Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




5/12 au 21/02 > Pierre Ardouvin, la fin du monde, Villa du Parc, Annemasse

Entre harmonie et chaos, rêve et cauchemar, rire jaune et humour noir, train fantôme et manège enchanté, l’exposition La fin du monde proposée cette fois en solo par Pierre Ardouvin se présente comme un parcours hallucinant, flippant ma non troppo, un jour d’orage menaçant, dans une Villa du Parc plus ou moins vide mais pleine de courants d’air et de portes qui claquent, hantée par un mutant, un loup-garou et un crapaud…


Quelques mots sur Pierre Ardouvin

© DR
© DR
Né en 1955, Pierre Ardouvin vit et travaille à Montreuil (France). Depuis bientôt vingt ans, pièce après pièce, il esquisse et construit le puzzle d’un monde essentiellement artificiel, qui réactive tout à la fois nos souvenirs d’enfance et nos inhibitions d’adultes. Une fiction dans laquelle nature et culture se parasitent. L’hiver dernier déjà, à la Villa du Parc, invité dans le cadre de l’exposition collective Paysages divers, Pierre Ardouvin nous avait proposé un avant-goût de son univers plastique : néon et plexiglas pour créer l’illusion d’un soleil couchant, polystyrène blanc coincé entre deux chaises histoire de représenter le Mont Blanc, couronne de géraniums autour d’un mirador pour dire non à toute guerre avec des fleurs…

Le visiteur est accueilli par un étrange robot domestique baptisé L’aventure, équipé de klaxons à poire, à l’ancienne, dont l’absurde fonction n’est pas sans rappeler celle des autos tamponneuses ou des voitures téléguidées. Chaque fois que L’aventure se heurte aux murs du centre d’art, nous avons droit à de « pouêtiques » pouêt-pouêt. Dans une chambre noire adjacente, des guirlandes d’ampoules à effet de flammes parodient un début d’incendie. A l’étage, un faux feu de faux bois, qui flamboie dans une fausse cheminée, suggère sans doute que la villa est habitée, mais pour autant nous ne sommes guère rassurés. D’abord parce que les murs de la pièce à côté sont sur le point de s’écrouler. Et puis parce que la dernière salle à visiter est traversée par une palissade de jardin au sommet de laquelle les quatre mots du titre de l’exposition – La fin du monde – sont écrits à l’aide de tasseaux de bois. Et enfin parce que toutes les ouvertures vitrées donnant sur l’extérieur, fenêtres et portes-fenêtres, sont recouvertes d’un film (d’épouvante) transparent, couleur halloween. Ambiance déluge garantie…

Pierre Ardouvin s’est emparé de l’idée même de villa, et dans cette Villa du Parc devenue centre d’art, mystérieuse destinée pour quelques uns, sulfureuse vocation pour quelques autres, il a installé des objets et créé des ambiances qui cultivent le côté secret de ce genre fin-dix-neuvièmiste d’hôtel particulier, qui explorent le modus vivendi plutôt bourgeois des esprits, corps fluidiques et autres fantômes qui habitent peut-être encore là.

Il y a donc ici, comme dans toute villa hantée, une cheminée, un guéridon, une guirlande, une collection d’aquarelles et juste ce qu’il faut d’objets fétiches pour se faire peur. Car quiconque demeure dans ce style de home sweet home cossu a forcément peur : peur des voleurs, peur du loup, peur des monstres, peur de l’avenir, peur de la météo, peur de tout perdre, peur de mourir, peur de la fin du monde… Normal. Mais il y a aussi des signes qui annoncent çà et là que ce monde-là, univers clos tout en repli sur soi, est en fuite ou en voie de disparition : les murs commencent à s’écrouler, les portes claquent, les palissades du jardin sont à l’abri à l’intérieur… Le déluge n’est pas loin. Le visiteur est comme un acteur sans fil conducteur, ni scénario à suivre, ni texte à dire, dans les décors d’un film à la David Lynch, piégé sinon reclus dans une de ces villas sises dans un de ces quartiers résidentiels paisibles où, au-delà des apparences, semblent dormir des forces maléfiques.

L’exposition est un parcours à travers les différents espaces de la Villa du Parc.


05 décembre 2008 _ 21 février 2009
vernissage vendredi 5 décembre 2008 dès 18h30

l villa l du l parc l
centre d'art contemporain
12 rue de genève _ 74100 annemasse
tél. + 33 (0)4 50 38 84 61 - fax. + 33 (0)4 50 87 28 92
communication@villaduparc.com
www.villaduparc.com
ouvert du mardi au samedi de 14h à 18h30 et sur rendez-vous
fermé les dimanche, lundi et jours fériés --entrée libre


pierre aimar
Mercredi 5 Novembre 2008
Lu 348 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 199





Inscription à la newsletter