Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




1er septembre au 31 août 2010, « Rhône en scène » des spectacles de qualité aux habitants du Rhône

« Rhône en scène » succède aux « Saisons culturelles », mais le concept reste fidèle à la volonté du Département : donner aux communes éloignées des grands centres artistiques, la possibilité d’offrir, du 1er septembre 2009 au 31 août 2010, des spectacles de qualité à leurs habitants, grâce à une aide financière proportionnelle à leurs ressources.


Un programme dense, varié et de qualité

Lancement de Rhône en scène à l'Hôtel du Département du Rhône © DR
Lancement de Rhône en scène à l'Hôtel du Département du Rhône © DR
Du théâtre avec « Ici et là-bas » de la compagnie Image Aiguë, de la danse avec « Vis à vis » de la Compagnie Stylistik, du jazz blues avec « Concert » par l’ensemble All Blues et Adèle Bracco, du cirque avec « Thé perché, spectacle pour yourte » par la compagnie Prise de pied, du ciné concert avec « Musiques pour Buster » par l’ensemble Lézards Dorés, du théâtre de rue avec « Les étranges » par la compagnie les Transformateurs…. Ce ne sont que quelques exemples des styles et compagnies1 retenues par le Département pour aller à la rencontre des habitants du Rhône.

Cette décentralisation culturelle qu’est Rhône en Scène, et que Jean-Jacques Pignard, vice-président délégué à la Culture, voit aussi comme une opération d’aménagement du territoire, est destinée aux communes de moins de 12 000 habitants. Concrètement, c’est un grand marché culturel à la carte, où les communes éloignées des centres artistiques, peuvent choisir librement parmi 15 propositions, et acheter, avec une aide financière du Département proportionnelle à leurs ressources –jusqu’à 50%-, des spectacles qu’elles n’auraient, seules, pas les moyens d’offrir à leurs habitants.

Mais Rhône en scène, c’est aussi des partenariats
- avec des grandes scènes lyonnaises (Théâtre des Célestins, Théâtre Nouvelle génération, Théâtre les Ateliers…) pour exporter un nombre déterminé de représentations hors de l’agglomération lyonnaise
- avec l’Orchestre symphonique du Conservatoire national de région de Lyon pour l’organisation de concerts à raison de six représentations externes par saison.

Et des Expos hors les murs . « Parure africaine », « Animaux bizarres » et « Paysages de sciences » permettront de faire connaissance avec les collections du futur Musée des Confluences.

Le partenariat engagé avec les grandes scènes lyonnaises, va permettre aux communes de recevoir des œuvres éclectiques. Vont ainsi s’exporter dans le Rhône, « Fenêtres » du CDN Théâtre nouvelle génération, « Le Tigre bleu de l’Euphrate » de Laurent Gaude et « Faire l’amour est une maladie mentale qui gaspille du temps et de l’énergie » de Fabrice Melquiot présenté par le Théâtre Les Ateliers.

Quant au partenariat avec le Théâtre des Célestins, le suspense a été maintenu tout le long de la présentation par Jean-Jacques Pignard et c’est la directrice du Théâtre des Célestins, Claudia Stravisky qui a annoncé en direct, la délocalisation de « Lorenzaccio », d’Alfred de Musset. Ce spectacle réunira une troupe d’une vingtaine de jeunes acteurs et d’acteurs confirmés, en laissant une part importante à l’insertion des jeunes issus de l’Ecole Nationale Supérieure des Arts et Techniques du Théâtre de Lyon (ENSATT) et du Conservatoire National de Région (CNR).


pierre aimar
Vendredi 15 Mai 2009
Lu 1375 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 82





Inscription à la newsletter