Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




Dans la ville basse, utopie littéraire, d'après Fernando Pessoa, théâtre l'Elysée, Lyon, du 13 au 17 janvier 2015 à 19h30

Il existe à Lisbonne un certain nombre de petits restaurants ou de bistrots qui comportent, au dessus d'une salle d'allure convenable, un entresol offrant cette sorte de confort pesant et familial des restaurants de petites villes sans chemin de fer. Dans ces entresols, peu fréquentés en dehors des dimanches, on rencontre souvent des types humains assez curieux, des personnages dénués de tout intérêt, toute une série d'apartés de la vie.


Dans la ville basse, utopie littéraire, d'après Fernando Pessoa, théâtre l'Elysée, Lyon, du 13 au 17 janvier 2015 à 19h30
...Pessoa est moins un poète qu'un dramaturge qui à recours à la poésie ; il est moins un dramaturge qu'un poète qui utilise le drame ; il est moins un romancier qu'un poète et dramaturge qui s'empare du roman, son oeuvre se présente comme utopie littéraire, Livre absolu. De cette galaxie qui ne se trouve nulle part, Le livre de l'intranquillité peut être tenu pour un éclat et un indice...

Avec Lisbonne, la rue et le bureau, c'est aussi une boutique de barbier qui s'introduit dans la littérature, un cagibi mal éclairé ou Bernardo Soares est assis, une serviette engoncée dans le col de sa chemise, une expression indéchiffrable hante son visage tandis qu'il regarde la porte de l'arrière-boutique. C'est que cette vieille porte, par laquelle nous nous attendrions à voir entrer le barbier, donne directement sur l'Univers. (Antonio Tabucchi)

Une promenade en compagnie de l'auteur Fernando Pessoa et de l'un de ses hétéronymes, Bernardo Soares, dans la ville basse de Lisbonne...

Où l'on verra l'auteur tenter d'empêcher son personnage de sombrer dans la dépression...

Tous deux errant dans la nuit, cherchant un impossible sommeil, se réfugiant dans un improbable travail, avec en toile de fond le Tage, ce fleuve berceau de la poésie de Pessoa, Lisbonne et le Fado.

Distribution :
La compagnie le vent dans l'image présente
un spectacle de Stéphane BERNARD et Jean-Louis DELORME d'après des extraits du Livre de l'intranquillité de Fernando PESSOA

Traduction : Françoise LAYE

Musique originale : Jean-Louis DELORME

Lumières : Gaspard CHARRETON

Théâtre de L'Elysée
14 Rue Basse Combalot
69007 Lyon

Mardi 13 Janvier à 19h30
Mercredi 14 Janvier à 19h30
Jeudi 15 Janvier à 19h30
Vendredi 16 Janvier à 19h30
Samedi 17 Janvier à 19h30


Pierre Aimar
Mardi 6 Janvier 2015
Lu 126 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 82





Inscription à la newsletter