Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)



26 Mai au 6 Juin. Comédies de Molière. Mises en scène par Christian Schiaretti. Théâtre du Gymnase, Marseille.

Sous ce titre banal, « Comédies de Molière », le TNP Villeurbanne présente deux farces découvertes par Jean-Baptiste Rousseau au XVIIIème siècle, dont l'authenticité reste contestée (La Jalousie du Barbouillé, Le Médecin Volant) et trois comédies en prose et en vers (Les Précieuses Ridicules, Sganarelle, L'Ecole des Maris), créées au cours des trois années 1659-1661, à Paris, au moment où Molière s'y réinstalle avec la Troupe de Monsieur, frère du Roi, après avoir sillonné pendant quinze ans la Province Française avec L'Illustre Théâtre.


Pour le metteur en scène Christian Schiaretti, monter ces textes qui représentent le fondement, les sources de l'oeuvre moliéresque, c'est faire découvrir un auteur dramatique sans tartuferie, moins moraliste que dans ses pièces classiques, des ébauches d'Arnolphe, d'Alceste ou de Dom Juan, des conditions de travail sur un théâtre de tréteau, et enfin la performance remarquable d'une troupe homogène de dix jeunes comédiens doués de belles personnalités, qui se partagent en alternance des rôles premiers ou secondaires.
Créé en 2007, édité en DVD, ce spectacle sans décors qui rencontre un énorme succès auprès du public adolescent, joue peut-être un peu trop sur la distanciation et le régime des apparences, dans un registre assez sombre, comme si des restes de tragédies déteignaient sur la farce ou la comédie.Il est vrai que ces pièces étaient jointes à l'origine au Venceslas de Rotrou, à Nicomède et à Cinna de Corneille, mais elles avaient pour fonction de détendre, par le rire, l'esprit du spectateur.Et surtout de permettre à Molière, mime merveilleux, jouant avec tout son corps, et traduisant les nuances de ses tirades par des grimaces, des roulements d'yeux et d'étonnantes expressions du visage, de s'imposer avec sa troupe à Paris, où sa Maison, La Comédie Française, le réactualise toujours avec plus ou moins d'audace, dans son génie ondoyant et divers.
Philippe Oualid


pierre aimar
Mercredi 22 Avril 2009
Lu 565 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 83





Inscription à la newsletter







Un Ovni dans le ciel d'Arles...



Venise ? Ici ou ailleurs ?

Venise ? Ici ou ailleurs ?


Ardèche. La tour à eau de Gilles Clément

Ardèche. La tour à eau de Gilles Clément