Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




Cæcilia Tripp : Screen test for a revolution, exposition du 6 au 26 janvier 2012 à l’ESAD Valence

Screen Test for a Revolution montre une jeune femme, anonyme, dos à la caméra.


Screen Test for a Revolution © DR
Screen Test for a Revolution © DR
Exceptée la légère brise qui soulève ses cheveux, le seul mouvement du film survient lorsqu’elle tourne momentanément, mais de manière répétée, sa tête vers la caméra, comme attirée par un événement hors champ. Ce mouvement est perturbé, à chaque mouvement de tête, par l’apparition et la disparition énigmatiques d’un masque noir, peint directement autour de ses yeux.

La référence à l’identité hors la loi et dissimulée de la culture populaire est brouillée par la bande-son célèbre qui accompagne la vidéo, composée à l’origine par Bernard Hermann pour le thriller d’Hitchcock de 1958, Vertigo. Il s’agit de la musique qui accompagne le personnage de Judy, condamné à répéter le passé en tant que Madeleine/Carlotta et dans lequel elle est ainsi coupée de sa propre identité et de sa propre capacité d’action.

Cette référence à l’histoire du cinéma populaire est elle-même brouillée par la référence, dans le titre, à un autre moment historique de l’histoire du cinéma, qui relève cette fois davantage du cinéma expérimental que du cinéma populaire.
Le terme « screen test » a en effet été utilisé pour décrire une série de portraits noir et blanc qu’Andy Warhol a produits dans son atelier entre le début de l’année 1964 et novembre 1971. Bien qu’ils s’agissent de portraits conçus en tant que tel, le terme approprié par Warhol correspond à celui généralement utilisé dans le cinéma commercial pour décrire l’audition d’un acteur. Le « screen test », ou « bout d’essai », consiste en une série de consignes ou de lignes que l’acteur doit interpréter un temps court face à la caméra, et permet de s’assurer de sa capacité à passer à l’écran ou à interpréter un rôle en particulier. Chez Warhol, il ne s’agit cependant aucunement d’un quelconque test. Ses modèles, en l’occurrence quiconque se trouvant alors dans l’atelier, n’ont reçu d’autres instructions que celle de demeurer assis durant un temps équivalent à 30 mètres d’une bobine 16mm. Contrairement au film d’Hitchcock, les acteurs chez Warhol ne sont pas poussés au test et ne sont pas non plus condamnés à répéter ou à simuler le passé. En suspendant leur statut as so many « tests », ils suspendent ou contestent plutôt toute relation de cause à effet entre leur apparence et leur réception future.

Pratique

ESAD Valence
Place des beaux-arts – 26000 Valence
04 75 79 24 00 / valence@esad-gv.fr
www.esad-gv.fr
Exposition ouverte au public du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 17h
Vernissage le jeudi 5 janvier à 18h
Entrée libre


Pierre Aimar
Mardi 3 Janvier 2012
Lu 500 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 199





Inscription à la newsletter