Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




Abraham de et par Michel Jonasz, théâtre du Chêne Noir, Avignon, du 4 au 7 octobre 2012

30 ans après sa dernière apparition au théâtre, Michel Jonasz revient sur les planches avec une pièce écrite et mise en scène par lui-même.


Abraham de et par Michel Jonasz, théâtre du Chêne Noir, Avignon, du 4 au 7 octobre 2012
Il incarne Abraham, son grand-père maternel juif polonais, qui juste avant de mourir va se souvenir de sa vie… Son enfance, le départ de Pologne, l’arrivée en Hongrie, la rencontre avec sa femme, leurs enfants, l’amitié, les joies, les peines… jusqu’à l’exil et la déportation.

Les moments d’humour et d’émotion se succèdent, entremêlés de chansons, car au delà des liens de sang qui les unissent, le cantor Abraham et son petit-fils Michel ont en commun l’amour du chant.
Deuxième volet de la trilogie-hommage à ses sources d’inspiration après l’album « Chanson française », ce nouveau spectacle de
l’artiste mélange les genres - théâtre et chanson - en faisant également la part belle à la musique tzigane avec des compositions originales spécialement enregistrées à Budapest.


Abraham - L’histoire
« Il y a deux ans, je décidais de rendre hommage aux musiques qui ont joué un rôle essentiel dans ma vie artistique : la chanson française, la musique tzigane, et le blues. Après l’album et le spectacle « Chanson Française », voici, sous la forme d’une pièce de théâtre où les chansons tiennent bien sûr une place importante, l’hommage à la musique tzigane. Pour ce deuxième volet de ma trilogie, je serai seul en scène et raconterai l’histoire de mon grand-père, juif polonais, qui, à l’âge de vingt ans, va quitter la Pologne, pays sans avenir, pour aller vivre en Hongrie où il va rencontrer sa femme, faire des enfants, tenir une petite épicerie, devenir un fameux cantor dans plusieurs synagogues, avant de connaître, comme tant d’autres, la déportation.
Il est évident que cette pièce, que je considère comme un devoir de mémoire, dépasse le simple hommage à la musique tzigane. C’est avant tout pour moi un message de fraternité.
Aucune vie n’est plus importante qu’une autre. Chaque vie est sacrée. »
Michel Jonasz

Pratique

Jeudi 4 octobre à 20h30
Vendredi 5 octobre à 20h30
Samedi 6 octobre à 20h30
Dimanche 7 octobre à 16h

Tarif Général 35€
Tarif Réduit 30€
Etudiants (-25ans) / Demandeurs d’emploi 12€


Pierre Aimar
Mercredi 26 Septembre 2012
Lu 311 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 82





Inscription à la newsletter