Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




Dimanche 17 janvier 2016. Pendant les chutes de neige en France, le carnaval bat son plein en Guadeloupe.

En cette mi-janvier la France métropolitaine grelotte. Le mercure flirte avec les températures négatives, la neige couvre enfin les pistes. Dans le même temps, la France des Départements d'Outre-Mer se jette à corps perdu dans les carnavals : Pointe-à-Pitre, Le Gosier, Basse-Terre, Saint-Anne, Saint-François, Le Moule ... bref, toutes les villes ont leur carnaval et des milliers de spectateurs se pressent pour admirer les costumes et applaudir aux musiques envoûtantes. Petit témoignage vidéo tourné par 30° à l'ombre....


Les défilés de carnaval commencent dès le 1er week-end de janvier après le 1er de l'an. Cela a commencé très fort avec le défilé de la ville du Gosier puisque 50 000 spectateurs y assistaient ! Un record pour une île qui compte 410 000 habitants.
Tous les week-ends ce sont au moins deux défilés qui se déroulent par une douce température qui flirte avec les 30°. Les alertes météo de métropole annonçant de sérieuses chutes de neige, des gros risques de verglas, des vents glacés à 100 km/h - sacré Mistral, sacrée, bise - n'apportent pas la moindre fraîcheur sur la Guadeloupe. Le thermomètre est stable dans la zone 28-30°. Et les bulletins météos de la métropole ne trouvent aucun écho.
Tout le monde est concentré sur le festival, sur cette période qui s'étale sur plusieurs semaines et pendant lesquelles il est du devoir de chacun de profiter au maximum de la fête.

Il est très simple pour ceux qui sont frigorifiés et recroquevillés sur eux-mêmes, là-bas, en métropole, de redécouvrir la lumière, la chaleur, la musique, les couleurs, la nature luxuriante, les rythmes lancinants des énormes tam-tam : il suffit de sauter dans un avion (on trouve des billets à moins de 500 euros aller-retour).
Un peu (beaucoup) de chaleur dans l'univers froid de l'hiver européen ?
Ressentir la chaleur du soleil sur la peau nue ?
"Trempoter" dans une eau turquoise à 28° ?
C'est ici, dans l'île "papillon" que cela se passe.

Le paradis existe, il suffit de boucler sa valise (sans lainage, sans pantalon chaud : deux chemisettes, deux maillots de bain, des lunettes de soleil, un chapeau, de la crème solaire) et hop, revoilà l'été, le carnaval, en plein hiver.
Pierre Aimar

© Pierre Aimar
© Pierre Aimar

Pratique



Pierre Aimar
Lundi 18 Janvier 2016
Lu 596 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 12










Inscription à la newsletter