Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




Bourg-en-Bresse, musée du Monastère royal de Brou, Le Vielleux, Ou les métamorphoses d’un artiste du XVIIe au XIXe siècle. 5 juillet -5 octobre

Poursuivant la collaboration avec le Centre culturel de rencontre d’Ambronay spécialisé dans la musique baroque, l’exposition du musée de Brou est un projet pluridisciplinaire ambitieux. Située au cœur du projet, la musique est présente au sein d’un parcours multisensoriel.


La vielle, instrument des gueux et les infirmes errants

Bourg-en-Bresse, musée du Monastère royal de Brou, Le Vielleux, Ou les métamorphoses d’un artiste du XVIIe au XIXe siècle. 5 juillet -5 octobre
Autour de la très belle collection restaurée de vielles anciennes du musée, quatre-vingt œuvres sont rassemblées, tableaux, gravures, dessins et arts décoratifs provenant de grandes collections publiques françaises. Elles illustrent les représentations du joueur de vielle des routes de campagne à la cour de Louis XV.
Cet instrument au nom douceâtre signale au XVIIe siècle les gueux et les infirmes errants que la société maintient sur les routes partout en France. Mais au siècle suivant, tout change et à la cour de Louis XV, l’évocation des bonheurs champêtre, la Pastorale, connaissent un engouement sans limites. La vielle est alors à son âge d’or lors des Fêtes Galantes de l’aristocratie parisienne. On y célèbre le mythe de l’Arcadie heureuse et les pâtres et bergers s’épanouissent à ravir dans la peinture.
En musique ce mythe central du baroque français, permet à la vielle baroquisée d’acquérir ses lettres de noblesse .
Au XIXe siècle l’instrument retourne à la campagne, mis à l’appui d’un régionalisme qui trouve un écho dans les arts.
Par ailleurs, le Monastère de Brou s’ouvre à nouveau à la présence contemporaine avec Jean-Marc Cérino, né en 1965, au travers d’un parcours contemporain d’œuvres récentes auxquelles s’ajoutent des œuvres produites pour l’exposition. Parcours aussi vaste que le espaces du Monastère, des cuisines aux lieux de vie et cellules des moines.
Jacqueline Aimar

5 juillet -5 octobre, 04 74 22 83 83


pierre aimar
Dimanche 22 Juin 2008
Lu 515 fois


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 199





Inscription à la newsletter