Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




7 février au 25 avril. Marnie Weber, forever Free, the cinema show (toujours libre le cinéma exposé). Par Jacqueline Aimar

L'exposition offre pour la première fois un aperçu rétrospectif de l'oeuvre de Marnie Weber en mettant tout particulièrement l'accent sur les films, installations et musiques des "Spirit Girls", groupe de musique rock inventé par l'artiste.


Marnie Weber, Spirit Girls
Marnie Weber, Spirit Girls
Marnie Weberfait ses études à l'UCLA de Los Angeles où elle suit l'enseignement de Chris Burden et de Alexis Smith. Sa toute première activité connue au début des années quatre-vingts est celle de membre du groupe punk de Los Angeles, les « Party Boys ». À la dissolution du groupe elle conduit une carrière solo et réalise deux albums puis dessine ses costumes et met en scène ses performances. Pour ses albums, elle fait des collages qui marquent le début de son travail et réalise une partie d'entre eux à partir de magazines pour hommes où elle découpe des corps de femmes pour fabriquer des images composites où ces corps nus sont, par exemple, placés dans des intérieurs victoriens de chambres de palaces.
Les images créées se jouent d'échelles paradoxales, dans un rapport du démesuré au tout petit, une sorte "d'immense intimité" où se construit peu à peu une mythologie de créatures et une ambiance qu'elle développe dans ses films et ses performances.

Voir la vidéo de la préparation de l'exposition

Le travail de Marnie Weber, qui se construit dans les années quatre-vingt-dix, incorpore beaucoup de médiums différents

Collage, sculpture, costume, performance, musique, film et vidéo concourent à la création de mondes de contes de fées habités par des créatures animales, des clowns et des personnages féminins. Elle y ménage toujours un état de malaise, de tension entre enfance/adulte, mâle/femelle, humains/animaux, vie/mort etc.... Ces mondes empruntent à la fois au cinéma, omniprésent à Los Angeles, à la culture populaire américaine, au surréalisme, à la musique et au bardo.
L'exposition présente des installations sculpturales et les films qui leur correspondent dans leur ordre chronologique. Dans le premier épisode Songs that Never Die, en 2005, les Spirit Girls ( un groupe qu'elle a crée) jouent différents rôles et interprètent à la fin une sorte de comédie musicale devant une assistance d'animaux. Sing Me A Western Song, qui lui succède en 2007, narre une nouvelle
aventure des adolescentes dans un paysage de l'Ouest américain fantasmagorique, traversé
par un cirque étrange et des clowns de même nature.

Pratique

MAGASIN – Centre National d'Art Contemporain
Site Bouchayer-Viallet
55 cours Berriat
38000 Grenoble
www.magasin-cnac.org


pierre aimar
Lundi 25 Janvier 2010
Lu 381 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 198










Inscription à la newsletter