Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




17 février au 2 mai. Rétrospective Franz Erhard Walther De l’origine de la sculpture, 1958-2009, au Mamco à Genève

Du 17 février au 2 mai 2010, le Mamco à Genève accueille la plus vaste rétrospective jamais consacrée à l‘artiste allemand Franz Erhard Walther (1937, Fulda), y compris en Allemagne où son oeuvre fait l’objet de très nombreuses expositions et publications.


Une rétrospective exceptionnelle de Franz Erhard Walther au Mamco.

Franz Erhard Walther, Vier Formen (Ziegelton), 2008, coton, caoutchouc
Franz Erhard Walther, Vier Formen (Ziegelton), 2008, coton, caoutchouc
Déployée aux quatre étages du musée, De l‘origine de la sculpture, 1958-2009 retrace cinquante ans d’activité à travers plusieurs centaines d’oeuvres, principalement des sculptures mais aussi des dessins et des archives photographiques. Tout comme d’autres rétrospectives présentées au Mamco (Martin Kippenberger, Claudio Parmiggiani, Siah Armajani), cette exposition consacre un artiste fondateur du musée qui accompagne ce travail depuis longtemps, avec une première exposition organisée en 1998 et, dès l’ouverture du musée, la présentation continue du Werklager, salle permanente réunissant des oeuvres de l’artiste.

Un artiste décisif de l’avant-garde des années 1960-1970.
Franz Erhard Walther a très fortement marqué la scène artistique allemande des années 1960-1970 en élargissant le champ de l’art et en apportant des propositions nouvelles, notamment sur le rôle du spectateur comme partie intégrante de l’oeuvre. Formé à l’École des arts appliqués d’Offenbach, puis à la Kunstakademie de Dusseldorf, Walther s’intéresse d’abord au dessin (Wortbilder) pour orienter par la suite ses travaux vers l’objet et les matériaux nouveaux de la sculpture, tels que le corps, l’action, le temps, l’espace. Le début des années 1960 marque un tournant dans son travail lorsqu’il déclare que l’oeuvre se crée dans le processus de l’action, celle de l’artiste ou du spectateur. « En lieu et place d’un objet matériel, que ce soit une image ou une sculpture, j’ai proclamé que des gestes du corps peuvent avoir le caractère d’une oeuvre.»
Walther crée des objets-sculptures en toile qui sont déployés dans l’espace ou pliés, investis par le corps humain ou laissés tels quels, à l’état d’objet de contemplation. OEuvres hybrides, à la limite de la peinture et de la sculpture, elles invitent le spectateur à expérimenter son rapport au temps et à l’espace. Quels que soient les matériaux et les techniques dont l’artiste fait usage – il a notamment une pratique continue du dessin –, son travail, tout au long de sa carrière, renvoie à l’importance qu’il accorde au langage, à la mémoire et à l’histoire.

Plusieurs centaines d’oeuvres réparties aux quatre étages du musée!

La rétrospective du Mamco retrace les divers aspects du travail de l’artiste. L’étendue des espaces à disposition permet de présenter au public plusieurs ensembles d’objets de grand format comme Das Neue Alphabet (1990-1996), vingt-six sculptures en mousse et coton reproduisant les lettres de l’alphabet, ou Raumelemente (1973), grande installation murale composée de treize éléments de toiles de coton. Des travaux de jeunesse, des archives photographiques inédites, des oeuvres majeures des années 1960-1970 et des productions récentes seront donnés à voir de manière exceptionnelle au public genevois. Le dessin aura également la part belle avec, en outre, la présentation, inédite hors d’Allemagne, des cinq cents illustrations originales de Sternenstaub - Poussières d’étoiles (2009), ouvrage autobiographique dans lequel l’artiste relate trente années de sa vie.
Pour accompagner son exposition, Franz Erhard Walther donne rendez-vous au public geenvois le mardi 20 avril 2010 pour une action unique lors de laquelle l’artiste et des étudiants de la HEAD – Genève activeront le Werksatz, oeuvre bien connue des visiteurs du Mamco pour y être exposée depuis 15 ans.

Sans oublier Victor Burgin et Marcia Hafif pour conclure ce riche programme…

Parallèlement à cette large rétrospective, le Mamco accueille le travail de deux artistes auxquels il porte une attention particulière. Á l’occasion de la publication du catalogue raisonné des oeuvres réalisées en Italie par Marcia Hafif (Marcia Hafif, La période romaine / Italian Paintings 1961-69; sortie prévue en février-mars 2010), le musée montrera une sélection de cette série de toiles, présentée ici en 2001. Combinaisons de lignes et de champs chromatiques empreints de l’héritage de Matisse, ces peintures sont marquées par le contexte italien dans lequel elles furent réalisées et offrent un véritable plaisir rétinien !
Enfin, le musée présente une oeuvre vidéo de Victor Burgin, intitulée Hôtel-Dieu, produite à l’automne dernier par le Jeu de Paume de Paris, à l’initiative du Mamco et du Printemps de Septembre à Toulouse. Présentée une première fois sous forme d’une installation à l’Hôtel-Dieu Saint Jacques à Toulouse, cette pièce évoque l’expérience de l’artiste dans ce lieu, par un jeu de correspondances entre images et récit en voix-off. L’occasion de suivre le travail le plus récent de Victor Burgin auquel le Mamco consacra une importante exposition en 2007 (La Cinquième Promenade et autres oeuvres).

Information et contact

Mamco, Musée d’art moderne et contemporain, Genève
10, rue des Vieux-Grenadiers, CH-1205 Genève
Tél. + 41 22 320 61 22 | Fax + 41 22 781 56 81 | www.mamco.ch
Le musée est ouvert du mardi au vendredi de 12h à 18h, tous les premiers mercredis du mois jusqu’à 21h,
samedi et dimanche de 11h à 18h. Fermeture le lundi, ainsi que vendredi 2 avril 2010.
Tarif normal : CHF 8.- / réduit : CHF 6.- / groupe : CHF 4.-


pierre aimar
Lundi 1 Février 2010
Lu 829 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 199





Inscription à la newsletter