Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




«Arlette Somazzi Bustes et Masques», musée des Beaux-arts, Menton, du 9 avril au 27 juin 2011

Sans doute parce qu’elle est d’apparence parfaitement matérielle, faite de mains qui modèlent, ébauchent, pétrissent, épaississent ou tranchent, coupent, taillent la pierre, burinent ou martèlent le bronze, la démarche du sculpteur est intensément mystérieuse. « Bustes et masques d'Arlette Somazzi » Par Armand Lanoux de l'Académie Goncourt


«Arlette Somazzi Bustes et Masques», musée des Beaux-arts, Menton, du 9 avril au 27 juin 2011
Née Van den Bilcke, d'origine brugeoise : Sculpteur, Médailleur.
Après un bref passage à l'école des Beaux-Arts de Lyon, Arlette Somazzi fût élève aux Beaux-Arts de Paris de l'atelier Dupas puis à l'académie de la Grande Chaumière chez Brayer en peinture et chez Othon Friez, enfin chez Charles Despiau. Elle partit alors en Afrique équatoriale où elle vécut trois ans et exposa à Brazzaville et à Kinshassa. Ensuite elle passa quatre ans en Polynésie, y tourna un film « La perle du grand océan ».

Où Arlette Somazzi a-t-elle été saisie de cette fièvre de la sculpture ? Est-ce dans son Beaujolais natal ? Dans son cher pays mentonnais ? Ou bien au cours de ses longs séjours dans des contrées propices au rêve : l'Afrique équatoriale ou Bora Bora ? « Depuis toujours j'ai ressenti le besoin de créer, de m'exprimer par l'oeuvre de mes mains » confie-t-elle. « C'est à la Grande Chaumière, près du Boulevard Montparnasse que j'ai fait mes premières armes. Les Beaux-Arts de Lyon ne me convenaient pas, ceux de Paris pas davantage. L'atelier d'Yves Brayer m'a donné la formation de base dont j'avais besoin. J'y ai rencontré des amis qui le sont restés et m'ont beaucoup marquée, en particulier l'avionneur Farmann et le peintre Dmitrienko, père de Ludmila Mikaël. Mais j'y ai surtout rencontré mon maître, le sculpteur Charles Despiau. C'est lui qui m'a fait comprendre que j'avais besoin de la troisième dimension pour me sentir à mon aise, c'est un mode d'expression tellement fort ! Je ne suis pas coloriste et la peinture n'est pas mon domaine de prédilection, je suis seulement dessinatrice » avoue-t-elle. (Pour Menton Magazine – Culture 1982)

Arlette Somazzi modèle au gré de ses rencontres, un visage étonnant, une personnalité complexe, une intelligence perçante que l’on va reconnaître dans les traits qu’elle sculpte. Quoi d’étonnant donc qu’un grand nombre de célébrités se retrouvent dans ses extraordinaires visages de danseurs, musiciens, écrivains et personnalités internationales, qu'elle a côtoyés. Oeuvres d'un réalisme étonnant où l'expression de la vie est présente.

Pratique

Musée des Beaux-Arts
Palais Carnolès
3, avenue de la Madone
06500 Menton
Tél. 04 93 35 49 71
Ouverture de l'exposition du 9 avril au 27 juin 2011
Tous les jours sauf le mardi et les jours fériés
De 10h à 12h et de 14h à 18h
Entrée libre


Pierre Aimar
Jeudi 31 Mars 2011
Lu 605 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 199





Inscription à la newsletter