Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




Avignon Off : « L’Ombre d’un doute » à l'Antidote Théâtre du 3 au 31 juillet 2011 à 14h15

« L’Ombre d’un doute » est l’histoire d’un comédien hanté par ses souvenirs qui se livre, une nuit d’insomnie, à une véritable quête intérieure. Dans un dédoublement de la personnalité, il incarne et interroge tour à tour les personnages de la commedia dell’arte.


L'Ombre d'un doute

Avignon Off : « L’Ombre d’un doute » à l'Antidote Théâtre du 3 au 31 juillet 2011 à 14h15
D’un masque à l’autre, le comédien nous entraine dans un dialogue émouvant et enlevé sur le sens de la vie, des rêves, des choix, de la vérité. Plus encore, il nous révèle l’essence même du regard de l’acteur sur l’amour et l’addiction au théâtre, un théâtre qui n’est autre que le miroir de sa vie. Condamné à l’exil dans son monde imaginaire, l’acteur prend à témoin les personnages de la commedia dell’arte pour exorciser ses peurs, ses doutes et retracer le fondement de son existence à l’approche du jugement dernier.

Alain Cadéo nous offre, dans sa première oeuvre pour le théâtre, un soliloque magnifique, profond, sensible et plein d’humour. Dans un verbe truculent, haut en couleur, l’auteur revisite les grandes questions existentialistes de l’homme face à son destin.
Christian Besson a conçu la création de cette pièce autour d’une mise en scène sobre et juste. Jouant des lumières dans une alternance de clairs obscurs, il crée aussi une ambiance musicale qui traduit les angoisses du personnage.
Georges d’Audignon réalise une véritable performance d’acteur, changeant d’un instant à l’autre de voix et de gestuelle pour incarner alternativement les personnages de la commedia dell’arte symbolisés par des masques. L’évocation des souvenirs par des images projetées en fond de scène et un jeu d’ombres chinoises.

« Ma carapace à moi, c’est le Capitan, Arlequin, Pantalone … Malgré vous, contre vous, grâce à vous je suis devenu un saltimbanque, un funambule. Je suis l’équilibriste nu qui provoque le monde et qui l’invente à chaque fois. Regardez-moi, regardez-vous. Je reste un insomniaque délirant sous l’éternel regard de ses juges. »

Le metteur en scène Christian Besson

J’ai voulu mettre en scène cette pièce « L’Ombre d’un Doute » d’Alain Cadéo car c’est un texte qui me parle personnellement en tant qu’acteur et metteur en scène. Le personnage, « l’Acteur », ses doutes, ses peurs, ses espoirs sont miens. Les angoisses qui font partie de ce métier, cet éternel questionnement sur le sens de nos actes et de nos paroles : Pour Qui ? Pour Quoi ? et Pourquoi ? C’est peut-être la réponse à nos fragilités intérieures, à cet acte chaque fois renouvelé, d’être dans la peau d’un autre, de vouloir aimer et être aimé et donner un peu de notre âme, de notre coeur, de notre esprit. Le hasard de la vie m’a fait rencontrer ce texte magnifique qui m’a séduit. La performance d’acteur qu’il requiert est La rencontre avec Alain Cadéo, puis avec Georges d’Audignon fut déterminante. Voilà pourquoi aujourd’hui, nous donnons tous les trois, vie à cette oeuvre.

Le comédien Georges d’Audignon

Lorsque Christian Besson m’a fait lire « l’Ombre d’un Doute », il n’y a eu aucun doute pour moi, je voulais la jouer. J’ai tout de suite été séduit par l’écriture d’Alain Cadéo et surtout par le sujet de sa pièce. J’ai eu le sentiment que c’était une pièce autobiographique tant les réflexions et pensées du personnage étaient proches des miennes. Pour les personnages de « L’Ombre d’un Doute » : Arlequin, Pantalone, Le Capitan, Le Docteur, j’ai effectué un stage de Commedia dell Arte avec Carlo Boso. Je retiendrai deux extraits des dialogues entre l’Acteur et Arlequin pour illustrer le sujet de la pièce. « L’Acteur : …Quel est celui qui prime ? Vous, vos défroques, vos grimaces figées, fossilisée ou mon 37°, la chaleur de mes veines, le gargouillis de mes entrailles, l’appétit de mes lèvres, le muscle vivant de ma langue, la chair de mes mains. J’te laisse seul juge, j’en sais rien moi… Arlequin : … Nous sommes un mythe et vous êtes une voix. Notre seul avantage c’est de traverser les siècles, le vôtre c’est de traverser la vie. Vivre ! C’est bon non ? »

Pratique

Cie du Théâtre de l'Exil
"L'Ombre d'un Doute" d'Alain Cadéo
à "L'ANTIDOTE-THEATRE"
13 rue du 58ème R.I. Avignon (près de la porte Limbert)
Resa: 09 53 64 01 76


Pierre Aimar
Lundi 11 Juillet 2011
Lu 938 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 81










Inscription à la newsletter