Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




Communiqué de Festivals de la Drôme et de l’Enclave des papes, à propos du conflit lié à la réforme du régime de l’intermittence du spectacle.

Fêtes Nocturnes du Château de Grignan ; Festival de la correspondance de Grignan ; Nuits de l’enclave de Valréas ; Jazz au Palais et Les musicales du Palais Idéal du Facteur Cheval


Nos festivals, une belle et longue histoire pour nos territoires.
Nous portons des festivals culturels, dans un territoire essentiellement rural.
Pour ces territoires, ces événements sont essentiels à la vie sociale, culturelle, économique et touristique.
Nos événements existent souvent de longue date, parfois depuis 20, 30 ou 50 ans.
Ils sont appréciés par le public, chaque année plus nombreux.
Ils nous permettent de développer des actions culturelles tout au long de l'année.
Ils participent au rayonnement national voire international de nos territoires.

Un modèle économique positif pour les communautés locales et nationales.
L'efficacité économique de ces événements n'est plus à démontrer. On peut estimer à 40 euros de retombées pour l'économie locale par visiteur d’un festival venant de l’extérieur du territoire. Un festival peut générer des retombées économiques directes équivalentes à la moitié de son budget global.
Ces événements existent grâce à l'investissement de bénévoles, au soutien des élus et des collectivités locales, à la bienveillance des habitants qui se laissent volontiers bousculer dans leurs habitudes, à la militance des professionnels qui ne comptent pas leurs heures de travail, à la compétence des artistes et intermittents du spectacle.
Ces événements existent grâce à la fidélité du public qui en est le premier mécène. Les communautés locales et nationales sont évidemment gagnantes dans ce modèle économique original, qui mêle générosité, compétence, création, efficacité économique et retombées fiscales.

Un conflit lié à la réforme du régime de l’intermittence du spectacle serait fatal pour de nombreux festivals.
Les règles du jeu sont changées par le projet actuel de réforme de l’indemnisation chômage de l’intermittence du spectacle qui est un rouage essentiel du fonctionnement des secteurs culturels et événementiels.
Des annulations de spectacles mettraient très clairement en péril la pérennité de nos actions et les emplois directs ou indirects qu'elles ont créés lentement et patiemment au fil du temps, ainsi que les actions éducatives hors saison que nous menons auprès des populations, y compris les plus fragiles. La plupart de nos structures ne s’en relèveraient pas.
Nous pensons que la réforme proposée ne peut être adoptée sans prendre en compte l'utilité sociale du secteur culturel et l'originalité de son modèle économique.

Des solutions existent et elles doivent être débattues collectivement.
Nos avis peuvent diverger quant aux solutions et nous avons pu les exprimer par des communiqués ou sur nos sites internet, mais nous nous rejoignons pour exprimer notre solidarité avec les intermittents sans qui nos festivals n’auraient pu vivre toutes ces années.
Nous invitons le public à profiter de nos festivals, à les utiliser pour mieux comprendre la situation ou échanger avec les intermittents présents.
En espérant imaginer ensemble l’avenir du spectacle vivant.


Pierre Aimar
Vendredi 27 Juin 2014
Lu 56 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 81










Inscription à la newsletter