Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




Désolé pour la moquette, de Bertrand Blier, au Théâtre du Gymnase, Marseille, du 31 janvier au 4 février 2012

Drôle de monde que le nôtre vu par Bertrand Blier. Un monde où l'on met de la moquette sur les trottoirs pour que les SDF puissent se reposer dans un minimum de confort.


© Pascal GELY CDDS Enguerand
© Pascal GELY CDDS Enguerand
Un monde d'affrontements, un monde violent qui oppose et détruit. Mais derrière ce constat pessimiste l'auteur sait faire surgir la tendresse du désir et de l'amour, la maladresse de ceux qui ne savent plus dire. La langue de Bertrand Blier est rude, violente, riche d'images et d'inventions. C'est une langue qui « se gueule » plus qu'elle ne « se parle », qui attaque sans détours, qui choque, séduit et provoque, toujours sincère et toujours décalée.
Bertrand Blier l'éternel insatisfait, l'écorché vif, l'empêcheur de tourner en rond, jette toutes ses forces dans ce tableau d'un aujourd'hui qui visiblement le préoccupe, s'exposant lui-même quand il fait surgir l'enfance, celle d'un fils d'acteur pas si heureux qu'on pourrait l'imaginer.
Hors de tout réalisme, menée de mains de maître par deux actrices éblouissantes, cette pièce prouve, s'il en était besoin, qu'au théâtre heureusement « tout est possible » et parfois surprenant.

Désolé pour la moquette
texte et mise en scène Bertrand Blier
avec
Myriam Boyer, Anny Duperey
Patrick Préjean, Abbés Zahmani, Didier Raymond
du 31 janvier au 4 février 2012 à 20H30
sauf mercredi 1er février à 19h00


Pierre Aimar
Lundi 23 Janvier 2012
Lu 403 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 82










Inscription à la newsletter