Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




4 juillet 09 au 28 mai 2011, Tricastin devenu Romain, Musée d’archéologie Tricastine, Saint-Paul-Trois-Châteaux, Drôme

La nouvelle exposition temporaire du musée d’archéologie tricastine coïncide avec l’ouverture d’un nouveau musée situé au cœur de la ville ancienne. La cité romaine occupait 43 hectares et les mises à jour de très importants vestiges (au sens propre et au sens figuré) font de la région tricastine un des endroits majeurs de l’archéologie pré et post romaine.


Un nouveau musée en attendant un immense musée d’archéologie tricastine

Les constructions récentes dans le périmètre de la ville de Saint-Paul-Trois-Châteaux ont permis de mettre à jour des pièces remarquables à l’image de la mosaïque Messié de 108 m2 et d’établir un plan de plus de 43 hectares pour la ville romaine d’Augusta Tricastinorum.
Dans le même temps, les travaux d’implantation du TGV ont permis grâce aux très nombreuses fouilles réalisées de bousculer les idées reçues en matière d’habitats, d’agriculture et d’artisanat des périodes pré-romaines et ulterieures.
La récupération d’objets significatifs est immense et elle abritée dans les réserves du musée.
Un projet de musée à la dimension de l’importance des découvertes et de la réécriture de l’histoire de l’Antiquité gauloise, grecque et romaine est à l’étude. Ce sera certainement un musée de 4.000 à 6.000 m2 qui sera nécessaire et les volontés politiques locales semblent être orientées dans le bon sens.
« Labor omniat vincit Improbus »

Présentation, en vidéo (ci-dessous) du musée et de l’exposition par Mylène Lert, conservateur, et Aurore Alcalay, communication


Tricastin devenu romain, la nouvelle exposition semi permanente du Musée d’archéologie tricastine,

présente la double nature d’un peuple à l’identité forte et sa mutation vers une culture originale.
Inaugurée le 3 juillet prochain, elle sera présentée pendant deux ans dans l’espace muséal du musée, situé au coeur de la ville historique, la Salle de l’Archidiacre.

Une question d’identité
La région du Tricastin porte aujourd’hui encore le nom du peuple gaulois qui l’occupait avant l’arrivée des Romains. Qui était ce peuple qui a marqué de façon si profonde et durable l’histoire de son territoire ? L’exposition présente le fruit des études des chercheurs, intrigués depuis longtemps par de nombreux indices indiquant un statut particulier des Tricastini aux yeux des Romains.

Les Tricastini, des Gaulois bien et mal connus
Paradoxalement, alors que les textes antiques évoquent couramment la peuplade des Tricastini, les recherches archéologiques livrent peu de traces de leur présence. L’exposition, confrontant sources antiques et enquête archéologique, fait le point sur ce que l’on sait aujourd’hui des Tricastini : l’organisation de leur terroir, leurs habitats, leur vie quotidienne, leurs coutumes…

Tricastins gallo-romains
A l’époque de la conquête romaine, le territoire gaulois est réorganisé. L’empereur Auguste fonde le chef lieu de cité des Tricastini, Augusta Tricastinorum, sur le site de Saint-Paul-Trois-Châteaux. Le syncrétisme des deux civilisations s’opère : les Gaulois apprennent à vivre à la romaine en gardant des coutumes propres.

Une exposition vivante et accessible
L’exposition s’adresse à tous, public averti ou simples curieux. Plusieurs dispositifs contribuent à rendre son contenu accessible et ludique. Des aquarelles illustrent de façon vivante le mode de vie des différentes époques. Un documentaire vidéo permet de comprendre la façon dont s’est opéré le mélange des deux civilisations grâce à l’interprétation d’un document unique : le cadastre B (photo ci-dessus) découvert à Orange. Etabli à partir du Ier siècle av. J.-C. par les Romains, il mentionne les Tricastini et devient l’une des clés pour saisir la transformation de leur vie quotidienne.

Salle de l’Archidiacre
du 4 juillet 2009 au 28 mai 2011
Situer Saint-Paul-Trois-Châteaux sur Google Map
Tél : 04 75 96 92 48


pierre aimar
Mercredi 24 Juin 2009
Lu 1156 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 198










Inscription à la newsletter