Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)



Bill T. Jones Dance Company : Play and Play (An evening of movement and music). Festival de Marseille au Silo, 19 et 20 Juin 2013, par Philippe Oualid

Le dix-huitième Festival de Marseille (direction Apolline Quintrand) ouvre cette année avec la Bill T. Jones Dance Company de New-York, qui présente au Silo, pour la première fois, deux oeuvres emblématiques de son répertoire post-modern : Continuous Replay (1977), D-Man in the Waters (1989), et une création récente, Ravel : Landscape or Portrait ? (2012).


Un beau programme invitant à apprécier l'inventivité d'un chorégraphe qui exploite avec intelligence et humour, depuis plus de trente ans, des recherches sur l'énergie du danseur, en mélangeant les techniques de Martha Graham, Balanchine ou Doris Humphrey avec la danse afro-caribéenne. Il nous livre par ailleurs ses souvenirs dans une passionnante autobiographie, Dernière Nuit sur la Terre, parue en 1997 aux éditions Actes Sud

Landscape ou Portrait ?
est dansé pendant une demi-heure sur le bourdonnant et obsédant quatuor à cordes en fa majeur de Maurice Ravel(1904), admirablement interprété par l'ensemble C. Barré. Plus inspirés par l'exigence de délicatesse et de retenue de la partition musicale que par sa mélancolie, les danseurs déploient à l'écoute des trois violons et du violoncelle, une énergie surprenante qui s'interroge parfois sur sa motivation, ou qui s'abandonne à des caprices puérils. Décrire un caractère à vue de pays, voilà sans doute tout l'enjeu de ce ballet qui débute par le geste du joueur de bowling, se prolonge par des interrogations du regard, des courses rapides autour du plateau, des pirouettes diverses et désordonnées, des grands jetés, des portés facétieux, la figure fugace d'un entrechat quatre ou d'un rond de jambe sous le pont de deux bras tendus, une chaîne de corps spontanée qui mêle déhanchements orientaux et gestes mécaniques, et qui s'achève tendrement dans des valses de couples, des étreintes solidaires, avant que ne se réitère au ralenti, dans le silence, le geste du joueur de pétanque.

Continuous Replay, pièce de groupe conçue en 1977 comme un solo(Hard Dance) par Arnie Zane, le compagnon de Bill T. Jones, prématurément disparu, rend hommage au photographe américain Eadweard Muybridge, pionnier de la chronophotographie des mouvements de pas de course, à l'origine du cinéma, et en même temps à l'animalité du corps humain. Ici le chorégraphe s'amuse sur des extraits de quatuors à cordes de Beethoven, revus par Jérôme Begin, à décomposer pour des danseurs nus, dans un éclairage crépusculaire, des séquences de gestes saccadés où l'avant-bras cherche à reproduire tête et col de cygne tandis que le visage affiche un sourire malicieux. Il prend ensuite un malin plaisir à les faire courir d'une coulisse à l'autre, apparaître et disparaître, à peine vêtus, dans une série de gestes géométriques, en martelant le sol du pied, et nous donne l'impression que l'être humain civilisé, s'il veut exister, doit se mettre en rang et lutter.

D-Man in the Waters (1989), présenté devant un cyclorama bleu, composé sur l'octuor à cordes en mi-bémol majeur de Félix Mendelssohn (1825), nous plonge d'emblée dans un univers aquatique où les danseurs glissent, sautillent ou s'ébattent comme des nageurs, dans les flots d'un océan démonté. Epousant remarquablement les mouvements de la musique, ils traduisent ensuite aussi bien des revendications de minorités révoltées que d'optimistes illusions de bonheur dans des diagonales balanchiniennes de couples amoureux avant de provoquer joyeusement le public, en s'avançant en pliés, bras étendus.

Un tonnerre d'applaudissements et une standing ovation prolongée récompensent, au moment des saluts, un Bill T. Jones en pleine forme, étoile de la post-modern dance américaine, décoré par le Président Obama, un danseur qui nous gratifie d'un salut chorégraphique plein d'humour dans le style de Fred Astaire.
Philippe Oualid


Pierre Aimar
Vendredi 21 Juin 2013
Lu 124 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 18





Inscription à la newsletter







Un Ovni dans le ciel d'Arles...



Venise ? Ici ou ailleurs ?

Venise ? Ici ou ailleurs ?


Ardèche. La tour à eau de Gilles Clément

Ardèche. La tour à eau de Gilles Clément