Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




12 mars au 1er août 2010, Du Greco à Dalí au Musée Jacquemart André à Paris

La collection Pérez Simón "Du Greco à Dali" propose. 50 chefs-d’œuvre et plus de 25 maîtres, réunis par le goût sûr et raffiné d’un grand collectionneur, dans un panorama exceptionnel de la création artistique en Espagne au cours des quatre derniers siècles.


Hermen Anglada-Camarasa (1874-1959) Feria de Valence, vers 1907 © ADAGP, Paris 2010
Hermen Anglada-Camarasa (1874-1959) Feria de Valence, vers 1907 © ADAGP, Paris 2010

Un passionnant voyage esthétique et artistique
L’exposition réunit des œuvres clés de différentes époques et de divers mouvements picturaux formant un ensemble encore jamais exposé en France. Elle se construit autour d’un parcours thématique dans lequel chaque étape est l’occasion de confrontations inédites entre des maîtres de siècles différents, permettant ainsi de souligner les traditions et les ruptures qui ont fait le succès de l’école espagnole.
Avec les œuvres du Greco, de Jusepe de Ribera et de Bartolomé Estéban Murillo, le visiteur plonge au cœur des différents visages de l’art de la réforme catholique. Les artistes, souvent influencés par la pensée mystique, traduisent un monde aspirant à la gloire céleste par de saisissants effets de clair-obscur. Puis le ténébrisme laisse place aux peintures lumineuses de Murillo, maître du baroque espagnol, qui a laissé à Séville de nombreux disciples
Cet art religieux répond un art profane dominé par les grands portraits de cour et la finesse d’un Goya. De grands collectionneurs férus d'art italien et flamand, tout comme les monarques espagnols ont confié à des peintres espagnols la réalisation de leurs portraits. De Sánchez Coello à Goya, les artistes mêlent intimement l’image du pouvoir à celle de la réalité.

De l'identité nationale à la modernité

L'opposition à l'occupation napoléonienne, la lente émergence d'un état moderne et la découverte des richesses de la civilisation espagnole par l’Europe tout au long du XIXème siècle ont contribué à asseoir le sentiment d'une forte identité nationale. À travers de grandes scènes de fêtes populaires, ce mouvement déploie sur la toile toute la beauté des costumes traditionnels et des décors des villes pavoisées. Il développe également un goût pour les sujets intimes, jeux de plage, jardins et vie de famille.
Joaquin Sorolla est le maître incontesté de ces scènes dédiées aux bonheurs simples. Les couleurs vives, fortes et éclatantes illuminent ses toiles.
… Vers la modernité
C’est toujours en termes de continuité et de rupture que s’envisage le passage à ce qu’il est convenu d’appeler « la modernité ». Le traitement de la lumière devient le maître mot des héritiers de Sorolla. Quant à celui de la couleur, il subit l’influence de l’impressionnisme français.
L'exposition s'achève avec ces grands maîtres espagnols qui ont révolutionné l'art occidental. Pablo Picasso, Juan Gris, Joan Miró ou Salvador Dalí établissent des dialogues entre cubisme et surréalisme. Une riche sélection d’œuvres graphiques et picturales de ces artistes offre un aperçu saisissant de cette évolution jusqu’à Tàpies.

Juan Antonio Pérez Simón, un collectionneur averti

Important homme d’affaires mexicain d’origine espagnole né dans les Asturies, Juan Antonio Pérez Simón est une personnalité reconnue dans le monde des collectionneurs. Depuis les années 1970, sa passion pour l’art et son goût pour la culture l’ont incité à réunir une collection exceptionnelle : peintures, sculptures, dessins, gravures, objets d’art décoratif, manuscrits, mais aussi une bibliothèque de plus de cinquante mille volumes.
Cette collection, connue dans le monde entier, est l’une des plus importantes d’Amérique Latine par son caractère exhaustif ainsi que par la notoriété des artistes représentés.
Juan Antonio Pérez Simón parle de ces choix artistiques comme étant le prolongement de sa propre personnalité : « J’ai bâti un univers personnel qui fait écho à ce qui me définit et me stimule. Tous ceux qui, comme moi, ne possèdent pas ce merveilleux don de créer la beauté grâce à l’art peuvent se consoler en admirant des œuvres et en jouissant de se laisser séduire par elle."
Les tableaux présentés au Musée Jacquemart-André représentent la partie hispanique de sa collection, la moins connue du grand public.

Pratique

Musée Jacquemart André
158 Boulevard Haussmann
75008 Paris
01 45 62 11 59
Ouvert tous les jours de 10h à 18h
Pour cette exposition, un audioguide présentant une vingtaine d’œuvres majeures sera remis gratuitement à chaque visiteur. Ce commentaire sera également téléchargeable au format mp3 sur le site Internet ainsi que sous la forme d’une application iPhone téléchargeable sur l’App Store.
Le catalogue est mis en vente à la librairie-boutique du Musée Jacquemart-André au prix de 39 euros.




Jacqueline aimar
Samedi 10 Avril 2010
Lu 1329 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 199





Inscription à la newsletter