Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)



1er décembre 2017 : création à l'Aqueduc de Dardilly du spectacle musical 2000 fois Butterfly par l'Ensemble Boréades détails

Tamaki Miura, cantatrice japonaise (1884-1946), aurait interprété plus de 2000 fois le rôle de Madame Butterfly dans l’opéra de Puccini…


1er décembre 2017 : création à l'Aqueduc de Dardilly du spectacle musical 2000 fois Butterfly par l'Ensemble Boréades détails

Un texte original de Pierre-Alain Four inspiré par Le tour du monde en deux mille Butterfly de Michel Wasserman
Création saison 2017-2018

Le spectacle
Femme papillon, soprano de l’autre bout du monde et artiste libre, Tamaki Miura fut la première asiatique à interpréter Cio-Cio-San, la courtisane nippone imaginée par Puccini pour son opéra Madame Butterfly. De Londres à Moscou, des Etats-Unis à l’Italie, elle aura entre 1915 et 1935 interprété 2000 fois le rôle.

Sillonnant un monde détraqué entre deux guerres mondiales, côtoyant les grandes figures de son temps, Tamaki Miura s’est aussi heurtée au conformisme du Japon d’alors et sa liberté sentimentale, artistique, fit d’elle une personnalité scandaleuse.

Fascinée par le parcours de cette chanteuse à la destinée exceptionnelle et pourtant enfermée dans un unique rôle, une artiste lyrique d’aujourd’hui, interprétée par Cécile de Boever, raconte comment elle s’est prise de passion pour cette cantatrice et devient, ce soir, comme tous les soirs, Tamaki Miura…

S’appuyant sur une création vidéo originale et donnant une large place à la musique, "2000 fois Butterfly" propose une traversée lyrique entre orient et occident, entre hier et aujourd’hui.

Note d’intention
Fait de souvenirs embellis et de récit vrai, un beau monologue nous emmène sur les pas d’une artiste entière, qui se donne avec passion à la musique. Il est l’occasion de retracer une carrière méconnue en France –bien qu’au Japon, Tamaki Miura soit une véritable icône–, et d’évoquer, la vie d’une femme et son parcours d’artiste, parfois assez éloigné de l’idée que l’on peut s’en faire. Dans cette fiction biographique, dans cette confession, se dessine en creux le processus qui permettra, de rendre une interprèteinoubliable, ou pas…

La comédienne et chanteuse qui interprète Tamaki Miura, dans une coda au spectacle, nous raconte sa fascination pour cette artiste hors norme, nous permettant d’entrer dans le processus de la création, de la transmission et du désir de chanter.

Comment faire exister ici celle qui est déjà une légende au Japon ? Et quel portrait faire de cette artiste qui connaît une belle carrière mais dont la vie flirte dangereusement avec celle de son rôle fétiche ? Est-elle elle-même cette japonaise abandonnée en occident, assignée à réitérer un rôle sans jamais pouvoir s’en échapper ?

Tamaki Miura est une narratrice à la fois sincère et qui cherche aussi à laisser une image plus lisse que ne le fût peut-être sa vie. Elle n’en retient que le meilleur, non pour s’ériger une statue, mais sans doute pour se protéger. Si elle tombe le masque du spectacle, ça n’est jamais qu’à demi. Sous ses mots modestes, affleure une vie parfois douloureuse, partagée entre 2 cultures, entre un mari et des amants, entre des rôles et un idéal de vie.

Musique

La musique tient évidemment une place prépondérante dans la réalisation de ce projet. Compte tenu de notre souhait de réaliser un portrait intime, "au plus près" des affects et des ambitions de Tamaki Miura, nous avons choisi de réaliser une version au piano des principaux airs qui apparaissent dans le spectacle.

L’essentiel de la musique appartient au bel canto, mais on trouve aussi dans Butterfly des airs issus d’un répertoire populaire occidental ou japonais. Un des charmes et non des moindres de ce parcours dans la vie d’une cantatrice, est qu’il permet de passer d’un genre à l’autre avec une grande fluidité.

Programme musical
- Vedrai piccolo amore, Madame Butterfly, Giacomo Puccini
- Un bel di vedremo, Madame Butterfly, Giacomo Puccini
- Con onor muore, Madame Butterfly, Giacomo Puccini
- Le jour sous le soleil béni, Madame Chrysanthème, André Messager
- Voglio il giardino mio, Iris, Pietro Mascagni
- Mi chiamano mimi, La Bohême, Giacomo Puccini
- Allerseelen, lied, Richard Strauss
- Home sweet home, Henry Bishop
- La lune sur les ruines du château, mélodie japonaise
- The last rose of summer, folklore irlandais

Production

Équipe
Cécile De Boever, soprano
Fabrice Boulanger, piano

Joran Juvin, création vidéo
Olivier Epp, lumières
Céline Ollivier, graphisme

Consultant, Nobuyoshi Shima
Pierre-Alain Four, écriture et mise en scène

Florence Thévenet, diffusion


Pierre Aimar
Jeudi 9 Novembre 2017
Lu 317 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 22





Inscription à la newsletter







Un Ovni dans le ciel d'Arles...



Venise ? Ici ou ailleurs ?

Venise ? Ici ou ailleurs ?


Ardèche. La tour à eau de Gilles Clément

Ardèche. La tour à eau de Gilles Clément