Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)



2.10.10 au 16.01.11 : Les chapelles du Sacro Monte Di Orta, photos de Christian Ramade, au Palais des Arts, Marseille, par Philippe Oualid

La nouvelle exposition de la Fondation Regards de Provence révèle par le biais d'une centaine de photos fascinantes de Christian Ramade, les peintures murales et les statues en terre cuite polychrome des vingt chapelles du chemin de dévotion du Sacro Monte di Orta, bâties entre 1590 et 1757, et situées dans la région des grands Lacs du Piémont, en Italie.


Chapelle XX Canonisation de Saint François
Chapelle XX Canonisation de Saint François
Ces sanctuaires qui illustrent avec éclat des épisodes de la vie de Saint François d'Assise devaient contribuer, en leur temps (17-18ème siècles) à élever l'esprit des pèlerins et à les maintenir, devant la menace des idées réformistes, dans la ligne directrice d'un catéchisme édifiant.

Alors que les visiteurs des chapelles ne peuvent examiner ces scènes qu'à travers des grilles et des claustras en bois infranchissables, le photographe a pu s'immiscer au milieu des sculptures pour prendre des vues rapprochées des scénographies ou des personnages dans leur intimité. L'attention est ainsi portée sur le fait que l'efficacité figurative des scènes représentées repose sur le trompe-l'oeil et le faux-semblant : personnages peints et sculptés se mêlent. La photographie s'attache à décrypter la force de l'illusion et à nous montrer quelquefois le travail des sculpteurs qui ne modelaient qu'en partie leurs personnages dans la mesure où ces derniers n'étaient donnés à voir que sous un certain angle.

Ceci dit, la plupart de ces images panoramiques, de dimensions variées, imprégnées des styles baroque et rococo, fonctionnaient comme des forteresses spirituelles conçues pour rappeler aux fidèles les vertus essentielles dont la pratique leur permettait de faire leur salut (Foi,Espérance et Charité). Dispensant les analphabètes de lire la légende dorée du Saint, les scènes représentaient crûment les expressions des passions sous toutes leurs formes, dans des attitudes chorégraphiées, et composaient une rhétorique visuelle au service d'un art de la persuasion.

Dans sa démarche esthétique, Christian Ramade nous suggère d'en faire aujourd'hui une interprétation allégorique en désorientant notre regard théologique,mais en même temps il parvient à nous égarer dans un nouveau "Merveilleux" qui nous renvoie à l'impressionnante ascèse de ces existences pieuses entièrement tournées vers Dieu. C'est là le paradoxe d'un travail qui se voulait au départ ironique, et qui se trouve en définitive touché par la Grâce.

On ne saurait trop recommander aux visiteurs de se procurer le catalogue de l'exposition:"Les Trésors cachés du Sacro Monte di Orta",qui reproduit toutes les photographies de Christan Ramade,commentées par Jean Arrouye et présentées par Fra Angelo Felice Manzini.
Philippe Oualid.

Les chapelles du Sacro Monte Di Orta
Photographies de Christian Ramade
Fondation Regards de Provence
Palais des Arts.
1 Place Carli
13000 Marseille
Du 2 Octobre 2010 au 16 Janvier 2011.


pierre aimar
Mardi 5 Octobre 2010
Lu 1166 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 18





Inscription à la newsletter







Un Ovni dans le ciel d'Arles...



Venise ? Ici ou ailleurs ?

Venise ? Ici ou ailleurs ?


Ardèche. La tour à eau de Gilles Clément

Ardèche. La tour à eau de Gilles Clément