Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




"Des femmes qui tombent", Pierre Desproges fait tomber les femmes au Grütli, Genève, du 12 au 24 février 2013

« Après avoir lu ce livre, mon éditeur, ma soeur et ma femme me demandent pourquoi l'aubergiste Gilberte a la tête enfermée dans un sac en plastique, au moment où son corps pendu est découvert dans le cellier. Je réponds que je n'en sais rien ».


Pierre Desproges © DR
Pierre Desproges © DR
Voilà comment Pierre Desproges évoquait Des femmes qui tombent, son premier et unique roman publié en 1985. Dans l'adaptation qu'en livre aujourd'hui Sandra Gaudin, il y aura donc des femmes. Qui tombent. Et cette chute quasi mythologique et forcément douloureuse devrait susciter chez le spectateur un rire aussi salvateur que jouissif. Sauf s'il a décidé de tirer la gueule, ce que Pierre Desproges faisait également très bien mais essentiellement dans le but d'écarter les fâcheux et les sots. Pierre Desproges se raconte www.youtube.com/watch?v=K0Th0rUtsDM

Des femmes qui tombent de Pierre Desproges par la Cie Un Air de Rien.
Mise en scène Sandra Gaudin
Scénographie Yves Christinet
Vidéo Francesco Cesalli
Création lumières Mattias Bovard
Son et musique Fred Morier
Régie générale Frédérique Jarabo
Costumes Olivier Falconnier
Coiffures et perruques Olivier Schawalder
Maquillage Sonia Geneux
Avec : Hélène Cattin, Céline Goormaghtigh, Anne-Catherine Savoy, Christian Scheidt, François Karlen

Du 12 février au 24 février 2013.
Tous les soirs à 20h, dimanche à 18h. Relâche le lundi. Petite salle (2e étage)
reservation@grutli.ch ou 022.888.44.88 ou www.grutli.ch
* Générale publique le lundi 11 février à 19h sur réservation *

Etats de guerre avec La main qui ment
Un grand metteur en scène. Un dramaturge incontournable. La main qui ment signe la nouvelle collaboration entre Philippe Sireuil et Jean-Marie Piemme. Du théâtre-récit sur fond de guerre civile où s'entremêlent présent et passé, mensonge et vérité. Brutal.
La main qui ment de Jean-Marie Piemme. Mise en scène Philippe Sireuil Jeu Romain Cinter, Chloé de Grom, Anne Martinet, Philippe Morand
Du 19 février au 3 mars 2013. Mar, jeu, sam à 19h, mer et ven à 20h, dim à 18h. Relâche le lundi. Grande salle (sous-sol)


Pierre Aimar
Mardi 5 Février 2013
Lu 634 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 82





Inscription à la newsletter