Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




11 mars au 30 avril, exposition « Elles rêvent d’Eros » galerie Claire Corcia, Paris

L’exposition « Elles rêvent d’Eros » réunit le peintre Ody Saban et le sculpteur de métal Haude Bernabé autour d’un dialogue très personnel sur l’intimité du couple et l’image de la sexualité dans l’imaginaire de ces femmes artistes. Chacune explore à sa manière l’érotisme dans l’art, de manière plus ou moins littérale, frontale ou chastement déclinée, subtilement suggérée, avec passion, verve, non sans humour.


Ody Saban et la libido féminine

Ody Saban « Coït suspendu », acrylique sur toile, 97 x 130 cm
Ody Saban « Coït suspendu », acrylique sur toile, 97 x 130 cm
« Aucune autre n’a jamais délivré avec autant de liberté la libido féminine. Elle la dresse comme le drapeau suprême d’un féminisme qui puise aux racines les plus profondes d’une culture cosmopolite synthétisée », écrit Michel Lequenne en 1994.
En 2003, Ody Saban écrit au sujet de l’érotisme en peinture : « Depuis mes débuts en peinture, je m’intéresse à l’expression de la féminité et de l’érotisme. J’exprime ainsi ce que je connais tout en me découvrant. J’ai longtemps approfondi l’expression de l’érotisme féminin dans des portraits des déesses que j’inventais ou dont j’empruntais le nom à la mythologie tout en faisant des interprétations personnelles. Je ne prétends pas peindre des étreintes harmonieuses. L’harmonie comme performance ne m’intéresse pas. Je ne cherche pas à idéaliser la vie. Loin de là. C’est pourquoi mes couples ne sont pas parfaits. Au contraire : ils sont maladroits, fusionnels, timides, décalés ou distanciés. Je montre en général les moments fragiles qui précèdent ou qui suivent le coït. Je fais très attention à l’expression des mains, des yeux, des pieds, des baisers… Dans mes œuvres, j’ai longtemps travaillé la jouissance infinie de la femme, puis j’ai ajouté l’homme, le phallus (le sexe en tant que symbolique et jouissance de ce symbolique) qui se situe dans le fini.

Haude Bernabé, La sculpture, je la fais pour les autres.

Haude Bernabé « Le Baiser », métal soudé et patiné, 105 x 100 cm
Haude Bernabé « Le Baiser », métal soudé et patiné, 105 x 100 cm
Sculpteur autodidacte, Haude Bernabé nous livre dans le métal patiné et soudé la richesse d’un univers poétique qui invite au voyage à travers sa mythologie personnelle.
« Surgi des profondeurs : ce sont les mots qui viennent à l’esprit face aux sculptures de Haude Bernabé. Pourquoi le métal plutôt que la terre, tellement plus ductile ? « Parce que j’aime travailler avec quelque chose qui résiste » répond Haude Bernabé. Ce goût de transformer et de maîtriser un matériau rebelle par la magie antique du feu pour obtenir cet objet définitif aussi singulier et personnel qu’un croquis surgi de l’Inconscient d’un poète en proie à la rêverie, fait mûrir l’exigence de l’artiste. Elle gagne en grâce et en expression, allant vers davantage de liberté et de lyrisme. Ses personnages ont des attitudes, expriment des sentiments, symbolisent des émotions. Parallèlement va croissant la richesse des contrastes de surface, rouille, patines, rugosités, pigments colorés (rouge, blanc), « chiffonnades » métalliques, formes tourmentées de plus en plus élancées qu’elle enrôle dans son projet dont elle utilise les hasards au service du côté intuitif et vagabond de son inspiration. « La sculpture, je la fais pour les autres. Je suis trop pudique pour m’adresser à eux par des mots » confie Haude Bernabé. Il y a du bouillonnement dans ce besoin créatif, un besoin qui passe par l’Inconscient comme dans les fonds marins, la lave incandescente sculptée sans délai par les eaux profondes dans lesquelles elle surgit. Mystère des origines de la création, présence de l’œuvre qui fait surface .», Xavier BUREAU, 2008.

Pratique

Vernissage Jeudi 11 mars 2010 à partir de 18 heures.
Exposition du 11 mars au 30 avril 2010, du mardi au samedi de 11h30 à 19h.
Pour toute information : www.galeriecorcia.com / contact@galeriecorcia.com
GALERIE CLAIRE CORCIA
323, rue Saint-Martin / 75.003 PARIS / Tel : 09.52.06.65.88 ou 06 62 84 03 74
Métro : Arts et Métiers ou Réaumur Sébastopol / Parking St Martin à proximité


pierre aimar
Vendredi 19 Février 2010
Lu 835 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 198










Inscription à la newsletter