Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




8 au 18 octobre > Paris, Théâtre des Champs-Elysées : Armide, Opéra-ballet de Lully, William Christie, Robert Carsen, Jean-Claude Gallotta

Après la Petite renarde rusée, de Janacek mise en scène par Nicholas Hytner et présentée en 1995 au Châtelet, Jean-Claude Gallotta renoue cette saison avec l’opéra en compagnie du chef d’orchestre William Christie et du metteur en scène Robert Carsen.


8 au 18 octobre > Paris, Théâtre des Champs-Elysées : Armide, Opéra-ballet de Lully, William Christie, Robert Carsen, Jean-Claude Gallotta
William Christie est le grand artisan de la réhabilitation de Lully comme inventeur de l’opéra français. Exilé en France depuis 1971 (américain, il a refusé de participer à la guerre au Vietnam), il fonde les Arts Florissants en 1979, formation spécialisée dans le répertoire baroque qu’il dirige toujours aujourd'hui. Avec l'opéra-ballet Armide, il propose l'un des plus beaux ouvrages de Jean-Baptiste Lully et Philippe Quinault, souvent considérés comme un des plus fameux couples compositeur-librettiste de l'histoire de la musique.

Immédiatement salué comme un chef-d'œuvre, Armide dont l’intrigue est tirée de La Jérusalem délivrée du poète italien Le Tasse, est basé sur un sujet héroïque et non mythologique, signe d'une évolution de l’époque dans le choix des livrets. L’œuvre a d’ailleurs connu, en France comme à l'étranger, de nombreuses reprises au cours des siècles suivants.

Né au Canada, le metteur en scène Robert Carsen travaille avec les plus grands opéras : la Scala de Milan, le Metropolitan Opera de New York, l' English National Opera, le Staatsoper de Vienne, l' Opéra National de Paris, et de nombreux festivals comme ceux d' Aix-en-Provence ou de Salzbourg. L’un de ses triomphes reste A Midsummer Night’s Dream de Britten, créé au Festival d’Aix-en-Provence en 1991. A l’Opéra national de Paris, il a signé notamment Manon Lescaut, Nabucco, Lohengrin, les Contes d’Hoffmann.

Il a reçu le Prix Abbiati de la Critique Italienne pour Dialogues des Carmélites à La Scala de Milan en 2000 et pour Fidelio au Mai musical florentin en 2003.


pierre aimar
Mardi 23 Septembre 2008
Lu 552 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 24










Inscription à la newsletter