attaché au rendu des éléments et des effets atmosphériques. Il a ainsi été l’un des initiateurs d’une vision renouvelée de la nature, précédant dans cette démarche les impressionnistes et son ami Claude Monet, qui écrivait à la fin de sa vie : « Je dois tout à Boudin ».

Au fil des années, sa palette s’éclaircit et sa touche s’allège pour mieux restituer les reflets du ciel et de l’eau. De la Normandie à Venise, qu’il découvre à la fin de sa vie, en passant par les plages du Nord, de la Bretagne, et du Midi, il peint des paysages en mouvement, dans une subtile harmonie de gris colorés. Véritable « roi des ciels », Eugène Boudin a su transcrire à la perfection des éléments aussi changeants que la lumière, les nuages et les vagues.

Commissaire général de l’exposition, Laurent Manoeuvre réunit, grâce aux prêts de grands musées internationaux, près de soixante peintures, aquarelles et dessins qui permettent de suivre Eugène Boudin dans sa quête de la lumière, d’Honfleur à Venise, et rendent un merveilleux hommage à cet artiste indissociable de la mer et de ses paysages.

Une exposition inédite avec des prêts exceptionnels
L’art de Boudin a très tôt suscité l’intérêt des amateurs américains. Dès les années 1880, il fait partie des peintres présentés aux Etats-Unis par le marchand Durand-Ruel. Ainsi, les musées nord-américains possèdent aujourd’hui de nombreuses œuvres de l’artiste, pour lesquelles il n’existe pas d’équivalent dans d’autres collections publiques en Europe. Grâce aux prêts accordés notamment par la National Gallery de Washington ou le Museum of Fine Arts de Boston, certaines de ses oeuvres seront présentées pour la première fois en France depuis leur achat par des amateurs éclairés américains.

Pour cette exposition, le Musée Jacquemart-André a également bénéficié du concours du Museo Thyssen-Bornemisza, du Musée national des beaux-arts du Québec, et tout naturellement du soutien du Musée d’Art moderne André Malraux du Havre ainsi que le Musée Eugène Boudin d’Honfleur, qui possèdent les plus grands fonds d’œuvres de l’artiste en France.

Le mot du commissaire général de l’exposition

« À la fin de sa vie, Monet écrivait : « Je dois tout à Boudin ». Pour la première fois depuis 1899, une institution parisienne organise une exposition rétrospective de peintures, pastels et aquarelles de cet initiateur de l'impressionnisme.
Né à Honfleur, mort à Deauville, Eugène Boudin (1824-1898) est surtout connu pour ses représentations de la haute société du Second Empire sur les plages normandes.
S'il fut l'inventeur de ce genre, il fut aussi un observateur incisif des métamorphoses du ciel. L'un des premiers, Baudelaire avait remarqué ces « beautés météorologiques » qui donneront naissance au concept de « série », systématisé ensuite par Monet.

Celui que Corot surnommera « le roi des ciels » parcourt l'Europe, de Rotterdam à Venise, en passant par Anvers, Dunkerque, Berck, la Bretagne, Bordeaux ou la Côte d'Azur. En de brillantes études, il saisit la lumière si particulière à chaque lieu. Monet avouera : « J’en étais arrivé à être fasciné par ses pochades, filles de ce que j’appelle l’instantanéité ».

Boudin réalise aussi d'ambitieuses peintures destinées au Salon. Il conserve à ces peintures la saveur de l'esquisse, produisant ainsi une impression de plein air si contraire au goût de ses contemporains pour le “fini”. En dépit de leur qualité, beaucoup de ces oeuvres prestigieuses n'ont plus été exposées de ce côté de l'Atlantique depuis les années 1860-1880. Ce sera donc pour le public français une véritable découverte. »
Laurent Manoeuvre,
Chef du Bureau de la diffusion numérique des collections
Direction générale des patrimoines
Service des musées de France


Pratique

Musée Jacquemart-André
158, boulevard Haussmann - 75008 PARIS
Tel. : + 33 (0)1 45 62 11 59
www.musee-jacquemart-andre.com

Ouvert tous les jours de 10h à 18h.
Nocturne tous les lundis et samedis jusqu’à 20h30.
Le Café Jacquemart-André est ouvert de 11h45 à 17h30 et le dimanche de 11h à 15h.
La librairie-boutique culturelle est ouverte aux horaires du musée, y compris le dimanche.

Individuels
Plein tarif : 11 € / Tarif réduit : 9,5 € (étudiants, enfants
de 7 à 17 ans, demandeurs d'emploi)
Gratuit pour les moins de 7 ans et invalides
Audioguide exposition : 4€
Audioguide collections permanentes : gratuit


Pierre Aimar
Mardi 27 Novembre 2012
Lu 357 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 198










Inscription à la newsletter