Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




Edmond Baudoin, Jo Vargas, Galerie Petits Papiers, Bruxelles, du 16 novembre au 14 décembre 2012

Du 16 novembre au 14 décembre, la galerie Petits Papiers lève le voile sur le questionnement à la fois littéraire et pictural initié par Edmond Baudoin, Jo et Fred Vargas.


Jo Vargas – Extrait – Acrylique sur toile 2011
Jo Vargas – Extrait – Acrylique sur toile 2011
A cette occasion, la galerie met en regard les oeuvres monumentales de la plasticienne Jo Vargas et les toiles d’Edmond Baudoin. Parallèlement, on pourra découvrir les planches originales réalisées par Edmond Baudoin dans le cadre de sa collaboration avec Fred Vargas pour les ouvrages « Les Quatre Fleuves » et « Le Marchand d’éponge ». Une rencontre surprenante.

Les trois artistes ont, chacun, choisi une voie singulière pour exprimer leurs réflexions sur le monde. Jo et Fred sont jumelles. Jo Vargas est peintre. Elle s'interroge sur notre mémoire, la grande bibliothèque de l'inconscient, et sur la mémoire de la peinture. Fred Vargas a choisi l’écriture et désigne son désormais célèbre commissaire Adamsberg pour dépeindre avec humour et poésie les hommes, leurs intuitions, leurs hypersensibilités, leurs myriades de faiblesses. Edmond Baudoin est à la fois auteur de Bande Dessinée sensible, illustrateur et peintre fasciné par le mystère féminin.

Jo et Fred Vargas sont, les filles de Philippe Audoin (surréaliste, auteur d'un empathique Breton). Leur pseudonyme commun, inventé par la première des deux soeurs, est dû au film de Mankiewicz, La Comtesse aux pieds nus, et particulièrement "à la danseuse espagnole belle mais rebelle qu'incarne Ava Gardner" (Hugo Lacroix). Baignée dans le surréalisme et la littérature, elles mènent toutes les deux une quête identitaire. Jo Vargas mène ses recherches en noir et blanc. Elle s’approprie, duplique et imbrique des visages connus, hachure, met en relief leur âme, magnifie leur mystère, célèbre leur charisme. Le peintre Delacroix, la femme de lettres et féministe Virginia Woolf peuplent ainsi sa galerie personnelle. Jo Vargas explore également des scènes entrées dans l’Histoire de notre culture.

Une série visite le célèbre Radeau de la Méduse de Théodore Géricault. En quelques toiles, Jo Vargas précipite les naufragés dans un abîme sans fond, s’attarde sur une attitude, un geste emprunt d’humanité. Ce sont ces dernières toiles et fusains réalisés en 2011 qui seront exposés dès le 16 novembre prochain.

Bédéphile, Fred Vargas rencontre Edmond Baudoin dont elle connaît et apprécie les bandes dessinées. Ensemble, ils signent en 2000 un album, Les quatre Fleuves aux Editions Viviane Hamy. Il recevra le prix Alph-Art du meilleur scénario à Angoulême en 2001. L’intrigue palpitante de Fred Vargas et le dessin en noir et blanc de Baudoin créent une atmosphère inédite.

Une sélection des planches originales seront exposées dans la crypte de le la galerie. Auteur de Bandes Dessinées prolixe, Edmond Baudoin réserve à la peinture d’autres interrogations. « En fonction du support choisi, j’essaie de me remettre en question, de ne pas entrer dans un système. Dans mon travail de Bande Dessinée je cherche à exprimer une perception sensible. Par exemple, quand je me trouve dans le métro, les voyageurs s’incarnent en têtes de mort. Dans mes peintures, je prends des sujets moins dramatiques. Je peins La Femme. Elle me fascine depuis toujours. C’est l’altérité absolue. Il n’y a pas plus étranger qu’une femme à mes yeux. Je cherche à percer son mystère sans jamais la comprendre. »

Alors qu’il nous avait montré lors d’une précédente exposition intitulée Deux ou trois choses que je sais d’elle de femmes épanouies, offertes mais inaccessibles pour l’homme qui tentait d’en percer le mystère, il nous propose cette fois des corps enlacés, imbriqués dans une intimité émouvante.

La galerie Petits Papiers nous invite à (re)découvrir l’Œuvre d’Edmond Baudoin placée au coeur de l’univers pictural et littéraire de Jo et Fred Vargas. L’occasion de célébrer une amitié triangulaire qui dure depuis plus de 25 ans.

Pratique

Galerie Petits Papiers
Place du Grand Sablon,
8-8a rue de Bodenbroeck
1000 Bruxelles
Ouvert du mercredi au samedi
de 11h à 18h30
le dimanche de 11h à 17h
Fermé les lundis et mardis


Pierre Aimar
Mardi 30 Octobre 2012
Lu 669 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 198










Inscription à la newsletter