Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




24 mars au 3 mai, exposition taïwanpics.doc. Art contemporain taïwanais à École nationale supérieure des beaux arts de Paris

L’Ecole des Beaux arts de Paris organise, depuis quelques années, une exposition mettant en scène le travail de jeunes artistes de la scène internationale offrant ainsi à son public l’opportunité de découvrir les mouvances d’artistes étrangers. Après la Russie, la Pologne, l’Inde, la Finlande, c’est Taïwan que l’Ecole des beaux-arts a choisi de présenter pour une exposition qui se tiendra dans les galeries Melpomène et Foch de l’Ecole au printemps 2009.


L’exposition, conçue comme un laboratoire expérimental d’art, accueillera des œuvres aussi diverses que dessins, wall-drawings, vidéos, sculptures, installations, performances… Une douzaine d’artistes, présents sur le site, auront à cœur de créer des pièces spécialement pensées pour leur exposition à Paris. C’est ainsi que le soir du vernissage Hsia Fei-Chang donnera une performance rock’n roll devant sa sculpture de néon rouge Bang Bang Bar, Chen CP réalisera une installation in situ où la vidéo tient une large place. Présentés face à face, Wan-Jen Chen et Ya-Hui Wang proposeront deux vidéos, l’une intitulée airport et l’autre Visitor. Mettant en scène à l’aide d’images de synthèse des vues d’aéroports et le voyage d’un nuage à travers un appartement, les vidéos de Wan-Jen Chen et Ya-Hui Wang dialogueront poétiquement sur des notions liées à l’espace.
Cheng Hung-Chiou recréera une installation déjà présentée à Taïwan mêlant objets usuels, tas de terre et vidéos. Yu-Cheng Chou, pour sa part, investira un mur pour y peindre un walldrawing aux motifs répétitifs inspirés du drapeau taïwanais. Ce dessin mural sera assorti d’une vidéo. Chia-En Jao présentera, sur fond de drapeau français, des postérieurs, invitant impertinemment l’actuel président taiwanais à toucher les fesses de la police française… Situé au coeur de l’exposition, un espace sera dédié à une extraordinaire installation vidéo de Chieh-Jen Chen intitulée Echoes of a Historical photograph. Cette œuvre, inspirée d’une célèbre photographie prise au début du XX° siècle en Chine, revisite le supplice dit du lingchi (ou supplice des 100 morceaux) qui met en scène le martyre d’un homme. Mêlant horripilation et douleur extatique, cette œuvre sombre et violente explore l’infinie cruauté des hommes.

En 2009, Taïwan, riche de nombreux artistes formés dans les excellentes universités de Taipei, Taichung, Tainan, Kaohsiung, se caractérise par un foisonnement intellectuel qui intègre un certain académisme hérité des maîtres chinois anciens et qui surfe avec talent entre prises de positions politiques et audaces inventives. La jeune scène artistique taïwanaise, en s’affranchissant du dictat de certaines institutions par trop académiques, développe un réseau de lieux d’expositions underground, d’associations d’artistes, d’espaces de prise de parole, qui solidairement (partage de lieux, de matériel, de compétences…) contribuent à inscrire Taïwan comme une capitale connectée avec le monde où l’art s’exprime avec force dans un langage international.

De Formose à Taïwan

Avec une densité de population de 23 millions d’habitants pour une superficie 35000 km_, Taïwan, très fortement industrialisée, occupe une place prépondérante dans l’économie et l’industrie mondiales. Taipei, la capitale, résolument moderne, à l’architecture avant-gardiste, grouille d’une population affairée, vivante et accueillante. Entre gigantesques galeries marchandes, échoppes de médecine chinoise, marchés traditionnels, temples… la ville de Taipei malgré son incroyable hyperactivité, échappe au chaos pollué des grandes métropoles de la Chine continentale et conserve la mémoire de la quiétude de Formose.

L’île de Taïwan, anciennement Formose, est située dans le Pacifique ouest, entre le sud du Japon et le nord des Philippines, à 150 km des côtes chinoises. Au peuplement aborigène d’origine se sont ajoutés les Chinois à partir du XVIIème siècle. Les Européens y ont installé également plusieurs comptoirs à la même époque. Enfin, l’île a été colonie japonaise de 1895 à 1945. En 1945, elle a été rétrocédée à la Chine, qui était encore à ce moment la République de Chine de Chiang Kai-shek. Lorsque Mao Tze-tung prend le pouvoir et fonde la République populaire de Chine en 1949, Chiang Kai-shek installe son gouvernement à Taïwan. Depuis 60 ans, l’île de Taiwan est ainsi séparée du continent chinois, et a comme capitale administrative Taipei.

La création artistique a été longtemps encadrée par le gouvernement. Néanmoins, grâce au travail quasi clandestin de certains artistes peintres ou groupes d’artistes locaux et au contact des américains lors de la guerre de Corée en 1950, le rideau s’entrouvre sur l’abstraction et une certaine forme de modernisme. Vivement critiquée par une intelligentsia traditionaliste et conservatrice, il faudra attendre les années 1980 pour que la situation se détende, à travers notamment le cinéma d’auteur engagé (Hou Hsiao-Hsien, Ang Lee, Tsai Ming Liang...). La littérature contribue également à faire tomber quelques tabous notamment les oeuvres féministes ou celles évoquant l’homosexualité. Dès le milieu des années 1970, Tehching Hsieh, artiste taïwanais installé à New York, dénonce la brutalité des régimes totalitaires à travers de mémorables performances.

Liste des artistes :

CHANG Hsia-Fei, CHEN Chi-Pan, CHEN Chieh-Jen, CHEN Kai-Huang, CHEN Wan-Jen, CHIOU Cheng-Hong, CHOU You-Cheng, CHU Hsien-Hsu, JAO Chia-en, JUANG Jhe-Wei, KAO Jun-Honn, LIN Chi-Wei, LIU Chen-Wei, LUO Jing-Zhong, PENG Hung-Chih, TSAI Charwei, TSAI Ming-Liang, TSAI Ying-Cheng, TSUI Kuang-Yu, TZENG Yong-Ning, WANG Fujui, WU Sih-Cin, WANG Ya-hui.

Un catalogue sera publié à cette occasion par les éditions de l’École des beaux-arts.

taïwanpics.doc
Art contemporain taïwanais
Exposition du 24 mars au 3 mai 2009
Vernissage presse lundi 23 mars 2009 de 18h à 21h
École nationale supérieure des beaux-arts - 13, quai Malaquais, 75006 Paris
www.beauxartsparis.fr
Exposition ouverte du mardi au dimanche de 13h à 19h
Métro : Saint-Germain-des-Prés, Bus : 24, 27, 39, 63, 70, 86, 87, 95, 96 - Entrée libre.


pierre aimar
Mercredi 25 Février 2009
Lu 518 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 198










Inscription à la newsletter