Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




27 septembre > Paris, Stade de France : Nabucco de Verdi, opéra-spectacle joué devant 60.000 spectateurs

Réussite totale du Nabucco mis en scène par Charles Roubaud au Stade de France pour les 10 ans de l'enceinte sportive. Charles Roubaud a su trouver les solutions pour faire éclater l'opéra de Verdi dans l'immense espace grâce à une mise en scène où le rouge tenait la vedette


60.000 spectateurs qui dérangent

27 septembre > Paris, Stade de France : Nabucco de Verdi, opéra-spectacle joué devant 60.000 spectateurs
Les critiques n'ont pas manqué de pleuvoir sur ce projet. Pas les critiques dans le sens d'analyse musicale, mais les critiques acides qui "dénoncent" à mots couverts le côté populaire de l'événement. Pouah ! Populaire ! La messe est dite. Si c'est populaire, c'est dégoutant. Evidemment, rien à voir avec la préciosité intime d'Aix-en-Provence où le prix des places et le nombre de sièges limité permet de tenir le "populaire" à bonne distance des élus.
Non, le Stade de France n'est pas la cour de l'Evéché et il est plus risqué de relever le défi en ce lieu que de mettre en scène un opéra à Aix-en-Provence devant un public par avance acquis à la cause d'un opéra dédié à l'élite souvent financière.
Bravo Roubaud, bravo au décorateur qui a su jouer avec des sols majestueusement colorés, bravo à Katia Duflot pour ses splendides costumes.
Un bémol pour l'orchestre national d'Île de France au rythme un peu cassant et rigide.
Mention spéciale à la basse Askar Abdrazakov (Zaccharie) et Katja Lytting, soprano (Fenena).
Pierre Aimar

La presse en parle



pierre aimar
Dimanche 28 Septembre 2008
Lu 1392 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 22










Inscription à la newsletter