Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




Dijon, Côte d'Or, musée des Beaux-Arts, Jean-Noël Buatois, coutelier. Millefeuille. Où il est question d'aciers, de collections, de petits motifs, de démobilisation et de réfléchissements

Le musée des beaux-arts de Dijon vous invite à découvrir les créations du coutelier d’art Jean-Noël Buatois dans une exposition inspirée des collections d’armes et d’objets domestiques du musée.
Grâce à une scénographie conçue par l’artiste, vous apprécierez la confrontation ou les rapprochements d’un choix de pièces majeures du musée avec les pièces uniques de Jean-Noël Buatois, réalisées
spécialement pour cette occasion.


Jean-Noël Buatois coutelier d'art en résidence au musée

Dijon, Côte d'Or, musée des Beaux-Arts, Jean-Noël Buatois, coutelier. Millefeuille. Où il est question d'aciers, de collections, de petits motifs, de démobilisation et de réfléchissements
Fruit d’un travail de création qui a duré un an et demi, de recherches technologiques innovantes, les objets apparaissent dans leur dimension esthétique comme ils n’ont jamais été vus auparavant.
Pénétrez la subtilité et la préciosité des aciers damassés et ils vous seront révélés...
Un véritable parcours initiatique dans l’art de la coutellerie !

Cette exposition est réalisée par la Ville de Dijon, avec le soutien de la Direction régionale des affaires culturelles de Bourgogne (ministère de la Culture et de la Communication) et le partenariat de l’IUT Le Creusot pour le travail de découpe par électroérosion, de Thermie Bourgogne Industrie pour la réalisation de la trempe et d' Energy Conversion System France Magnet pour la fabrication des aimants.

L'invitation d'un musée d'art ancien aux artistes contemporains

La Ville de Dijon s'implique de multiples façons dans le soutien à l'art contemporain, que ce soit la création ou la diffusion. Depuis 2007, le musée des beaux-arts invite des artistes à intervenir en relation directe avec les collections permanentes ou l'architecture du palais, et à témoigner ainsi du regard que les artistes contemporains portent sur l'art ancien.

Les années 2008 et 2009 seront marquées par la fermeture progressive des salles concernées par la première tranche des travaux de rénovation du musée : la galerie de Bellegarde (avril 2008), puis la salle des armes (octobre 2008) enfin la salle des Gardes et la salle du maître de Flémalle (automne 2009). Aussi, les artistes sollicités en 2008 et 2009 sont-ils invités à formuler des propositions en rapport direct avec ces espaces ou les collections qu'ils abritent, qui ne redeviendront visibles qu’en 2011 ou 2012.

L'intervention de Jean-Noël Buatois

C'est dans ce sens que l'artiste Jean-Noël Buatois, coutelier d'art, a été invité à intervenir dans la salle des armes, au rez-de-chaussée de l'hôtel de Philippe le Bon, et en écho à la collection d'armes. S'inspirant des collections de coutellerie et d'armes du musée, il propose un jeu de confrontation et de juxtaposition formelles entre les chefs d’œuvre anciens et ses créations qui permettent une redécouverte des oeuvres du musée et une relecture contemporaine de ces objets.

« Les armes sont un corpus très particulier à l’intérieur des objets d’arts. Liées aux besoins d’expression de la violence humaine, à la fonction guerrière et technique, elles ont aussi une fonction symbolique de première ordre par l’impression visuelle qu’elles donnent, l’image de pouvoir et de richesse qu’elles font circuler, les effets visuels perturbateurs qu’elles génèrent, les références spirituelles et symboliques qui les sous-tendent. Elles sont depuis toujours fabriquées avec un soin extrême à travers un très large spectre de savoir-faire pour donner lieu à la création de très riches scènes visuelles.

Elles sont donc pour moi des vecteurs de représentation au même titre que l’art en général. Mon point de vue sera dès lors de les envisager comme une catégorie de l’esthétique. (…) 

Entre métiers d’art et art contemporain, ma proposition s’articule dans un regard qui questionne la doctrine de la coupure moderne. Depuis Homo Sapiens Sapiens, nos cerveaux n’ont pas changé et les périodes et les intitulés ne sont que des outils de classification commodes. L’histoire humaine, elle, ne s’interrompt pas.»
Jean-Noël Buatois


clepeu@ville-dijon.fr
Jeudi 26 Juin 2008
Lu 838 fois


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 199





Inscription à la newsletter