Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




25 novembre, La Tragédie du roi Richard II, de William Shakespeare, à la salle Benoît-XII, Avignon

Après avoir dressé avec les spectateurs le bilan de l’édition 2009, le Festival d’Avignon se tourne vers 2010 et reprend le fil de ses rencontres mensuelles avec le public.
Premier rendez-vous autour de la création de La Tragédie du roi Richard II, de William Shakespeare
avec Jean-Baptiste Sastre, metteur en scène, Frédéric Boyer, traducteur


Cet été, dans la Cour d'honneur du Palais des papes, Jean-Baptiste Sastre fera résonner La Tragédie du roi Richard II, cinquante-trois ans après sa création en Avignon par Jean Vilar. Pour donner à réentendre l’histoire de ce souverain déchu pour actes de tyrannie et mauvais gouvernement, le metteur en scène a choisi de confier le rôle-titre à Denis Podalydès. Dans une scénographie conçue par le plasticien Sarkis, il sera entouré d’une belle troupe d’acteurs parmi lesquels Pascal Bongard, Nathalie Richard ou, plus inattendu, l’écrivain Pierre Michon. S’appuyant sur une nouvelle traduction de Frédéric Boyer, Jean-Baptiste Sastre entend faire apparaître la brutalité tout autant que la douceur de cette pièce, sa mélancolie tout autant que sa tendresse. Car l’œuvre de Shakespeare se loge avant tout dans un paradoxal interstice où l’homme-Roi, impossible figure, ne peut que s’étourdir et faillir, créant lui-même les conditions de sa perte.

Depuis ses débuts dans le milieu des années 90, Jean-Baptiste Sastre, élève notamment de Jean-Pierre Vincent et Claude Régy, témoigne d’une volonté de renouveler le théâtre de l’intérieur. Soucieux d’être au plus près des mots, il n’en aime pas moins se frayer son propre chemin à travers les grands textes classiques pour en offrir une vision renouvelée. C’est avec inventivité qu’il s’est ainsi attaqué au répertoire : Labiche (L’Affaire de la rue Lourcine, Un chapeau de paille en Italie), Büchner (Léonce et Léna), Genet (Haute Surveillance, Les Paravents) ou encore Marivaux (La Surprise de l’amour). S’il a mis en scène Tamerlan le Grand de Christopher Marlowe, c’est la première fois qu’il se confronte à Shakespeare. Mais il connaît bien le théâtre élisabéthain, auquel il a consacré un projet d’études à la Villa Médicis hors les murs à Londres. Cet automne, il a mis en scène Jean-Marie Patte dans La Ballade du vieux marin de Coleridge, au Théâtre national de Chaillot. Cet été, il sera accueilli pour la première fois au Festival d’Avignon.

Frédéric Boyer travaille actuellement à une nouvelle traduction de La Tragédie du roi Richard II de William Shakespeare, à paraître avec Les Sonnets en mai 2010 aux éditions P.O.L. Initiateur d'une nouvelle version de la Bible par des écrivains contemporains (dont Valère Novarina et Olivier Cadiot), il est également l'auteur d'une trentaine de livres et de la traduction des Aveux de saint Augustin, éditée aux éditions P.O.L.

mercredi 25 novembre 2009 à 20h30
à la salle Benoît-XII
12 rue des Teinturiers
84 000 Avignon
entrée libre, réservation conseillée au 04 90 27 66 50
Cette rencontre fera l'objet d'une captation vidéo que vous pourrez retrouver sur www.festival-avignon.com dès la semaine suivante.


pierre aimar
Vendredi 13 Novembre 2009
Lu 2098 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 81










Inscription à la newsletter