Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




Carson, un spectacle musical d’après l’œuvre de Carson Mc Cullers, aux Subsistances, Lyon, les 19 et 20 février 2016

« Avec ton premier livre, on a su que tu aimais les nègres, et avec celui-ci on comprend que tu es une gouine. On ne veut pas de gens qui aiment les nègres et les pédés dans cette ville. »


Photographie de Devin Allen, couverture du Times du 11 mai 2015
Photographie de Devin Allen, couverture du Times du 11 mai 2015
Carson McCullers (1917-1967)
L’enfant Carson a été bercée dans la communauté noire du Deep South en Géorgie. La ségrégation alimente le feu de son écriture.
« Avec ton premier livre, on a su que tu aimais les nègres, et avec celui-ci on comprend que tu es une gouine. On ne veut pas de gens qui aiment les nègres et les pédés dans cette ville. »
Voix du Ku Klux Klan au téléphone du domicile de Carson à la publication de Reflets dans un oeil d’or.
Dans son dernier roman, L’horloge sans aiguilles, le garçon blanc embrasse le garçon noir.

Le désir d’appartenir à un groupe hante les héroïnes adolescentes des romans de Carson autant que la musique.

« Cette chose que je veux et je ne sais pas quoi », est le titre de la première sonate que compose Mick, sans jamais réussir à imaginer la suite.
Frankie, elle, s’amourache du mariage de son frère, et veut en faire partie : « Je vous aime tous les deux et vous êtes mon nous à moi ».
Mick et Frankie taguent Mozart et lancent des couteaux, elles déchirent le ciel trop pur américain de leurs ongles rebelles, à l’instar de Carson, toujours habillée en garçon, qui écrit en marge du rêve américain blanc.

« Puis la musique commença. […]
Pendant une minute l’ouverture hésita. Une promenade ou une marche. Comme si Dieu se pavanait dans la nuit. Brusquement elle se sentit glacée extérieurement et, seule, la première partie de cette musique était chaude dans son coeur. Elle ne put même pas entendre les sons qui suivirent ; elle attendait, glacée, les poings serrés. Puis la musique reprit, plus impérieuse et plus puissante. Cela n’avait rien à faire avec Dieu. C’était elle, Frankie, marchant dans la lumière du jour et toute seule dans la nuit. Sous le chaud soleil et dans le noir avec tous ses plans et ses sentiments. Cette musique était elle… son moi réel. » Carson McCullers

Equipe technique

Mise-en-scène: Bruno Boëglin
Adaptation, assistanat à la mise-en-scène : Romain Laval et Marie-Paule Laval
Traduction de la pièce The Member of the wedding de C. Mc Cullers : Romain Laval
Scénographie, lumière, vidéo : Seymour Laval
Régie générale : Gabriel Guenot
Construction décor : Elvis Dagier et Mathieu Laville
Peinture : Christelle Crouzet
Chargé d’administration : Gabriel Laval Esparel

Distribution

Carson McCullers : Agnès Laroque
La Narratrice / Miss Amélia : Marie-Paule Laval
Frankie Addams, 12 ans : Emma Rolland
John-Henry West, 11 ans : Gabriel Dekeirschieter
Ida / Bérénice : Marie-Sohna Condé
Lamar Smith / Mr. Addams : André Blatter
Dr Copeland : Joël Toussaint
Reeves Mc Cullers : Gabriel Laval Esparel
Singer : Bruno Boëglin
Saxophone, clavier, composition : Olivier Granger
Guitare électrique, objets sonores : Dan Mariotte
Voix, percussions, harmonica : Joël Toussaint

Pratique

19 et 20 février aux Subsistances, Lyon
Plateau 2, à 20h00
8 bis, quai Saint Vincent, Lyon 69001
Chantier public, entrées gratuites sur réservation au 06 65 23 56 53

4 et 5 mars au Théâtre de l’Élysée, Lyon
à 19h30
14 rue Basse Combalot, Lyon 69007
Réservation au 04 78 58 88 25


Pierre Aimar
Samedi 13 Février 2016
Lu 121 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 82










Inscription à la newsletter