Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




4 avril au 12 octobre 09, Les jardins de Le Nôtre à Chantilly

A l’occasion de l’inauguration prochaine des jardins à la française de Le Nôtre restaurés par la Fondation pour la Sauvegarde et le Développement du domaine de Chantilly, le musée Condé présentera des dessins, des gravures, des plans et des documents permettant de retracer l’histoire de ces jardins, dessinés à la fin du XVIIe siècle pour le Grand Condé par André Le Nôtre, le célèbre jardinier de
Versailles.


Ecole Française, Vue du château de Chantilly et des parterres pris du Vertugadin, vers 1680. Chantilly, musée Condé ©RMN Gérard Blot.
Ecole Française, Vue du château de Chantilly et des parterres pris du Vertugadin, vers 1680. Chantilly, musée Condé ©RMN Gérard Blot.

Aujourd’hui inclus dans un domaine de 7 800 hectares appartenant à l’Institut de France depuis la donation du duc d’Aumale en 1886, le parc de Chantilly a été créé à l’initiative d’un des plus grands seigneurs du XVIIe siècle, Louis II de Bourbon (1621-1686), prince de Condé, surnommé le Grand Condé après sa victoire sur l’Espagne à Rocroi. Exilé à Chantilly après la Fronde et sa révolte contre Louis XIV, il souhaita un parc susceptible de rivaliser avec Versailles, et fit appel à André Le Nôtre.

Le musée Condé dispose de toutes les estampes du XVIIe siècle, exécutées pour l’essentiel par le graveur Perelle, ainsi que de plans divers, qui permettent de comprendre plus finement encore le processus de création, particulièrement original, de ces jardins. Malheureusement, Le Nôtre n'a pas publié d'ouvrages théoriques, et l'on conserve très peu de plans qui soient réellement de sa main. Rares sont donc les documents qui permettent de préciser sa personnalité ou sa pensée.
Les archives de Chantilly conservent deux lettres signées de lui, dont l’une, adressée en 1683 au prince de Condé, accompagne le projet dessiné par Le Nôtre pour le Grand Degré, escalier monumental reliant au parc la terrasse du connétable : i[« Monseigneur, voilà tout ce que je puis faire pour l'ornement du bas de vostre grand escallier. Je souhaite qu'il puisse vous plaire autant qu'il me fait. […] je suis avec respects, Monseigneur, vostre très humble et très obéissant serviteur, Le Nostre ».]i

Importance de Chantilly pour Le Nôtre

Dans une lettre, adressée à William Bentinck, comte de Portland, (1649-1709), surintendant des
jardins royaux d'Angleterre et ambassadeur d'Angleterre en France de janvier à juin 1698, Le
Nôtre déclare qu’il considère Chantilly comme le parc dont il est le plus fier : « Souvenez-vous de
tout ce que vous avez vu de jardins en France, Versailles, Fontainebleau, Vaux-le-Vicomte et les Tuileries, et surtout Chantilly » (11 juillet 1698), indiquant qu’il y a « tout conduit jusqu'à sa
dernière avenue », y compris le dessin des allées de la forêt.

Le Nôtre et ses collaborateurs
Le Nôtre fut appelé à Chantilly vers 1662. Il n'y vint pas seul, mais avec une véritable équipe, formée de ses parents, amis et collaborateurs, dont :
son beau-frère, Pierre Desgots (1630-1688)
son neveu et élève, Claude Desgots (mort en 1732), pensionnaire de l'Académie de France à Rome à partir de 1675
Michel Le Bouteulx fils, spécialiste des fleurs, dont le père avait aidé Le Nôtre pour le jardin du Trianon de porcelaine
Jean-Baptiste de La Quintinie (1626-1688), créateur du « potager du Roi » à Versailles
Daniel Gittard (1625-1688), architecte, élève de Le Vau, présent à Chantilly jusqu'à sa mort
l'ingénieur Jacques de Manse (1625-1703), issu d'une vieille famille de Montpellier de
trésoriers généraux, créateur du "Pavillon de Manse", où se trouve la machine élévatoire
construite entre 1678 et 1681 pour faire monter les eaux de la vallée dans les « Réservoirs de la
Pelouse » et alimenter les fontaines du parc
Vauban, qui fut consulté pour l'installation des « ponts à bascule » de l'avant-cour

Les jardins français de Chantilly
Le Grand Parc (1662-1663) et les allées en forêt, destinés à la chasse
Le Parterre de l’Orangerie (1663-1664)
Le grand parterre (1665-1666)
Le Grand Canal (1671-mai 1673), 2,5 kms de long par 30 m de large (Versailles = 1670 m ; Vaux = 1000 m)
Les grands axes et l’entrée du château (1673)
La cascade et la tête du canal
La partie occidentale du parc et ses fontaines : les cascades de Beauvais, la Grande
Cascade, etc
la faisanderie
le jardin de Sylvie
la ménagerie
le Pavillon de Manse
le jardin fleuriste et les serres

André Le Nôtre (1613-1700)

Fils d’un « jardinier du roi » aux Tuileries, André Le Nôtre entra dans l’atelier du peintre Simon Vouet, où il rencontra Charles Le Brun et le sculpteur Lerambert, mais se tourna vers l’art des jardins et créa le type du jardin « à la française ». Ayant succédé à son père en 1637, il fit planter la grande allée des Tuileries. Très apprécié par le roi Louis XIV, il aménagea les parcs de Vauxle-Vicomte, Versailles, Saint-Germain, Saint-Cloud, Fontainebleau et Meudon, ainsi que de Chantilly (1663-1700).
Plusieurs anecdotes sur sa personnalité donnent une image modeste et simple du « bonhomme Le Nôtre », à laquelle il ne faut pas cependant le restreindre : outre la maîtrise d’un art qui ne devait être abandonné que dans la seconde moitié du XIXe siècle, Le Nôtre était aussi un grand collectionneur (il offrit à Louis XIV un ensemble d’objets d’art parmi lesquels des toiles de Poussin, Breughel de Velours, Claude Lorrain).

Informations pratiques
Horaires : le château de Chantilly est ouvert tous les jours de
10h30 à 17 heures, sauf le mardi, jusqu’au 3 avril 2009.
Tarif : 11 euros (adultes). Site gratuit pour tout enfant accompagné
d’un adulte.
Renseignements
site Internet : www.domainedechantilly.com


pierre aimar
Vendredi 24 Avril 2009
Lu 680 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 198










Inscription à la newsletter