Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




Anker, Hodler, Vallotton,... chefs-d’œuvre de la Fondation pour l’art, la culture et l’histoire, Fondation Pierre Gianadda, Martigny, Suisse, du 5 décembre 2014 au 14 juin 2015

!La Fondation Pierre Gianadda à Martigny a une nouvelle fois le privilège d’être associée aux grandes expositions du musée des Beaux-Arts de Berne, en présentant l’hiver prochain les œuvres d’artistes emblématiques de la Suisse avec la complicité et la générosité de la Fondation pour l’art, la culture et l’histoire.


Bruno Stefanini, un collectionneur atypique, étonnant, pour une collection hors norme, exclusive, unique

HODLER, Heure sacrée, 1911, huile sur toile, 187 x 230 cm
HODLER, Heure sacrée, 1911, huile sur toile, 187 x 230 cm
Bruno Stefanini, qui fête cette année son quatre-vingtième-dixème anniversaire, se révèle un collectionneur atypique qui a, depuis plus de cinquante ans, rassemblé plus de huit mille pièces, dont des peintures et travaux sur papier, des centaines de statues et d’ouvrages de sculpture, de grands ensembles de livres rares, des objets précieux et des armes d’apparat, du mobilier et des productions des arts décoratifs.

Cette incroyable collection se trouve réunie dans la Fondation pour l’art, la culture et l’histoire fondée en 1980 par Bruno Stefanini, mécène de Winterthur.
Elle ne réunit pas seulement l’art suisse depuis le XVIIIe siècle jusqu’à l’époque moderne mais comprend également des monuments historiques d’importance nationale tels les châteaux de Grandson (canton de Vaud), de Salenstein et de Luxburg, (canton de Thurgovie) et Brestenberg (canton d’Argovie). Il s’agit certainement «... de la plus vaste collection d’œuvres d’art et d’objets historiques jamais réunie dans notre pays par une seule et même personne ». Grâce à Bruno Stefanini et sa Fondation, des œuvres d’art suisse, proposées sur le marché de l’art et que les musées, faute de moyens financiers n’ont pas pu acquérir, ne sont pas parties à l’étranger et ont rejoint ladite Fondation.

Bruno Stefanini est né à Winterthour en 1924.
Son père, émigré de la ville de Bergame en Lombardie, ouvrier spécialisé dans la tuyauterie, dirigera le légendaire restaurant Salmen aux spécialités italiennes réputées.
Les premières incitations à s’intéresser à l’art viennent de sa mère qui collectionnait les antiquités et emmenait son fils Bruno quand elle allait chiner chez les brocanteurs. Au Lycée il s’adonne avec passion à la lecture et engrange une solide culture sur la littérature. Il affectionne aussi le dessin.
Bruno Stefanini entame des études de sciences naturelles à l’Ecole polytechnique fédérale de Zurich. Il passera plusieurs années sous les drapeaux au moment de la Deuxième Guerre mondiale et obtient le grade de capitaine d’infanterie. Il interrompt ses études et, à l’époque du boom économique des années 1950/60, il développe son activité dans la branche immobilière. Avec une stratégie qui consiste à investir ses revenus locatifs dans de nouvelles promotions, il devient l’un des plus importants propriétaires privés de biens fonciers en Suisse, ce qui lui permet de constituer une collection d’une telle ampleur.

Stefanini consacre à sa passion pour l’art l’exclusivité de ses maigres loisirs. Ardent lecteur, il possède des connaissances étendues sur l’histoire de l’art. Mathias Frehner a demandé il y a cinq ans à Bruno Stefanini d’organiser une exposition consacrée aux trésors de sa collection. Ce dernier déclina l’invitation, jugeant « que c’était encore trop tôt » ! Pour 2014, le mécène est d’accord pour une présentation de sa collection sous la forme d’une sélection concise. Probablement que le passage de ladite collection à la Fondation Pierre Gianadda, en Suisse romande, après le Musée des Beaux-Arts de Berne, n’est pas étranger à l’acceptation de Bruno Stefanini de dévoiler un pan des œuvres prestigieuses de sa Fondation pour l’art, la culture et l’histoire.

De quelques chefs-d’œuvre pour illustrer les dix thèmes de l’exposition

Pour mieux faire passer avec efficacité les œuvres d’artistes différents, l’exposition se présente sous forme de thèmes : peintures d’histoire, de genre, de paysage, représentation d’animaux, natures mortes, le symbolisme dans l’art suisse, le nu, l’enfant en peinture, portraits et autoportraits. Des œuvres d’artistes allant de 1762 au milieu du XXe s. documentent de façon exhaustive les thèmes cités et entraînent le visiteur dans une balade éclectique illustrée en grande partie par des peintres suisses de grand renom.

Pratique

Fondation Pierre Gianadda
Rue du Forum 59,
1920 Martigny, Suisse
00 41 27 722 39
www.gianadda.ch



Pierre Aimar
Dimanche 30 Novembre 2014
Lu 264 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 199





Inscription à la newsletter