Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




24 février au 28 juin, exposition photographique Les Aymaras (Bolivie), par Pierre de Vallombreuse, galerie Les Champs Libres à Rennes

Pierre de Vallombreuse présente au public des images témoignant du lien des cultures autochtones avec notre actualité. En s'appuyant sur des traditions et sur la relation harmonieuse entre l'homme et la biosphère, ces cultures sont dépositaires de savoirs essentiels à la préservation de la biodiversité. Cette
exposition s'inscrit plus largement dans le parcours photographique de Pierre de Vallombreuse, Hommes racines : 12 peuples autochtones, 12 environnements, 5 ans de rendez-vous, de rencontres, de découvertes, et de prises de conscience sur le changement climatique.


Les Aymaras

24 février au 28 juin, exposition photographique Les Aymaras (Bolivie), par Pierre de Vallombreuse, galerie Les Champs Libres à Rennes
Témoignage de Pierre de Vallombreuse sur sa rencontre avec les Aymaras :
J'ai passé huit semaines en Bolivie. Mon voyage a commencé dans la province "autonomiste" de Santa Cruz, province des basses terres pré-amazoniennes. Cette province est devenue très riche grâce à la production de soja et surtout grâce à l'extraction de pétrole et de gaz. La population y est à majorité blanche, mais on trouve aussi différentes ethnies des basses terres : Guaranis, Ayoreo, etc.
La virulence raciste des blancs, toujours très présente dans l'histoire de la Bolivie, y est à son apogée. Dans la capitale, on parle ouvertement d'Evo Morales comme d'un “fils de pute d'indien”, expression qui englobe également les Aymaras et les Quetchuas, ethnies de l'altiplano, aujourd'hui au pouvoir avec l'élection d'Evo Morales. Dans cette province, des groupes d'extrême droite s'arment et s'entraînent pour le retour de la suprématie blanche.
J'ai poursuivi mon parcours en montant jusqu'à El alto, banlieue de La Paz et capitale Aymara. Contrairement à ce que m'avaient dit les blancs de Santa Cruz, les Amérindiens de l'altiplano, lorsqu'on leur explique les raisons de notre présence et de notre curiosité, sont des gens très ouverts. En effet, je n'ai fait que de belles rencontres, même avec les mineurs du massif montagneux de las Tres Cruzes,
pourtant réputés très fermés, violents et méfiants envers les étrangers.
C'est là que nous avons fait les plus belles rencontres humaines, ce qui m'a permis de résister physiquement à l'altitude pendant ces 8 jours à travailler et dormir par -10°, entre 4 700 m et 5 500 m.
La seule condition que les mineurs m'aient donnée en échange de leur hospitalité était de revenir les voir. Promesse que je tiendrai.

Les Aymaras (Bolivie)
Dans le cadre du parcours photographique Hommes
racines de Pierre de Vallombreuse
L'exposition
Du 24 février au 28 juin 2009
Les Champs Libres
Entrée libre


pierre aimar
Jeudi 19 Février 2009
Lu 246 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 199





Inscription à la newsletter