Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




Ça par exemple ! de François Jenny, Théâtre les ateliers d’Amphoux, Avignon off, 18h30 du 6 au 28 juillet

Par exemple... C’est par cette locution que François Jenny commence presque chacune de ses phrases, créant un effet d’étrangeté poétique comme si, sortis d’un abîme de réflexions, ses mots arrivaient de but en blanc, mûrement réfléchis.


Le premier clown blanc seul en scène !
Il déteste les pantoufles et les parapluies et se demande toujours pourquoi le boucher vend de la langue de boeuf et jamais de langue de vache. Il se fout de savoir si l’absurde est réel ou l’inverse.
Un clown blanc est capable de tout !
Y compris de découper magistralement un poulet, là, devant vous. Y compris de s’interroger sur le pipi des héros. Capable de tout… ou presque. L’Alsace, Catherine Deneuve et Mozart peuvent en témoigner.
C’est du théâtre comme il est à prévoir et à espérer, mais aussi du music hall et du cabaret parfois.
Et pendant ce temps, Bérénice renvoie Titus à son Empire sans amour !
Et ça fait rire ? ÇA PAR EXEMPLE ! OUI !
Mais pas que…


De et par François Jenny
Mise en scène Vincent Kuentz & François Jenny
Lumière Luc Jenny
Décor Samuel Misslen
Vidéo Matthias Jenny

Par exemple... C’est par cette locution que François Jenny commence presque chacune de ses phrases, créant un effet d’étrangeté poétique comme si, sortis d’un abîme de réflexions, ses mots arrivaient de but en blanc, mûrement réfléchis. Ainsi : « Par exemple je déteste manger de la cervelle d’agneau » ou « Par exemple Catherine Deneuve n’est jamais confrontée à l’angoisse du début » (…) Grosses lunettes sur un visage maquillé de blanc, comme ce clown qu’il a été à ses débuts dans les rues de Nancy, François Jenny arrive sur une musique chinoise. Avec une méticulosité de Geisha, il déballe les préparatifs sur une table qui servira plus tard à hacher menu un poulet (performance bouchère ultra culottée). Oui, le comédien allie tout à son contraire, la finesse à la violence, dans un spectre aussi large que son humour. (…) Mime, clown, conteurs d’histoires fantastiques, inventeur de jeux de mots et de raisonnements métaphysiques, François Jenny nous montre ici tout ce qu’il sait faire, sans ostentation. L’heure passe ainsi, en une succession de passages surprenants où l’on découvre même des vidéos du comédien enfant, comme si c’était toute sa vie qu’il avait mise dans ce spectacle.


Pierre Aimar
Mardi 10 Juillet 2012
Lu 346 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 82





Inscription à la newsletter