Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




20.11.10 > 16.05.11 : Haut en couleur, Les céramiques de Fernand Léger, Musée national Fernand Léger, Biot

« La peinture qui quitte le mur pour épouser l’espace ». C’est en ces termes que l’architecte Paul Nelson décrivait l’art de Fernand Léger dans les années 30, pressentant les potentialités spatiales de ses contrastes colorés.


Fernand Léger. Terre blanche émaillée - 45,3 x 38,5 x 5,9 cm © Adagp - Photo RMN/Gérard Blot
Fernand Léger. Terre blanche émaillée - 45,3 x 38,5 x 5,9 cm © Adagp - Photo RMN/Gérard Blot
Réunissant un ensemble exceptionnel de céramiques, l’exposition Haut en couleur montre comment, vingt ans plus tard, Fernand Léger conçoit des oeuvres en volume comme un prolongement et un aboutissement de sa production picturale.

Ce n’est que dans les années 50, à la fin de sa vie, que l’artiste s’intéresse à la céramique. Stimulé par la collaboration qu’il mène avec la sculpteur Mary Callery pendant son exil aux Etats-Unis, Léger propose une fois revenu en France à son ami et élève Roland Brice de se lancer dans la création de sculptures polychromes « Roland, j’ai fait des sculptures en Amérique. Avec de la couleur. Est-il possible de réaliser cela en céramique ? » (Les Lettres françaises, août 1955).
Occupant une place privilégiée au sein de sa création, la céramique devient alors le lieu d'expérimentation et de renouvellement de son travail pictural. Comme Picasso, Chagall ou Braque à la même époque, Léger s’initie à cette technique au cours de séjours réguliers sur la Côte d’Azur. Mais contrairement à ceux-ci, il ne décore pas d’objets usuels, comme des pots, des assiettes, ou des cruches. Il ne s’agit pas pour lui de détourner des formes existantes mais de dynamiser ses compositions en les projetant dans l’espace. Léger découvre dans la céramique un moyen de sortir du cadre du tableau de chevalet et d’ouvrir sa création à des dimensions nouvelles : le relief et la monumentalité. Abordant la céramique avec l’oeil du peintre, il anime en volume son célèbre cerne noir et transpose ses aplats colorés dans la surface brillante des émaux.

En accord avec son idéal d'un art pour tous, la sculpture polychrome lui permet de déployer son travail dans des projets monumentaux conçus pour l’espace public. Il élabore en 1954 la maquette d'un jardin d'enfants. « J'ai l'idée d'une haute sculpture polychrome massive en diable, avec des formes comme des flammes, où le vent du large pourrait jouer. On la placerait au bord de la mer, des enfants pourraient passer, courir à travers ou cracher dessus en douce… Pas un monument qu’on regarde mais un objet utile et spectaculaire dans la vie, et surtout pas de gardien autour ! »

La céramique tient également une place à part dans l’histoire du musée car elle est à l’origine même de la venue de l’artiste sur la Côte d’Azur. Fernand Léger développe à partir de 1950 une collaboration fructueuse avec deux anciens élèves de son atelier installés à Biot, le céramiste Roland Brice et son fils Claude. C’est au pied de ce village que le maître acquiert juste avant sa mort une maison et un terrain sur lequel il compte édifier des oeuvres de grandes dimensions. Sur cet emplacement, naîtra en 1960 le musée Fernand Léger dans le parc duquel sera réalisée de manière posthume la céramique monumentale du Jardin d’enfants, dans l'esprit du maître des lieux.

A l’occasion du centenaire de la naissance de Roland Brice en 2011, cette exposition rend hommage au travail de l’atelier de céramique Brice, qui collabora pendant cinq ans avec Fernand Léger.

Pratique

musée national Fernand Léger
Chemin du Val de Pome - 06410 Biot
T +33 (0)4 92 91 50 30 - Fax + 33 (0)4 92 91 50 31
Jours et heures d’ouverture
Tous les jours sauf le mardi, les 1er janvier, 1er mai, 25 décembre de
10 h à 17 h de novembre à avril et de 10 h à 18 h de mai à octobre
www.musee-fernandleger.fr


pierre aimar
Samedi 6 Novembre 2010
Lu 1659 fois


Commentaires articles

1.Posté par Angela Russell le 19/06/2011 21:41
J'ai achete en 1955 juillet/aout, quelques ceramiques de Fermand Leger, chez l'atelier de Roland Brice.
Deux assiettes et un chandelier pour trois bougies, vraiment magnifique et dans un etat parfait. Est-ce que ca vous interesse?
Angela Russell
23800 La Celle Dunoise
angie-russ1@yahoo.co.uk

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 198










Inscription à la newsletter