Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)



Comme s’il en pleuvait de Sébastien Thiéry, Théâtre Toursky, Marseille, les 13 et 14 février 2014

Le Théâtre Toursky présente Comme s’il en pleuvait de Sébastien Thiéry. Mise en scène par Bernard Murat. Avec Pierre Arditi, Evelyne Buyle, Gilles Gaston-Dreyfus et Véronique Boulanger. Les Jeudi 13 et vendredi 14 février à 21 heures


@ Murat
@ Murat
Traitant au vitriol les thèmes d’actualité, une comédie désopilante et féroce sur l’argent qui rend fou.

Sébastien Thiéry, le jeune auteur comique le plus doué de sa génération, Molièrisé en 2009 Cochons d’Inde, n’a pas son pareil pour traquer les dérèglements de la société et les contradictions humaines. Il joue des situations les plus cocasses et farfelues en tirant les fils d’une farce féroce, sur le thème très contemporain de l’argent : l’argent des riches.
Tout commence lorsqu’un couple de sexagénaire de gauche trouve un billet de cent euros sur leur canapé… Chacun pense que l’autre l’a égaré. Pourtant le lendemain, au réveil, d’autres liasses apparaissent et envahissent leur appartement. Mais d’où vient cet argent ?
« Qu’avons-nous fait pour mériter ça ? » se demandent Laurence et Bruno. Au cours de la pièce, nous découvrons peu à peu que des tonnes de billets surgissent de nulle part, comme s’il en pleuvait !
Cette richesse tombée du ciel va secouer leur tranquillité, faire virer au cauchemar leur quotidien et exploser leur vie…

Entre affolement, écœurement et jubilation, ce couple excentrique nous mène dans une folie caustique, où l’absurde de Ionesco et en même temps la farce, sont au rendez-vous.
Arditi, parfait dans son rôle politiquement incorrect, passe en une fraction de seconde de la plus parfaite mauvaise foi, sa marque de fabrique, à l’angoisse la plus absolue.
Dans ce délire, Evelyne Buyle quant à elle, à coups de répliques qui font mouche, est à l’unisson et lui fait contrepoids.
Cette fable se termine par un coup de théâtre qui en dit long sur les dérèglements de la société : L'argent rend-il heureux ?
Cette fable loufoque et caustique se termine par un coup de théâtre qui en dit long sur notre société.

Réservations : 0 820 300 033


Pierre Aimar
Mercredi 5 Février 2014
Lu 136 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 83





Inscription à la newsletter







Un Ovni dans le ciel d'Arles...



Venise ? Ici ou ailleurs ?

Venise ? Ici ou ailleurs ?


Ardèche. La tour à eau de Gilles Clément

Ardèche. La tour à eau de Gilles Clément